• Où est cet instant d’éternité qui vous permettra de concevoir votre âme, de l’approcher et de fusionner avec elle ?L’âme se moque complètement de ce qui est noir, de ce qui est blanc. Elle n’a d’ailleurs aucune évaluation mentale, morale pour dire ce qui est bien, ce qui est mal. En elle-même, il n’y a qu’une sorte de bien inné.

    Je ne dis pas que de façon définitive l’âme s’est positionnée dans le camp du bien, car le bien que vous imaginez, que vous conceptualisez est le bien qui est contraire au mal, donc tout à fait différent de celui dont je parle qui ne rivalise aucunement avec un mal existant quelque part, que ce soit dans une galaxie ou dans le cosmos.

    J'évoque un état de vie inhérent à toute chose et du fait que son état est vie, c’est forcément un principe de bien. Là est la clef. Positionnez-vous dans ce principe de vie qui est plein, fertile, rayonnant, qui est transporteur non seulement de la gloire de Dieu, mais de sa force, et de sa fertilité.

    En vous positionnant ainsi dans ce bien-là, vous ne serez  plus des juges.

    Celui qui oscille entre le bien et le mal, de la façon dont je viens de le décrire est un être malade, un esprit torturé qui va sans cesse se taper la tête contre ce qui est bien, ce qui est mal, faire des catégories entre les êtres humains, entre les bons et les mauvais, les inférieurs, ceux qui sont évolués et ceux qui sont de grands initiés. 

    Dans ce monde hyper-hiérarchisé, hyper-classifié, il ne va trouver aucune liberté. Beaucoup de disciples sortent de la méditation ou du temple, l’âme en peine parce qu’ils ne sont arrivés à rien. Ils se disent : je suis un disciple débutant,  pas encore un Initié, pas encore un Maître, donc il ne peut rien m’arriver.

    Et si je médite, c’est justement pour essayer d’avancer petit à petit sur le chemin, de rencontrer une initiation qui fasse de moi un Initié. Mais, ici maintenant, il ne peut rien m’arriver, d’ailleurs il ne m’arrive rien. La preuve, j’ai médité et je n’ai entendu aucune voix, rencontré aucun Dieu, ressenti aucune chaleur, aucun feu. Et le disciple qui s’analyse de cette façon-là se dit : c’est parce que je suis petit. Il utilise en lui un raisonnement complètement erroné. Il hiérarchise la vie, il la classe entre ce qui est bien, ce qui est mal en deux camps opposés et la douleur commence.

    Si ce n’était que la douleur, ce ne serait pas très grave, elle peut passer. On peut envoyer des images positives, des vibrations pour que le malheur s’enlève. Ce qui est plus grave et que l’on ne peut pas enlever, quel que soit l’amour que l’on porte au disciple, c’est l’incapacité dans laquelle il s'installe.

    Que se passe-t-il au niveau de ses énergies lorsque l'on se positionne ainsi ?

    Si vous pouviez voir les auras, le travail des énergies et surtout la direction qu'elles prennent après avoir subi ces influences mentales, vous verriez qu'au lieu de continuer à monter, essayer de communier avec le cosmos, elles sont comme avortées et elles se précipitent dans le plexus de l’individu.

    Le plexus solaire reçoit en masse toutes ces énergies qui ont été quelque peu Initiées par un moment de méditation, un moment d’ouverture, et c’est le fracas. C’est un moment dangereux pour l’aura et le mental de l’individu.

    Pourquoi ?

    Ayant réussi à élever quelque peu ses énergies, même si l'individu ne l’a pas senti, ne l’a pas vu, le phénomène s’est accompli,  mais dès qu’il se dit "je suis petit, je n'arrive à rien, je suis nul" il précipite ses énergies dans le plexus solaire, qui y crée une surcharge qui ne va pas pouvoir être utilisée de façon spirituelle, parce que le plexus solaire n’est pas l’endroit de la vie et du rayonnement de la divinité.

    Et que se passe-t-il ?

    Une chose désastreuse. Je vous le dis pour que vous en soyez conscient et que vous puissiez combattre ce processus. Si vous n’en êtes pas conscient, il vaux mieux vous interdire de méditer, de prier, d’aimer Dieu et même de le chercher. Ces énergies, qui viennent dans le plexus, apportent une surcharge d’énergies nouvelles et fortes pour vivre ses émotions.

    Ce qui fait que croyant évoluer ou travailler à son évolution, croyant monter un peu dans la gamme de la vie et de la hiérarchie de la vie, l’homme qui immédiatement après sa méditation est envahie d’un complexe d’infériorité ne fait que renforcer sa nature humaine inférieure. Ses énergies, qu’il a réussi à élever, se précipitent dans le plexus solaire et dilatent un peu plus son activité émotionnelle. Et au lieu d’évoluer, le voilà plus irritable, nerveux, agressif, soumis au désir de la chaire, de la gourmandise, du sexe ou quoi que ce soit d’autre.

    Constatant ce qui lui arrive, il dit : je ne comprends pas, j’étais bien plus calme quand j’ignorais Dieu et que je ne faisais rien pour le rencontrer. Voilà que je deviens plus humain qu’autrefois, encore plus émotionnel, encore plus nerveux. Hum ! Si je deviens nerveux, c’est que les énergies bougent, ce n’est peut-être pas si mauvais que ça après tout. Ils confondent leur nervosité, leur irritabilité avec un changement vibratoire auquel ils ont un certain mal à s’adapter et ils prennent cela pour du bon argent. Erreur !

    Non seulement ce n’est pas du bon argent, mais en plus c’est une poignée de vers qui entrent dans votre ventre et qui vont commencer par vous ronger de l’intérieur.

    Dans tout acte d’évolution, de méditation, de prière, d’ouverture au Divin, vous devez être suffisamment soigneux envers les énergies pour ne pas commettre l’erreur de soudainement redevenir l’être autocritique qui se juge inférieur. Tout au contraire vous devez porter ses énergies haut, très haut, dans un un état d’esprit positif. Un état d’esprit, même s’il est revenu objectif parce que vous avez ouvert les yeux, et que vous êtes revenus dans le monde, un état d’esprit qui va continuer sa méditation.

    Si vous procédez ainsi, non seulement votre prochaine méditation ira plus loin et plus vite, mais en plus vous allez vous trouver dans une méditation qui va se prolonger jusque dans votre activité objective, lorsque vous ne serez plus en méditation.

    Il ne peut pas y avoir une flèche lancée très fort depuis un arc, qui monte très haut, autant qu’elle le peut et redescendre et se planter dans la terre. Il ne peut pas y avoir ce mouvement pour l’esprit.

    L’arc doit être tiré avec calme et une paix profonde, et surtout, une immense confiance en soi. Si vous ne pouvez pas avoir confiance en vous-même, parce que vous ne vous aimez pas assez pour ça, ayez confiance en Dieu qui habite en vous. Portez votre confiance sur lui et tirer votre arc avec cette même confiance. Appropriez-vous cette confiance et elle va développer votre force sans que vous ayez l’impression de forcer votre volonté ou votre confiance.

    Au moment où vous lancez la flèche, vous allez la voir monter très haut sans jamais revenir et ce sera le signe que vous avez bien médité, bien invoqué le nom de Dieu ou d’une hiérarchie, que vous avez bien ouvert votre cœur, bien prié.

    Lorsque je dis que vous ne devez ne plus voir la flèche retomber après la fin de la méditation, de la prière ou de l’ouverture, vous devez sentir votre esprit continuer à méditer, l’état méditatif se poursuivre, même lorsque vous ouvrez les yeux et que vous parlez à un voisin ou que vous regardez la télévision, ou que vous allez au lit. Vous devez pouvoir sentir cet état se transporter et faire encore quelques pas. Je dis quelques pas parce que vous n’allez pas pouvoir le garder longtemps.

    La première fois ce sera peut-être dix minutes, puis un quart d’heure, puis une journée, puis une semaine et un jour ce sera pour toute la vie. Chaque fois que vous aurez réussi à garder l’état méditatif que vous avez atteint, c’est un pas de plus fait véritablement dans la conscience. Et à force d’ajouter ces pas les uns derrière les autres, petit à petit, au bout de quelque temps vous vous apercevrez que vous aurez fait un grand pas et que vous aurez véritablement changé d’état. Car le grand pas, c’est cela, changer d’état et vous serez tout proche de cet instant d’éternité qui vous permettra de concevoir votre âme, de l’approcher et de fusionner avec elle.

     

    Conférence du 26 05 89  en 3 parties  

    L'état d'Être 1/3

    L'état d'Être 2/3

    L'état d'Être 3/3

     

    Conférence  audio

    Nyon 26 05 89

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    2 commentaires
  • Dieu et les religionsDe nombreux livres ont des bases sacrées. Cependant certains ouvrages qu’ils soient hindous, ou provenant d’autres peuples ou d’autres religions, sont troublés par les structures religieuses. Ainsi il y a très souvent des prescriptions dans ces textes : « Comment devenir disciple, comment prier, adorer, se vêtir, comment manger », en cela immanquablement vous vivez les structures du passé et celles-ci appartiennent au passé.

    Le second problème est qu'un écrit donné dans une civilisation, est toujours filtré, par l’inconscient collectif de cette civilisation. À moins que celui qui capte le livre soit pleinement un juste vivant dans la réalité, mais il faut avoir de nombreuses initiations pour cela. Il y a donc toujours la présence d’un filtre.

    Aux Indes il existe de multiples Dieux, est-ce que ces Dieux existent ? Vous savez très bien que non.
    Ils existent en tant qu’énergie, en tant qu’égrégore, et pourtant ils appellent cela des Dieux. Ils les adorent et leur font des sacrifices.

    Ces Dieux-là sont la structure de yogas, de  religions. Qu'ils aient pour base l’adoration de ces différents Dieux, n'ait pas en cela mauvais, mais ils ne sont pas pleinement réels.

    Donc, il y a toujours un  risque à remonter dans le passé par le conditionnement historique et philosophique de ces spiritualité, alors que, si vous allez chercher dans le passé l’aspect connaissance, comme pour le tellurisme, il n’y a aucun risque parce que cela est établie, il n’y a pas trente-six façons de voir le tellurisme et de le transformer.


    Voir Dieu, là oui, il y a trente-six façons de le voir. Donc, pour nous, tous ces livres sont bons, puisqu’ils ne sont pas loin de la vérité. Mais pour qu’ils puissent pleinement révéler leur vérité, il faut que celui qui lit, soit pleinement éveillé à un autre type de conscience, sinon, il se fait, d’une certaine manière, programmer par les petits concepts, par la petite structure, par les petits filtres qui sont manifestés dans cette philosophie.

    Une religion s’appuie toujours plus sur une philosophie que sur une vérité. Si les ordres s’appuyaient sur des vérités, il n’y aurait pas de religion, il y aurait tout simplement le temple de Dieu, le temple de la lumière.  Aller chercher dans les religions des explications à propos de Dieu, est une démarche fausse, à moins que vous ne soyez suffisamment épurés pour ne pas vous laisser piéger par ces images.

    Le but, maintenant, est de permettre à l’homme de comprendre pleinement ce qu’est Dieu.

    Un jour j’ai dit, et avec mille précautions, que Dieu n’existait pas, et je le répète. Ne croyez pas que je sois l’enfant du diable, l’antéchrist. Je dis que Dieu n’existe pas, nous le disons tous, parce que nous voulons détruire l’image que vous avez de ce Père. Ce qui n’existe pas, c’est cette philosophie que vous avez créée autour de ce concept divin.
    Les scientifiques sont beaucoup plus proches de l’image de Dieu que les dévots. Le dévot est proche de Dieu d’une certaine manière, mais ne connaît rien de Dieu. Le scientifique ne communique pas avec Dieu, mais il connaît son corps, et à force d’étudier le corps, immanquablement, un jour il en viendra à sa conscience, alors que le dévot n’ira nulle part, il va prier, c’est tout.

    J'ai dit aussi qu’en étudiant l’infiniment petit, vous pouviez comprendre l’infiniment grand. La science était pour nous un moyen de révéler les aspects cosmiques de la vie. Tout est énergie, et comme l’énergie est de l’intelligence, alors Dieu n’existe pas comme vous l’imaginez. Non, ce Dieu-là n’existe pas, et si certains ne se sentent pas la foi suffisante pour prier, je les comprends, parce qu’en fait, l’objet de la prière n’existe pas.

    C’est une communion d’énergie qui doit être fait avec Dieu, une communion sur un plan de conscience. Autrefois, les gens pouvaient prier parce qu’ils étaient superstitieux, alors en petits poussins affolés ils allaient sous l’aile du grand Dieu. À l’heure actuelle, par la connaissance, par la science, les hommes sont un petit peu plus indépendants vis-à-vis de Dieu. Alors ils ne prient qu’en cas de jambes cassées ! La plupart d’ailleurs ne peuvent plus prier, et c’est très bien.

    Cela pourrait paraître alarmant, lorsque l’on ne regarde que l’étape, mais lorsque l’on sait que ce n’est qu’une étape et que l’homme progressivement se détache de l’aspect superstitieux, de l’aspect dévotionnel, pour aller vers un aspect d’intelligence et d’entendement, alors l’étape devient nécessaire, évidente, et elle est acceptée, comme la chute des religions.

    Certains pensent que sans les religions il n’y a plus de structure, plus de morale, et tout devient n’importe quoi et catastrophique.
    Non, pas du tout. Dieu n’est pas oublié. Les hommes cherchent une nouvelle image de Dieu, et heureusement, parce que cela va permettre l’arrivée d’une nouvelle connaissance. Ils la veulent, la cherchent, et que lorsqu’un individu cherche, Dieu donne

    Frappe et l’on t’ouvrira, n’est-ce pas là la phrase ?

    Le fait que beaucoup se soient détournés de la religion est une étape utile et il ne faut pas avoir peur que le monde perde sa morale, sa structure pour autant. Si vous savez ce qui est en train de se passer, vous êtes plus à même d’aller directement vers la nouvelle étape et de diriger aussi tous ceux qui sont en train de se détacher d’une rive pour aller vers l’autre, plutôt qu’ils ne perdent du temps et risquent de se noyer.

    Alors Dieu a-t-il un côté humain ?
    Il lui arrive d’en avoir en effet, à de rares occasions, lorsqu’il va vers les humains et qu’il accepte de se voiler pour être intelligible, pour être approchable par les hommes.

    Tout le phénomène de Dieu est dans la descente, il ne réside pas dans son existence, il réside dans sa descente.

    C’est justement de là que viennent tous les mystères, toutes les magies. Là-haut, il n’y a que lumière et énergie. Le fantastique est dans sa descente, parce qu’il prend des formes multiples, des créatures, des hiérarchies, des mondes, des secrets multiples sont engendrés selon les humanités et les créatures. C’est la richesse de la vie.

     

    Conférence du 16 11 1985  en 4 parties  

    Éveil à la nouvelle énergie

    Les rêves, le tellurisme

    L'âme sœur, la science des nombres

    Les religions

     

    Conférence  audio

    Non disponible

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  • 14 06 92Pense à ce concept, je suis l’âme, et répète-toi cette phrase en cultivant l’intention. 
    il y a une grande différence entre le disciple sensible et le disciple trop intellectuel. Le premier peut facilement, puisqu’il est un artiste, créer une intention, le second ayant moins de sensibilité créatrice, ne pourra avoir recours à l’intention. Il doit alors maîtriser son mental et le mental concret, maîtriser ses pensées, ses émotions pour aboutir à ce même espace de l’âme libre.

    La difficulté des instants de création provient qu'il faut être suffisamment sensible, puis artiste, pour avoir recours à une émotion que tu crées, mais que tu empruntes au connu, à toutes tes sensations antérieures qui t'ont donné l’impression d'élever ta conscience et ta perception. Là, la musique et les sons sont des aides magnifiques. Par la musique, celui qui est sensible dilate son champ de conscience, dilate l’espace intérieur dans lequel il vit. Sitôt que par ce voyage, tu as ressenti ta nouvelle dimension, le cerveau la répertorie, s’en souvient et lorsque tu veux méditer et que tu dois créer une intention, tu vas aller chercher dans la mémoire, la sensation que te faisait tel ou tel morceau de musique. Tu ne vas peut-être pas te rappeler le morceau de musique, mais tu vas aller reprendre la sensation que tu as connue. 

    Tout au long de la méditation, tout au long du cheminement spirituel, l’homme est fort embêté, car il va lui falloir méditer sur des éléments connus, des sensations connues, des agrandissements connus, afin de se propulser suffisamment haut pour qu’éventuellement il puisse avoir une réelle expérience spirituelle. Cela créait des complications et il te semble souvent peu réussir en méditation. Tu peux utiliser ce cheminement comme tu peux aussi aller très vite au but, à ce royaume qui est l’âme et t’y dissoudre si tu comprends la nature du silence et te défais des illusions. C’est un travail qui demande une plus grande compréhension, et si c'est ta voie alors prends-la, n’attends pas, car elle est plus rapide.

    Qu’est-ce que le silence ?

    En ce moment même, écoute.
    Comment peux-tu t'intérioriser en utilisant un mouvement qui en fait va à l’extérieur ? Tu ne peux pas écouter ce qui est dedans, tu ne peux pas écouter le monde spirituel. L’écoute dans le domaine spirituel est remplacée par une affirmation, "je n’entends plus rien".
    Suis ce que je te dis et ce que j’essaie de te démontrer, suis mes mots. «Tu n’entends plus rien.» Tu t’aperçois alors que la sensation d'exister cesse. Tu respires d’une manière plus calme, et si tu pousses plus loin l’exercice cela suspend le souffle tout naturellement. La sensation est comme une antenne qui cherche à entrer en écho avec la vie intérieure, cette antenne petit à petit se calme aussi et au moment où les sensations, ces quêtes inévitables mais illusoires se sont tues, l’existence apparaît, ton âme apparaît.
    Lorsque tu intériorises cette énergie, cette tension qui est ton existence, le souffle se ralentit. Tu es dans un premier temps comme un grand œil qui essaie de regarder à l’intérieur de la vie, de ta vie et par ton attention le calme s’installe. Là, si tu pousses plus loin ta capacité d’introspection, les énergies montent à la tête et tu découvres une nouvelle sensation d’exister et plus loin même plus tard, l’âme, si tu as de la chance.

    Dans la journée, tu vis un va-et-vient qui te conduit d’un point d’inconscience lorsque ta conscience retourne à l’intérieur, à un point semi-conscient qui est dans le monde.
    La méditation est la cessation de ce balancement. Il n’est plus question de manifestations, d’extériorisation, d’incarnation, il est question de rapatriement de toutes les énergies par un silence absolu donc d’une mort. C’est ce qui se passe au moment de la mort, durant l’alignement, la percée vers le royaume supérieur lorsque l'on s’y est suffisamment préparé. 

    La méditation est une petite mort et c’est en cela qu'elle t’est si difficile. Acceptes-tu de mourir ?
    Non ! Tu n’as pas envie de mourir ?  Mais si tu enlèves de la mort l’idée de la fin, si tu ne vois plus la mort comme étant une fin dont on ne revient pas, quelque chose qui fait mal, tu pourras méditer sans problème. Si tu exorcises le phénomène qu’est la mort, ta pensée est libre de vivre. Une pensée libre n’a plus peur de la mort, tu es ainsi détaché du monde et tu agis par amour de la liberté.

    Les obstacles à la méditation sont l’extraversion des énergies et en ce sens elles suivent un flot naturel puisque vous êtes incarnés, en manifestation, et vous avez la peur de la mort. La méditation ne sert à rien si tu ne développes pas tes conceptions. Tes conceptions à propos de l’âme, à propos des sens, à propos du geste qu’est la méditation. 

    Quant au pouvoir d’introspection, de compréhension du sens de la vie, c'est un peu du bouillonnement intellectuel. Peut-être ! Mais sitôt que tu réfléchis à ces thèmes élevés, ce n’est plus simplement une activité intellectuelle, les feux du mental s’allument, et à force de chercher, de t’interroger, à force de pressentir, tu vas avoir à un instant, une intuition qui te donne une compréhension qui fait que là, où que tu sois, tu es en train de méditer.

    Le voyage de la conscience à travers l’homme est une lente affaire de maturité. Au début, il s’accommode du corps physique et essaie de le comprendre. Ensuite il s’accommode des émotions et cherche à les comprendre. Puis il s’agit de s’accommoder du mental et de comprendre ce que celui-ci te permet de faire, soit de rejoindre l’âme. Le mental n’est pas simplement ce qui te permet d’approcher les grandes substances, les grandes idées, les grands desseins de l’univers. C’est aussi tout un royaume où l’âme par cette étincelle bleue répète le verbe et ça, il ne faut pas que tu le rates, vois-tu.

    Fais un silence tellement profond qu’un jour tu arriveras à ce point bleu et à ce verbe. Ne t’attends pas à entendre des sons car le son de l’âme n’est pas audible mais à être pris dans la vibration du son. 
    Lorsque tu percevras ce verbe, tu seras comme une feuille prise dans la vibration d’une onde. Étant bougée par cette vibration, la feuille en ressentira un plaisir divin et ce plaisir divin d’exister porte un nom, c’est l’âme.

    Comment se fait-il que l’âme puisse avoir un plaisir, le plaisir d’exister?

    Ce n'est pas un plaisir comme on le connaît au niveau charnel. C’est une vibration consciente du rôle qu’elle a à jouer. Cela lui donne un immense plaisir d’exister parce que c’est au nom de quelque chose, et cette ardeur d’exister peut s’apparenter à un plaisir. 

    Quel est le dessein de l’âme et le but de la vie ?

    L’âme est une grande missionnée. C'est pour cela qu'en écho parfait en tant que personnalité tu te cherches toujours un but pour exister. L’âme est une missionnée, elle sait qu’elle doit aller dans la matière au nom de Dieu et pour Dieu. Elle sait qu’elle n’est qu’une intermédiaire, une poche, une servante par laquelle l’étincelle divine que l’on appelle l’esprit ou la monade dans certains enseignements, par laquelle l’étincelle de Dieu peut aller se régénérer dans la matière grâce à ses soins, à sa bienveillance, et à l’alchimie dont elle seule est capable.
    L’homme n’est capable d’aucune alchimie, la véritable alchimiste est l’âme. Elle seule sait comment extraire de la matière solide les éléments spirituels qui sont l’or de l’esprit, l’eau de l’esprit, le feu de l’esprit. Elle seule sait faire cela et pour qu’elle y arrive, il faut qu’elle reprenne sa place.
    Pendant toute une suite d’expériences et d’incarnations, l’âme n’a pas sa place, elle ne peut s’exprimer. Les sens, qui sont en relation avec la matière décomposent la conscience en plusieurs phases de conscience, dans plusieurs secteurs, ce qui fait qu’immanquablement va se construire la personnalité, l’égo inférieur. Mais au fur et à mesure que le karma, donc la purification, l’éducation, l’entité qui est la somme de ces trois aspects, étincelle - âme - personnalité, va petit à petit en développant son intelligence donc son mental s’apercevoir que la vie ce n’est pas ceci ou cela, l'entité que tu es, va s’interroger à propos de l’âme et va finir par laisser une place prédominante à l’âme. On appelle cela un initié.

    En vérité, qu’est ce qu’un initié ?
    C’est une âme qui a repris son droit à l’expression, à la manifestation. C’est une personnalité qui a offert tous ces matériaux dans le feu de la Kundalini. La Kundalini a transformé ces matériaux en substances différentes qui désormais donnent à l’âme le pouvoir d’exister et de dominer.

    Que vas-tu faire dès demain pour essayer de mettre cela en application ?
    Je te propose simplement de ne pas oublier l’âme. Quand tu fais quelque chose, essaie de le faire en y mettant ton âme. Bien sûr au début tu vas être embarrassé, tu ne vas pas savoir comment laisser apparaître l’âme, pour que l’âme fasse le repas, pour que l’âme nettoie les chaussures, pour que l’âme soit le guérisseur, pour que l’âme soit le voyant.

    Tu vas être tout embarrassé parce que c’est l’âme, comment la laisser exister ?

    Je te propose une petite tactique toute simple, ait l’intention, envoie lui une carte d’invitation. Chaque fois que tu vas dire ou que tu vas essayer de le faire depuis le royaume de l’âme et que tu vas te dire moi l’âme j’accomplis ceci, moi l’âme j’accomplis cela, c’est comme une invitation que tu envoies à l’âme et le courrier finit toujours par arriver. Et un beau jour, l’âme s’écrit : « j’ai reçu ta carte invitation, il m’a fallu un petit moment pour venir jusqu’à ton royaume, mais voilà, je suis là et ensemble nous allons travailler. » Laisse-lui le temps d’arriver, n’exige pas que tout de suite  que l’âme soit là, laisse-lui le temps d’arriver.

     

    Conférence du 14 06 92 en 4 parties  

    Qu’est-ce que le mental ? Qu’est-ce qui médite dans l’homme ?

    L’infantilisme, une attitude à l’obéissance

    Qu’est-ce que le silence, le mental permet de rejoindre l’âme

    Exercice de Méditation

     

    Conférence  audio

    Lucinges 14 juin 92

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    1 commentaire
  • Comment concevoir le christ
    Le Christ est-il une âme supérieure ayant pris possession du corps de Jésus, à un certain âge, ou était-il déjà cet être supérieur dès sa conception ?

    Il y a toujours des énigmes autour des grands êtres, autour de ce qui paraît insondable. Qui était Jésus et qui est le Christ ?
    Jésus était un initié de grande envergure que tu appelles Maître, mais chez nous, nous l’appelons le veilleur. Il était donc un veilleur de grande envergure pouvant augmenter à volonté la puissance de sa vibration, et ainsi s’adapter aux êtres qui pouvaient ainsi se servir de sa forme pour effectuer un service. Tout est dans la résonance vibratoire.  Lorsque l’on dit que Jésus fut adombré par le Christ, il s’agit d’imaginer deux énergies pouvant se rencontrer, vibrant avec la même intensité permettant l’osmose. De ce fait, il est juste de penser que Jésus était vraiment le Christ, jusque dans son âme, comme il est juste de penser, que Jésus n’était pas le Christ, que le Christ est une entité différente. Les deux théories sont justes, parce que lorsqu’un individu arrive à faire osmose, à ce point, avec une entité cosmique, c’est qu’il y a eu la révélation de la nature qui vibre en lui, soit une forme d’état Christique.

    Il y a deux façons d’imaginer le Christ, par la religion, ou par certaines définitions d’occultisme, imaginer que c’est un initié très ancien, ayant acquis le maximum des initiations qu’offre la hiérarchie planétaire.
    Ce que nous, nous nommons comme étant le Christ, est la substance de toute chose. Tout dépend de quel degré christique nous évoquons. Il ne sert à rien de faire des guerres de religion ou entre groupements ésotériques ou occultistes parce que tout le monde a raison sans avoir vraiment raison.
    Tant que les sectes, les groupes et les religions s’amuseront à discuter sur les formes, les manifestations de la vérité, ils seront en désaccord. Lorsqu’uniquement le cœur de l’univers sera pris en compte, ce sera vraiment l’universalité de la conception, avant cela il n’y en aura pas.
    Lorsque vous me demandez qui est le christ, si vous avez des jumelles qui voient jusqu’à tel degré de la hiérarchie, ou de la manifestation, vous verrez un certain être, un certain personnage, une certaine fonction. Si vous regardez dans un autre coin de l’horizon spirituel, vous verrez une autre personne, une autre dimension, une autre fonction. Tout cela, est-ce la même entité ? Oui et non.

    Oui, parce que dans la substance, depuis le point initial de la manifestation du Christ jusqu’à sa dernière manifestation à travers un homme, tel que Jésus, il est le même.
    Non, parce que si vous cherchez le Christ dans la personne de Jésus, vous ne le trouverez pas.

    Tout dépend donc avec quel concept vous approchez les choses. Si vous regardez en Jésus la substance Christique vous la trouverez et à ce titre vous trouverez le Christ. Mais si vous voulez serrer la robe de Jésus en croyant serrer la robe du Christ, c’est faux, parce que vous vous placez dans la forme au lieu de vous placer dans l’esprit.

    C’est lorsque vous vous placez dans l’esprit que toute chose devient accessible. Dès qu’il y a la forme, la chose n’est plus accessible. Elle est le témoignage, donc un exemple à suivre, mais ce n’est pas la chose, et c’est là tout le problème de la déification et de toutes sortes de conceptions.

    La déification, c’est donner une forme à ce qui n’en a pas, donner une forme à ce qui n’est qu’essence. Cela, s’est passé pour le Christ à cause de Jésus. Il y a longtemps que Jésus n’entend plus les prières des chrétiens, par contre, le Christ est toujours à l’écoute, son omniprésence le lui permet.

    Qui pense envoyer sa prière à la conscience christique ? Pas grand monde. Par contre, ils sont nombreux à aller dans les endroits de pèlerinage, à allumer des cierges aux pieds de la statue du Christ, ou à vouloir toucher le Saint Suaire. Erreur.

    Je voudrais faire entrer dans votre esprit la notion d’universalité, de l’omniprésence. Ou le Christ est partout, ou le Christ est nulle part. Ou il est en Jésus et aussi en Bouddha, ou il n’est nulle part. Vous ne pouvez pas donner de limite à ce qui n’en a pas. Courir après le Christ, après sa forme, c’est vous éloigner de l’endroit où il se trouve.

    Comment concevons-nous le Christ ?

    Pour nous, le Christ est la substance de toute chose à travers le système. Il est la substance même de la vie. Il y a, dans les enseignements, la formation d’une trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
    Le Père éjecte, propulse, extériorise la création.
    Le Fils s’y infiltre, l’anime, la conserve et la fait évoluer.
    Le Saint-Esprit, soit la force, l’intelligence, permet la concrétisation de cette évolution, la sanctification de l’évolution acquise.

    Le Christ est donc le moteur, la dynamique de l’évolution et la substance de la vie. Mais, sans la consécration du Saint-Esprit, soit du feu cosmique, cette évolution ne peut être fixée. Ainsi s’il n’y avait pas cette concrétisation par l’intervention du feu cosmique, l’individu serait perpétuellement sur une roue qui tourne, sur une roue d’évolution, sans jamais retrouver une nature, puisqu’il n’y aurait jamais l’introspection véritable, l’intégration véritable.

    Cette trinité est à l’origine de toute chose. Puisque comme tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et que tout s’imbrique, la Trinité qui est en haut se retrouve aussi en bas, par l’intervention du roi du monde, celui qui est nommé dans la bible, comme étant celui qui n’est pas né et qui se présente sous l’aspect et la forme d’un éternel enfant. Celui dont il est dit, qu’il a l’éternelle jeunesse, puisque tel est son rôle, d’avoir la charge de l’évolution de la terre, a aussi la charge de représenter La Trinité sur le plan physique de la terre.

    Pour qu’il y ait la vie, pour qu’il y ait le mouvement à l’intérieur de chaque chose, la présence est nécessaire. Vous pouvez aussi l’appeler conscience divine, substance divine, appelez cela comme vous voulez, du moment que vous arrivez à vous créer le déclic de cette omniprésence de La Trinité, de la divinité en toute chose.

    Dès demain, lorsque vous verrez un tas de cailloux, demandez-vous quelle danse entretient tous ces atomes ?
    Par quelle force, soumis par quel ordre, il continue à constituer au travers des siècles ce morceau de rocher insignifiant que personne ne regarde. Quelle est la magie de la vie qui lui permet d’exister, de se perpétuer, d’être ce qu’il est ?

    Et en perçant le secret de la nature, d’un rocher, d’une vague, vous comprendrez votre propre énigme : tout dépend avec quelles jumelles vous regardez la nature, avec quelles lunettes vous regardez le monde. Posez-vous, devant la chose et essayez de la pénétrer, de contacter la vibration de sa vie, essayez de sentir sa résonance. Lorsque vous aurez senti sa résonance, vous comprendrez le lien indestructible qui existe entre tous les plans de la création et de la nature. Vous comprendrez quel mal se fait l’homme à lui-même, quand il décide de mettre à bas toute une forêt pour construire des maisons, ou pour faire du papier qui va servir uniquement à des choses profanes.

    Il ne vous est pas interdit d’utiliser les éléments de la nature, mais dans la mesure où il y a poursuite de leur manifestation, de leur évolution. Vous avez le droit d’abattre un arbre pour vous faire une maison, si vous respectez cette maison, si c’est le foyer où vous allez évoluer, où vous allez accueillir avec amour votre voisin, où vous allez amener vos amis pour qu’ils écoutent la parole, ou qu’ils découvrent leur divinité.

    Mais, couper les arbres pour faire du profit en vendant la maison....

    Si vous allez vers l’arbre, la roche, l’animal, ou quoique ce soit de vivant, et que dans une relation d’âme à âme vous leur disiez : « J’ai besoin de ta matière, j’ai besoin de ton sacrifice, et dans le grand échange de la vie, reçois mon amour », ainsi, il n’y aurait aucune offense à la loi de la vie, et de l’échange de la vie. Car la vie est créée pour s’échanger. Il y a donc une certaine loi du sacrifice, sans que ce soit le sacrifice comme vous, vous l’imaginez. Simplement le don de la vie, animée de cette même impulsion lorsque Dieu a lancé la vie dans l’univers en disant : « Va, je te donne à la liberté ».

    Si vous agissez dans cet état d’esprit, vous entrez dans le mouvement de cette grande énergie, l’échange de la vie, et vous pouvez abattre tous les arbres du monde il n’y aura pas d’offense. Mais il faut, pour cela, considérer l’arbre comme une entité réelle, vibrante, vivante, ce que ne font pas les hommes.

    Vous devez parler à la substance pour qu’elle se dégage de la forme et qu’elle vous fasse don de la sienne. Ainsi tout devient un fabuleux échange d’amour et l’homme ne pèche contre rien, car l’amour a pour principe de se donner envers et contre tout sacrifice. L'homme doit vivre ainsi et non pas émotionnellement, (je ne dois pas tuer). Qu’il sache de quelle manière il peut prendre le don de la vie, de la forme et de la manifestation et ainsi il saura lui-même comment souffrir et ce qu’il est venu faire sur la terre, quel poste il a à remplir et de quelle manière il doit se sacrifier.

    L’égoïsme existe dans la race humaine, car les hommes ne connaissent pas la réalité de la vie, cette grande fontaine d’où jaillissent mille eaux, sans jamais s’arrêter. Lorsqu’une goutte a touché le sol, elle redescend dans la caverne et remonte comme un geyser. Mais l’homme n’accepte pas que cette fontaine soit libre pour tout le monde « C’est ma fontaine, j’y mets un robinet, moi j’ai besoin de cent litres par jour, au diable ceux qui ont soif ». C’est ainsi que tout se passe chez les hommes.

    Alors faites sauter tous vos robinets. Lancez-vous dans ce grand élan d’échange qu’est la vie, et vous saurez davantage vivre les valeurs de la société, les valeurs d’échange tout à fait quotidiennes. Vous saurez où vous devez vous investir, comment, jusqu’à quel point, où donner, à qui demander, à qui reprendre. Et ainsi, la vie devient un grand jeu et non pas une série d’épreuves sinistres.

     

    Conférence du 24 06 87 en 3 parties  

    La réincarnation - Mediumnité et soins

    Comment concevoir le Christ ?

    Les catastrophes naturelles annoncées - La lucidité

     

    Conférence  audio

    Lucinges 24 juin 87

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Entendre les réponses de Pastor sur l'existence du "Mal", peut nécessiter de se défaire pour un temps de notre enveloppe trop humaine. La loi de l'évolution est ainsi, exercer notre libre arbitre jusqu'à parfois l'aberration. Bonne lecture à tous.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Entendre les réponses de Pastor sur l'existence du "Mal", peut nécessiter de se défaire pour un temps de notre enveloppe trop humaine. La loi de l'évolution est ainsi, exercer notre libre arbitre jusqu'à parfois l'aberration. Bonne lecture à tous.

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • L'intuition, un rayonnement de l'âme ?

     Image Viviane José Restiau

    Lorsque tu analyses ton passé, lorsque tu analyses ton présent pour prendre une décision ou que ce soit lorsque tu prévois ton avenir, essaie de te situer en un lieu de ton être où tu es sobre, logique et détaché. Pour cela pense à faire une vraie relaxation, pas simplement quelques respirations, une véritable relaxation profonde, voulue et sentie. Chaque fois que tu vas réfléchir par ce procédé, la réflexion ira plus loin et sera plus juste.

    Pourquoi ?

    Tout simplement parce que tu auras fait circuler les énergies, en premier ton énergie vitale, celle que l'on appelle le praňa dans une certaine culture, celle qui soutient ta vie, qui imprègne chacune de tes cellules pour les animer d'une vie suffisante. Ensuite tu auras fait circuler l'énergie émotionnelle, tu l'auras évacuée ou amplifiée si tu en as besoin pour vivre un certain événement et tu auras aussi fait circuler les pensées et puisque tout ce petit monde circule, échange, et se déplace, ton mental va devenir réceptif, réceptif au bon sens d'abord.

    Tes premières intuitions ne vont pas être par exemple, de grandes intuitions sur les lois cosmiques ou sur le fait reconnu ou caché que Jésus avait les yeux bleus ou les yeux verts. Tu n'auras pas de grandes révélations sur le nom secret de la ville où se cachent les maîtres pas plus que sur l'itinéraire qui y conduit. Tu n'auras pas non plus des idées sur la composition de l'aura de ton voisin.

    Le premier effet de l'intuition va être le bon sens, c'est pour cela que dans les premiers temps on ne remarque pas l'intuition, elle semble être tout simplement de l'intelligence. Mais le simple fait de devenir intelligent prouve que l'intuition, c'est à dire, l'intelligence de l'âme commence à adombrer son véhicule, le véhicule que représentent la personnalité et son cerveau physique. Sans l'approche de l'âme sans le rayonnement de l'âme, l'intelligence n'aurait pas lieu chez l'être humain, le processus de l'intelligence même tout à fait matériel et prenant même un fait très simple, comme élaborer des recettes de cuisine ou inventer des appareils.

    Cette activité qui semble tout à fait matérielle provient en vérité d'une activité de l'âme. Ce n'est pas l'âme qui très personnellement depuis son centre va imaginer des recettes culinaires ou des appareils, certainement pas, elle a autre chose à faire, cependant de par son rayonnement elle va doper le cerveau, l'intellect d'une multitude de qualité, de dons et d'expressions possibles, ensuite l'individu pourra transformer ce potentiel en une expression qui lui plaît ou pour répondre à une nécessité. Le talent va devenir personnel. Dans un premier temps, il y a le rayonnement de l'âme qui va doter l'esprit d'un phénomène que l'on appelle l'intelligence, ensuite l'individu, la personnalité transforme ce phénomène en une expression qui lui est tout à fait propre et qui va dépendre des stimulations qu'elle va recevoir de l'environnement.

    Pour exemple, l'homme a commencé à bâtir des maisons, des refuges parce qu'il en avait assez d'être exposé au froid ou à la grande chaleur l'été. Ainsi l'intelligence en tant que phénomène est donnée par l'âme, ensuite les expressions vont être stimulées par l'environnement.

    L'homme est une roue, sans arrêt en mouvement

    L'homme doit sans cesse chercher le développement de son intelligence dans les expériences et il découvre au fur et à mesure que l'on remonte l'échelle, l'accès à l'âme, ainsi les expériences d'une certaine manière vous amènent à découvrir le lien avec l'âme.

    Mais encore faut-il aller dans les expériences, estimer l'expérience pour ce qu'elle apporte, c'est-à-dire une stimulation. Beaucoup de gens pensent que la vie est à vivre tout simplement pour ce qu'elle apporte de bonheur, d'émotions et qu'il faut se préserver du mal, qu'il faut se préserver des problèmes et comme par hasard malgré tous nos efforts nous n'arrivons pas à nous préserver des problèmes.

    C'est quelquefois les gens qui se protègent le plus et qui en même temps ferment la porte aux expériences, à la communication et aux échanges, ce sont ces gens-là qui souvent conduisent les énergies à finalement n'avoir plus aucun autre recours que la maladie pour expérimenter quelque chose. Ce qui ne veut pas dire que voilà un individu trop timide, il est destiné à souffrir de la maladie.

    Je vois cela comme un fait mécanique, ce n'est pas une sentence qui est envoyée d'un livre où la loi est écrite. C'est une mécanique. L'homme est une roue, sans arrêt en mouvement, les énergies doivent circuler, les énergies descendent et doivent remonter, les énergies en remontant doivent servir l'éveil de la conscience si possible. Et si ces énergies rencontrent à un moment donné un individu qui bloque tout, qui pour se préserver et se faire une vie bien confortable ne remet jamais rien en question, se coupe d'une multitude d'expériences, car il prévoit que considérant le passé, cela ne peut qu'aller mal dans l'avenir, voilà que les énergies ne pouvant plus respirer, circuler, elles implosent et automatiquement cela va créer sur le plan physique des maladies, ce qui ne veut pas dire que toutes les maladies proviennent de ce phénomène, mais c'est souvent le cas.

    Lorsque la personne remet le pied à l'étrier, remonte sur son cheval, retrouve la curiosité, l'ardeur de vivre, reprend la communication, sa santé s'améliore

     

     

    Extrait de la conférence  du 26 06 1994 en 2 parties  

    Les méfaits de l'égocentrisme - Comment développer son intuition ?

    L'homme est une roue, sans arrêt en mouvement - La conception mentale du bien et du mal

     

    Conférence  audio

    Dernière conférence 26 juin 1994

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Qu'est-ce que la substance de l'âme ? Qu'est-ce qu'en fait l'après vie, si l'on peut s'imaginer ce que cela représente en lisant les livres, on peut se demander ce qu'est la substance de l'âme réellement, une fois qu'elle est décorporée, hors de son corps. Pour bien comprendre la différence qu'il y a et en même temps l'unité qu'il y a dans la vie physique et la vie de l'au-delà, la vie invisible, la vie de l'âme, il faut comprendre les délimitations qui cloisonnent les différents plans.

    Ces délimitations ne sont pas véritablement importante au sens occulte, Cependant ce qu' il faut comprendre c'est que ces voiles en fait car il s'agit plutôt de voile, la substance n'est pas plus épaisse, ces voiles sont des conditionnements. Quand l'entité descend dans la matière, elle va nécessairement passer à travers ce voile, exactement comme vous passeriez à travers le rideau d'une chute d'eau même si vous alliez simplement à l'intérieur de la grotte qui se trouve cachée derrière ce rideau d'eau et si cette grotte est sèche vous arriveriez quand même mouillés.

    Quand l'âme va s'incarner, elle va de façon incontournable se trouver en face de ce rideau de condition, en face de ce rideau d'information, non seulement d'information dues à la matière, à l'époque où elle va s'incarner et aussi dues à son propre karma et au karma collectif avec lequel elle va devoir jouer pendant toute son incarnation. Et toutes ces informations s'accolent par l'exercice d'un magnétisme qui provient directement de l'atome centrale de l'âme, Il faut considérer l'âme, comme un petit soleil ou un petit atome qui a une très forte attraction magnétique pour pouvoir s'incarner, puiser les informations, puiser le conditionnement qui lui est nécessaire et aussi pour pouvoir disposer d'une mémoire.

    Il ne peut pas y avoir d'incarnation s'il n'y a pas la possibilité de mémoriser. Cette faculté se retrouve sur le plan physique au niveau cérébral, mais c'est avant tout la particularité de l'âme et c'est grâce à cette faculté d'attraction, un magnétisme attractif très puissant que l'âme va pouvoir mémoriser. Elle va pouvoir ainsi être en relation avec sa personnalité, s'ancrer dans sa personnalité, avoir un pont jeté entre elle et la personnalité et pouvoir puiser dans tous les événements qui vont arriver à la personnalité, de façon à s'en enrichir.

    Donc quand le manteau a été revêtu, car il s'agit de cela, de revêtir un manteau, un manteau d'information, de conditionnement, c'est comme une main qui rentre dans un gant et c'est à ce moment là, que l'homme traditionnel va s'éveiller à la vie. A ce moment là, sa conscience subjective qui est la conscience de l'âme, qui est donc l'esprit, cette conscience là va partir très loin, non pas dans l'espace, non pas dans le temps, non pas même dans la capacité d'être conscient mais un peu comme deux planètes s'étant trop rapprochée sont obligées pour ne pas se détruire ensuite de se séparer et créer deux pôles. Par le jeu des forces de ces deux pôles une troisième vie à lieu, que l'on va appeler ensuite la personnalité.

    Autrement dit, il y a l'âme dans son domaine avec sa puissance magnétique, avec son pont jeté jusqu'à la matière et il y a au bout la matière avec tout le code génétique, tout le code du karma individuel et du karma collectif. Ce conditionnement est complètement inconscient c'est à dire qu'il peut exister sans qu'il y est forcément la prise de possession d'une âme. C'est quelque chose qui est vide qui est comme une coque. Et ce qui va engendrer la vie, c'est le rapprochement des deux puis l'éloignement des deux qui va engendrer ce que l'on appelle la personnalité. La personnalité est à traiter comme une psychologie en fait, plus que comme la somme des données génétiques et des données karmiques.

    Lorsque cette troisième personne est née que l'on appelle la personnalité elle va traiter les informations de cette matière et venant de cette âme et va essayer d'y voir clair dans le jeu. C'est elle qui ensuite va poser des questions et réclamer des réponses.

    Quand on parle d'incarnation, on parle de chute de l'âme dans la matière, il est vrai que l'on peut admettre ce concept, cependant, si l'on veut être juste dans la notion des choses, il faut savoir que ce qui habite en vous ici et maintenant, ce n'est pas votre âme qui habite votre corps.

    Ce qui est dans votre corps, est un réseau d'énergie en provenance de votre âme d'où la difficulté pour vous-mêmes d'être si centré, d'être aligné, d'être toujours aussi spirituel que vous le voudriez, d'être toujours positif comme vous le voudriez, de voir la vie comme vous savez que les saints arrivent à voir la vie.

    Tout est projection et qui dit projection dit que la partie principale va rester à sa place tandis que les faisceaux d'énergie vont être envoyés pour siéger dans les endroits précis prévus pour cela, pour recevoir le lien, le cordon ombilical avec l'âme.

    Lorsque un individu est jeune, sa personnalité va être rustre, grossière et son âme très lointaine. Plus quelqu'un est évolué, moins il y aura de particules dues au plan physique, à l'entité collective et plus il y aura la présence l'âme, jusqu'à un point tel qu'un jour, seul l'âme, l'entier de l'âme habitera dans le corps, et ce moment-là tout en étant un moment le plus fort dans l'incarnation et dans l'évolution, est en même temps, le plus terrible et le plus douloureux. Non pas parce qu'il y aurait encore une épreuve initiatique ou parce qu'il aurait véritablement une douleur de l'âme à être dans sa matière, mais tout simplement au moment, où l'âme est la plus incarnée, au moment où l'âme est la plus proche de la matière, elle doit aussi s'en séparer.

    Pour comprendre ce que je viens d'être dit, il faut pouvoir soupçonner, intuitionner que dans sa vie substantielle, l'âme si on peut la considérer comme divine, comme spirituelle, comme étant pur esprit, l'âme est cependant dépourvue de moyens d'action, de moyens réflexion, pas réflexion au sens de la pensée qui réfléchit, de réflexion au sens de miroir qui reflète.

    C'est comme si, en étant pur esprit, en étant à l'origine des choses, l'âme n'avait pas le pouvoir d'identification vis-à-vis d'elle-même, non pas le pouvoir d'identification par rapport au cosmos, mais surtout vis-à-vis d'elle-même. Dans les premiers moments de la vie, ce que l'on appelle le pur esprit, ce que l'on appelle la pure conscience ressemble étrangement à une zone que l'on ne peut pas qualifier d'inconscience, mais c'est une conscience qui dort. Pour rendre pleinement rayonnante et active cette unité de conscience, il va falloir la plonger dans un processus qui s'appelle l'identification et l'identification ne peut pas avoir lieu s'il n'y a pas de séparativité, donc si l'on ne sépare pas les unités de conscience, les unes vis-à-vis des autres, ce qui revient à les enfermer dans des bouteilles que l'on va ensuite appeler Pierre, Paul ou Jacques, ce qui n'empêche que dans ces bouteilles, est présente la même substance que dans toutes les autres bouteilles, la même unité, mais pour un certain temps jusqu'à ce que le pouvoir soit réveillé, jusqu'à ce que l'auto-conscience soit générée, il va falloir enfoncer ces unités dans la différenciation, dans l'identification, et admettre, supporter, attendre que tout le négatif de ce processus d'identification et de séparativité soit complètement écumé. C'est ce que l'on va appeler ensuite l'évolution, c'est ce que les hommes appellent l'évolution, que toutes les théories occultes appellent l'évolution, c'est tout ce processus, où l'esprit doit sortir du négatif de l'identification....

     

    La conférence du 12 03 1989  en 2 parties  

    Ce qu'est la substance de l'âme

    Après la décorporation

     

    Conférence audio 

    12 mars 1989

     

    Vidéo inspirante de cet extrait de conférence

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • D'où viennent toutes ces âmes ?Le cosmos est un réservoir infini d’atomes de conscience. Et si l’on comprend que l’homme est un atome de conscience, on comprend alors qu’il puisse exister des milliards et des milliards d’atomes de conscience. Observez votre composition au niveau cellulaire. Chaque cellule, par évolution doit pouvoir vivre sa propre vie, découvrir une individualité. Imaginez donc le stock que votre corps représente de consciences futures et d’individualités futures. Imaginez le nombre de cellules que vous avez, rien qu’au niveau du foie, de la moelle épinière, il y a de quoi ensuite peupler toute une planète.

    Pourquoi cela ? 
    Tout simplement parce que tout est la vie. Ce n’est pas parce qu’il a été prévu un nombre x d’âmes, bien que cela soit vrai, mais je vais expliquer pourquoi, il ne faut pas s’arrêter à cette conception. C’est surtout parce que l’univers tout entier est un jaillissement de la vie et de la conscience.

    Comme je l’ai déjà dit, le créateur n’a pu créer qu’avec ce qu’il est lui-même. Étant lui même conscience, tout ce qu’il a créé est conscience, que ce soit l’atome que l’on brise lors de vos expériences nucléaires, ou l’atome qui vous compose, l’atome que vous êtes en tant que conscience, c’est exactement la même fréquence, mais dans un degré d’individualité différent. Et c’est là la seule différence.

    L’atome qui compose un minéral ou l’arbre, le corps d’un animal ou une fleur, n’a pas du tout de degré d’individualité. Il ne sait pas, en lui, qu’il existe, et c’est pour cela que des esprits, appelés esprits de la nature ont le devoir d’entretenir la vie dans ces formations-là. Étant donné que seule la conscience éveillée produit la vie, donc le souffle, donc le feu, tout ce qui a une conscience endormie, a besoin d’une conscience transposée pour vivre, d’où l’intermédiaire et l’intervention des éléments de la nature : les gnomes dans le sol, les petites fées dans les fleurs etc.

    Ces éléments de la nature sont des vibrations, dont le rôle est justement de régénérer la matière et de la vivifier. Ils ne sont pas cantonnés dans ce travail, pour ce travail. Ils méritent aussi une évolution et ils ont leur évolution, mais je ne vais pas parler d’eux.

    Quoi que ce soit dans l’univers est aussi une conscience, que ce soit sur le plan physique d’une planète ou sur le plan éthérique, ou aussi simplement l’espace qui est aussi une substance tout comme le vide qui est un composé d’atomes. Donc l’univers tout entier est un gigantesque réservoir d’atomes de conscience.

    Ce qui fait que l’on peut déterminer le nombre d’âmes, c’est tout simplement parce qu’on ne peut pas permettre à tous les atomes d’évoluer en même temps. Il y a des cycles, il y a un certain ordre, un rythme, une harmonie dans l’univers, et chacun est au service de l’autre et lui est nécessaire.
    Au fur et à mesure, ces atomes prennent de plus en plus d’individualité et ainsi l’homme doit aussi apprendre à être individuel. L’homme de la rue n’est pas individuel, il fait partie de la masse, de l’âme collective, et peut être influencé. Il peut voter pour tel homme politique, alors qu’en fait, il ne croit pas à son discours. C’est pour cela qu’il peut être influencé pour suivre une mode, qu’elle soit vestimentaire, musicale, idéologique ou autre.

    Avec l’évolution, lorsqu’il devient de plus en plus individuel, l’homme n’est plus influençable. Il se rallie à une cause qu’il reconnaît vraie. C’est pour cela que la politique, les rapports de puissance ne peuvent avoir lieu dans une société avancée. Ce qui permet à un dictateur d’avoir prise sur une foule, c’est parce que cette foule est folle, cette foule n’est pas assez développée pour comprendre qu’elle a affaire à un dictateur, elle reste subjuguée, sous le charme, dans l’erreur.

    Mais revenons à nos atomes. Il y a donc, à cause de la création des hiérarchies, et à cause du rythme et des cycles, un certain nombre de ces atomes qui doivent passer à travers les différents règnes, jusque sur le plan des Maîtres, et plus loin jusque sur un plan cosmique. Il existe donc un rythme, que l’on appelle le souffle de Brahma, et qui veut que Dieu, donc le créateur, extériorise un certain nombre de vies, extériorise un plan, un certain nombre de créatures pour maintenir ce plan.

     

    La conférence du 24 07 87  en 3 parties  

    Le rôle de l'argent

    Le rayon de son âme - Vivre par la lumière de l'âme

    Un temple universel - D'où viennent les âmes - Connaître son karma

     

    Conférence audio 

    Bruxelles 24 07 87

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • La vie est infinie. Les règnes s’interpénètrent les uns avec les autresNous voyons bien que la terre est entourée d’une atmosphère et que dans cette atmosphère se développe toutes sortes de créatures.
    La vie n’a pas de limite.
    Que ce soit la vie que vous pouvez percevoir, ou que ce soit celle plus invisible, ou même celle qui vous échappe, parce qu’elle est beaucoup plus grande que vous (la vie des Êtres cosmiques : planètes, étoiles, etc.) donc elle devient invisible par ce même phénomène.
    La vie est infinie.
    Les règnes s’interpénètrent les uns avec les autres, et vivent aux dépens des uns et des autres. Au fur et à mesure qu’une vie biologique s’animait sur la planète, et alors que l’esprit collectif de l’humanité descendait au fur et à mesure dans la matière, afin de lui donner des formes, afin de prédestiner ces formes à devenir humaines, à être capables de tel ou tel talent, chaque individu construisait minutieusement ses différents corps subtils, sans les mettre pour autant encore en activité. Puisque certains de vos corps subtils aujourd’hui, ne fonctionnent pas encore. Cependant ils ont été moulés. C’est comme un code qui leur aurait été donné, de façon à ce que le jour où vous vous en servez, vous puissiez en faire quelque chose. Donc, voilà que la terre se façonne elle-même, animée en cela par l’idée maîtresse de celui que l’on va appeler « le Roi du Monde » ou « le Roi de la Planète » peu importe. C’est celui qui maintient le plan divin sur la planète. Et pour cela il émet une idée, une pensée, qui n’est pas articulée en mots, mais qui est une image.
    Cette image, par sa géométrie, dégage des sons et des couleurs. Ces sons, ces couleurs et ces formes entrent en fusion avec la substance qui n’était pas encore mentale de l’humanité, mais qui était déjà une certaine pensée.
    Ainsi l’humanité a reçu ce plan, et ainsi elle savait ce qu’elle devait créer pour elle-même.Tandis que les parties de la planète que l’humanité n’avait pas à pré-fabriquer, les parties de ce plan étaient tout simplement reprises par la nature et façonnées par la nature du mieