• Explication du mantra Om Mani Padmé Hûm par le Dalaï LamaPar sa Sainteté le Dalaï-Lama

    « C'est fort bien de réciter le mantra OM MANI PÉMÉ HOUNG mais tandis qu'on le récite, encore faut-il penser à sa signification, car la portée de ces paroles est vaste et profonde. La première, OM, est composée de trois lettres - A, U et M. Elles symbolisent le corps, la parole et l'esprit du pratiquant; mais dans le même temps, elles symbolisent le corps, la parole et l'esprit purs et glorieux d'un Bouddha. 

    Le corps, la parole et l'esprit impurs peuvent-ils être transformés en un corps, une parole et un esprit purs, ou sont-ils entièrement séparés? Tous les Bouddhas sont au départ des êtres comme nous qui, en suivant la voie, sont devenus des Éveillés. Le bouddhisme ne prétend pas qu'il y ait quelqu'un qui, dès l'origine, soit sans défaut et possède toutes les bonnes qualités. Le développement d'un corps, d'une parole et d'un esprit purs vient graduellement de l'abandon des états impurs, qui sont ainsi transmués en états purs. 

    Comment cela se fait-il? La voie est indiquée par les quatre syllabes suivantes. MANI, signifiant joyau, symbolise les moyens de la méthode - l'intention altruiste d'être illuminé, la compassion et l'amour. Tout comme le joyau est capable d'éloigner la pauvreté, de même l'esprit altruiste d'éveil est capable d'écarter l'indigence, ou les difficultés, de l'existence cyclique et de la paix solitaire. Pareillement, tout comme le Joyau exauce les désirs des êtres sensibles, l'intention altruiste de devenir illuminé accomplit les souhaits des êtres sensibles. 

    Les deux syllabes, PÉMÉ ou PADMÉ, signifiant lotus, symbolisent la sagesse. Tout comme un lotus sort du limon sans être souillé par la boue, de même la sagesse peut vous placer dans une situation de non contradiction, alors qu'il y aurait contradiction sans posséder la sagesse. Il y a la sagesse qui réalise l'impermanence; la sagesse qui réalise que les personnes sont vides d'existence substantielle ou d'existence se suffisant à elle-même; celle qui réalise le vide de la dualité, c'est-à-dire de la différence d'entité entre sujet et objet; et la sagesse qui réalise la vacuité de l'existence inhérente. Bien qu'il y ait différentes sortes de sagesse, la principale d'entre elles est celle qui réalise la vacuité. 

    La pureté doit être acquise par l'unité indivisible de la méthode et de la sagesse, symbolisée par la syllabe finale HOUNG, OU HÛM, qui traduit l'indivisibilité. Selon le système des sûtras cette indivisibilité de la méthode et de la sagesse se réfère à la sagesse affectée par la méthode, et à la méthode affectée par la sagesse. 

    Dans le véhicule Mantrique, ou Tantrique, la référence porte sur la propre conscience dans laquelle la forme globale, à la fois de la sagesse et de la méthode, constitue une identité sans différenciation. En termes de syllabes-germes des cinq Bouddhas conquérants, HOUNG est la syllabe germe d'Akshobya - l'Immuable, le non-fluctuant, qui ne peut être en rien perturbée. 

    Ainsi, les six syllabes OM MANI PÉMÉ HOUNG signifient qu'en fonction de la pratique d'une voie, qui est l'union indivisible d'une méthode et d'une sagesse, vous pouvez transformer votre corps, votre parole et votre esprit impurs en corps, parole et esprit purs et glorieux d'un Bouddha. II est dit qu'il ne faut pas chercher la bouddhéité hors de soi; les matériaux pour y parvenir se trouvent à l'intérieur. Maitreya l'a dit dans son « Sublime continuum du Grand Véhicule » (Uttaratantra), tous les êtres ont naturellement la nature de Bouddha dans leur propre continuum. Nous avons en nous-mêmes le germe de la pureté, l'essence de Celui Qui S'en Est Ainsi Allé (Tathâgatagarbha), qui doit être transformé et pleinement développé en bouddhéité. » 

     

    Source: Le seigneur du Lotus blanc, Le Dalaï-Lama, par Claude B. LEVENSON, Paris,

    Édition lieu commun, collection le livre de poche, 1987, pp. 239 à 241.


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Être sans limiteJ'ai toujours eu le sentiment qu'en moi, il existait un espace sans limite. J'ai longtemps pensé qu'il s'agissait d'un ersatz de la volonté de toute puissance de l'enfant. Aujourd'hui, par Un Cours en Miracles, j'en fait l'expérience. Je comprends que cette puissance ne peut servir les intérêts du moi, de l'ego, et qu'avant que celui-ci ne soit l'instrument de l'essence divine, du pur-esprit, lorsque il s'empare de la volonté de pouvoir, il se retrouve avec "sabre laser" sans énergie. La puissance divine ne peut servir dans ce champ car l'esprit de dualité, produit attaque et contre-attaque, et ces illusions ne créent rien pour le Pur-Esprit. La leçon d'aujourd'hui, d'Un Cours en Miracles dit :

    Il n'y a rien que ma sainteté ne puisse accomplir

    Ta sainteté renverse toutes les lois du monde. Elle est au-delà de toutes les restrictions de temps, d'espace, de distance et de limites de toutes sortes. Ta sainteté est d'une puissance totalement illimitée parce qu'elle t'établit comme Fils de Dieu, ne faisant qu'un avec l'Esprit de son Créateur.C'est par ta sainteté que la puissance de Dieu est rendue manifeste.

    C'est par ta sainteté que la puissance de Dieu est rendue accessible. Et il n'y a rien que la puissance de Dieu ne puisse accomplir. Ta sainteté peut donc enlever toute douleur, mettre fin à tout chagrin et résoudre tous les problèmes. Elle peut le faire par rapport à toi ou à n'importe qui d'autre. Elle aide chacun avec une égale puissance parce qu'elle sauve chacun avec une égale puissance.


    Que puis-je faire d'autres de ma vie si ce n'est mettre en oeuvre cela ? Que peut-il exister de plus exaltant, de plus fort, de plus précieux, de plus essentiel que cela ? L'ego cherchera bien a récupérer l'affaire, mais il me semble qu'il n'y a en moi, plus beaucoup de doutes sur l'incomplétude de l'égo, et sur le fait qu'il produit essentiellement frustration et souffrance. Je ne suis pas ou plus habité par des mécanismes automatiques au niveau de la pensée qui reproduisent ad vitam eternam, les mêmes schémas où l'on lutte et l'on combat. Cela donne au quotidien un immense espace de liberté, et il reste tout le temps pour être dans l'essentiel, cela est mon bonheur et je sais que cela est possible pour chacun. Tout est possible, tout de suite, je me le dis souvent et un jour, dans une seconde ou dans un an, dans une vie ou dans cent vies la plénitude de la divinité rayonnera en moi.
     


    votre commentaire
  • Un Cours en Miracles - La suiteJe ressens les premiers effets bénéfiques d'UCEM, je sais qu'il y aura des retours en arrière, des doutes, mais sur le fond, je sais , je sens. Il y a un véritable effet de libération, une manière d'investir une nouvelle vision du monde. C'est un cheminement solitaire, difficile à partager directement, car les arguments ne sont convaincant que pour celui qui n'a plus beaucoup d'illusions sur les capacités de l'Ego à rendre heureux. La difficulté est aussi d'ancrer la conviction que ce monde de paix et de joie intérieure est une réalité. Je ressens une paix, une certaine vibration dans l'instant, une attente aussi et une certitude que ce n'est que le début. Je l'ai déjà écrit mais c'est très important d'avoir un enseignement pragmatique pour déconditionner le pouvoir de la pensée centrée sur l'ego. Le principe de base que j'avais intégré depuis longtemps, depuis mes lectures d'Alice Bailey et l'écoute des conférences d'Omnia Pastor, est que l'énergie suit la pensée et que le corps n'est pas un principe. Mais le comment faire restait de forme très empirique, là il y a un parcours un cheminement. J'ai vu encore, hier dans mon travail à quel point le monde est insignifiant, chacun joue de son petit ego, pour être, pour paraître, pour se donner une image de lui-même, et tout reste ainsi très gris, alors qu'en laissant ce jeu, il pourrait y avoir une certaine lumière. Le gros travail que j'ai à faire est le travail d'extension, dans mon être intérieur sans confrontation, l'ego n'a pas beaucoup de prise mais dans les interactions du quotidien, les vieux shèmes se reproduisent. Les vieux scénarios inlassablement se déroulent. Sans eux, il y a un vide, il fait un peu peur, et là la joie n'est pas encore présence, c'est ce que je vais devoir expérimenter. Laisser la lumière être présent dans ces moments là. Ce sera peut-être la forme d'enseignement que je vais pouvoir faire, car dans le milieu dans lequel j'évolue, tout prosélitysme direct est impossible. J'évolue dans un monde caricaturale, de la séparitivité, du pouvoir, de l'Ego triomphant croyant fermement à sa réalité.Tout est là pour renforcer cette perception de dualité, le déni, le mensonge, l'interprétation érronée etc ...Merci encore à celle qui m'a fait découvrir UCEM.


    votre commentaire

  • Un Cours en Miracles - Être déterminé à voirL
    'enseignement d'UCEM est puissant, il agit sur notre vision du monde. Pas facile dans un premier temps d'accepter et de reconnaître que le monde que l'on s'est crée est insignifiant. Il est sûre, que ces transmissions ne sont pas là pour nous conforter dans notre petite réalité. Pour ma part, il me semble que je n'ai pas eu trop de difficulté à intégrer cette première partie. Quoi que je fasse, dans ma vie qui n'est pas particulièrement inconfortable, il y a un manque, une absence d'essentiel. Particulièrement dans le rapport aux autres, une fois les projections perçues, l'évaluation constante en terme d'estime de soi, les attaques ou satisfactions narcissiques, que reste-il ? Le temps qui s'écoule ...La question de l'amour, de l'art, de l'innocence de l'enfance, sont des miroirs me permettant un certains dépassement de l'égo, ces reflets sont cependant assez vite repris par les logiques et attendus de la réalité que je me suis construite.

    Supposons que cette première partie soit bien intégrée, la deuxième consiste à forger notre conviction et notre détermination à VOIR autrement. Là, je bute. Autant la première partie est une forme de constat, autant la seconde enclenche un processus et engage. J'en suis là. Cela réveille des inquiétudes. Inquiétude en une forme de désocialisation, d'isolement, de peur de perdre (quoi ? Je n'en sais rien). Difficile à vivre dans le quotidien qui nous renvoie constamment à des processus quasi-Pavloviens. Notre inscription dans le monde est construit à partir d'une multitude d'actes mineurs et ceux-ci, créent notre vision du monde. Vision de dualité, d'égo contre égo, de place, de pouvoir, de satisfaction et de frustration. 

    Le jeu, pour ainsi dire, consiste en déconstruisant notre vision de laisser la place à la réalité, celle-ci n'est pas  à créer, elle existe. Suffit-il donc, d'arrêter le film de notre propre pensée pour qu'elle apparaisse ? Well, et s'il ne se passe rien, j'aurais bien déconstruit mon monde, qui m'apparaîtra encore plus insignifiant qu'avant et je serais où ?

    Voilà, ce que mon ego me dit, c'est sa manière d'essayer de survivre, de manifester sa crainte de disparaître. Je sais que l'ego n'est pas à détruire, c'est un outil un instrument qui doit trouver une plasticité, une ouverture pour accueillir la Présence. J'ai construit ma vie avec ce sentiment, que la Présence était une réalité intangible dans nos perceptions par les sens.

    Être déterminer à Voir, serait donner, céder, à la Présence l'intention de notre regard...

     


    votre commentaire
  • Un Cours en MiraclesJ'ai fait la découverte d'Un Cours en Miracles, enseignement transcrit par clairaudience. Le Livre de 1300 pages est étonnant et impressionnant. Outre l'enseignement, il propose une pratique en 365 leçons à appliquer quotidiennement.

    Ma référence jusqu'à ce jour était les conférences d'Omnia Pastor, avec Un cours en Miracles j'ai le sentiment d'avoir trouvé une deuxième source. Très différente dans la forme mais que rien n'oppose sur le fond. Il est proposé d'arrêter de croire en nos représentations du monde, en nos projections, et d'ainsi laisser place à ce qui est de toute éternité en nous.

    Le Maître qui transmet est Jésus. Oui, je sais certains vont penser que c'est du grand délire. Mais pour toutes les personnes qui souffrent et qui ont la perception que cette vie est une vie de misère et de frustration, tout ceux dont la vie n'a pas apporté cette sécurité intérieure et cette capacité à vivre la vie avec joie et bonheur, le chemin proposée est une sacré voie d'accomplissement.

    Les référence bibliques sont très nombreuses, et il est donné à chaque fois, le sens originel du texte, je cite un extrait ...

     

     III. L'irréalité du péché

    L'attraction de la culpabilité se trouve dans le péché et non dans l'erreur. Le péché sera répété à cause de cette attraction. La peur peut devenir si intense que le péché est empêché de se réaliser. Mais tant que la culpabilité reste attirante, l'esprit souffre et ne lâche pas prise de l'idée de péché. Car la culpabilité l'appelle encore et l'esprit l'entend et s'en languit, qui se fait captif volontaire de son attrait malade. Le péché est une idée du mal qui ne peut pas être corrigée et qui pourtant sera toujours désirable. Puisque c'est une part essentielle de ce que l'ego pense que tu es, tu en voudras toujours. Et seul un bras vengeur, avec un esprit différent du tien, pourrait l'écraser par la peur.

    L'ego ne pense pas qu'il soit possible que ce soit réellement l'amour, et non la peur, que le péché appelle, et qui toujours répond. Car l'ego porte le péché à la peur, réclamant punition. Or la punition n'est qu'une autre forme de protection pour la culpabilité, car ce qui mérite punition doit réellement avoir été fait. La punition est toujours le grand agent conservateur du péché, qu'elle traite avec respect et dont elle honore l'énormité. Ce qui doit être puni doit être vrai. Et ce qui est vrai doit être éternel, et sera répété indéfiniment. Car ce que tu penses réel, tu le veux,et tu ne le lâcheras pas.

    L'erreur, par contre, n'est pas attirante. Ce que tu vois clairement comme une erreur, tu veux que cela soit corrigé. Parfois un péché peut être répété maintes et maintes fois, avec des résultats manifestement affligeants, mais sans perdre son attrait. Et puis soudain tu le changes du rang de péché à celui d'erreur. Maintenant tu ne le répéteras plus; tu cesseras simplement et tu en lâcheras prise .....

     


    Je trouve ce petit extrait très intéressant et représentatif de l'approche de cet enseignement, les exercices proposent une déconstruction et une désidentification au monde tel que chacun se l'est construit. Le challenge est qu'il y est quelque chose derrière ... La force du texte m'en convint, l'usure de la vie aussi, et le manque d'intérêt pour ma propre petite existence me donne l'énergie pour aller vers cela. Tant de fois je me suis dit "comment on fait ," et là il nous est proposé un chemin. 

    Autour d'Un Cours en Miracles, il n'y a pas d'organisation, pas de gourou, le texte est téléchargeable gratuitement. J'ai acheté le livre car beaucoup plus pratique à un prix raisonnable, il est en papier bible. Je suis sûre de la Source et c'est un beau cadeau que la vie m'apporte pour 2012.


    votre commentaire
  • Changer sa vision du mondeJe poursuis mon exploration de l'enseignement donné dans le livre "un Cours en Miracles". Leçon 19 aujourd'hui. J'ai lu les 60 premières pages de la première partie. Lu et relue car il n'est pas facile d'intégré le sens profond à la première lecture. La Source me paraît toujours si haute, de la même veine que les conférences d'Omnia Pastor, que l'on peut écouter ou lire sur le site tenu par Paul Malaval, conscienceuniverselle.fr . 

    Sur le fond, l'enseignement propose de changer sa vision du monde, et ce qui est très singulier car jamais rencontré auparavant, il est proposé une méthode ! Celle-ci utilise le principe ésotérique suivant - l'énergie suit la pensée - , et si nous décrochons de notre vision du monde, nous pouvons laissé filtrer dans un premier temps, puis vivre pleinement la connaissance. L'âme est appelé dans l'enseignement, le Pur-Esprit, celui-ci n'a pas comme outils la perception. Cela confirme pour moi, que de rechercher des perceptions, des sensations est une erreur d'appréciation. La connaissance n'appartient pas à ce monde. J'ai toujours intuité cet espace de connaissance, cependant je n'en n'avais pas les clés et mon cheminement était assez empirique. Là, où j'ai quelques doutes, c'est dans la capacité des leçons à déconstruire ma vision du monde, car cette déstructuration pose la question de la capacité à exister sans identification du moi au monde tangible. J'ai exploré quelques forums consacrés à en cours en miracles et je n'ai pas le sentiment qu'il y ait eu beaucoup de réalisations. Peu de témoignages de personnes ayant révélé le divin en elle. Révélations et témoignages sont probablement antagonistes.

    J'ai aussi la crainte d'être dans l'impossibilité d'intégrer ma nouvelle vision du monde, (si elle se produit), à mes engagements professionnels et militants. A force de penser que ma perception du monde est une illusion, une mal-création, une erreur, je me vois mal défendre des positions politiques en pleine conscience de mes errements.

    De toute façon, je vais suivre le 3ième accord toltèque et ne pas faire de suppositions, il adviendra, ce qu'il adviendra et je ne vois pas comment je pourrai faire autrement. J'ai fait ce pacte avec mon âme, en septembre 2010, " fais de moi, ce que tu veux, ma vie s'en être désagréable n'a pas grand intérêt, si je peux servir, et si je peux accomplir ton dessein, je te fais pleinement confiance". A l'époque, j'avais le sentiment d'être sur le bord de la route, aujourd'hui, j'ai la conviction d'être sur le chemin. Ca cahote pas mal, il se met à jour aussi en moi, de par ma nouvelle vie avec ma compagne et ses deux enfants enfants, des aspects de moi très réduits, une tendance à vivre de manière autonome et à vivre la vie collective comme une suite de contraintes. Je me sens peu dévoué, petit dans mes capacités à donner et grand dans mes volontés d'indépendance. 

    Il n'ya a aucune forme de culpabilité dans ce message, juste une volonté de nous faire rectifier notre erreur. Je fais confiance.

     


    votre commentaire
  • Nouveau cycleIl y a un an, je décidais de suspendre mon contrat de travail, pour me consacrer uniquement à ma fonction d'élu. Ceci à la suite de multiples épisodes où ma fonction d'élu, la disponibilité qu'elle me demandait conjuguée à la volonté d'indépendance politique de l'organisme que je représentais m'avait poussé dans un placard. Avant que mes employeurs trouvent les bons motifs pour me licencier, j'ai décidé de prendre ce risque. Vivre avec moins de revenus et une incertitude en l'avenir. Quelques mois plus tôt le renouveau de ma vie spirituelle avait tranché sur le fond.  La vie politique est complexe, codée, suffit-il d'en maîtriser les codes pour naviguer. 

    Je peux dire aujourd'hui que cette décision était la bonne. Ma vie à complètement changée, des événements ont complètement modifié ma vie. Demain, une jeune et belle femme traverse la France pour venir vivre chez moi avec ses deux enfants. Sans cette décision, rien ne se serait passé. Je n'aurais pris le temps de méditer, d'écouter et réécouter le message d'Omnia-Pastor, de fouiller le Web en quête de spiritualité, de découvrir le forum Ame de Lumière, de faire ce blog, de rencontrer cette jeune femme, d'aimer à nouveau, d'espérer, de vibrer. De renouer au plus prêt de mon âme, de rencontrer Christophe Allain, de découvrir une autre région la Lorraine.

    Un cycle nouveau s'ouvre pour moi, j'en suis ému et serein. Je n'attends rien de concret, je ne veux rien, juste vivre en faisant de mon mieux pour que les êtres qui partagent ma vie, soient heureux et trouvent sens à leurs vies.

    Le sentiment de se sentir aimé est d'une douceur infinie, souvent je dis à mon amie, je t'aime infiniment, rien n'est plus vrai. Sa présence, et même lorsque ma pensée se pose sur elle, je ressens cette infinie douceur. En affaire de coeur, je suis un tout jeune homme, et je m'étonne de m'oublier ainsi. Quel bonheur, de ne guère vouloir de choses pour soi. Ce partage m'apporte tant, une infinie confiance. J'ai la chance, je crois, de savoir m'écouter, et de laisser faire sans trop de peur quand mon chemin de vie se présente à moi. A ceux qui liront ces quelques lignes, je leurs souhaite cette nécessaire attention à ce qui se présente dans leurs vies et à cette petite voix qui, pour ma part, toute ma vie m'a accompagnée dans les temps les plus durs et les plus heureux.


    votre commentaire
  • L'Affirmation du Disciple

    Je suis une étincelle dans une grande lumière.
    Je suis un filet d'énergie aimante dans le fleuve de l'amour divin.
    Je suis, centrée dans l'ardente volonté de Dieu,

    Une étincelle de la flamme du sacrifice.
    Et ainsi je demeure.

    Je suis une voie de réalisation pour les hommes.
    Je suis une source de force qui les soutient.
    Je suis un rayon de lumière éclairant leur chemin.
    Et ainsi je demeure.

    Et, demeurant ainsi, je reviens
    Et foule le sentier des hommes
    Et je connais les voies de Dieu.
    Et ainsi je demeure.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique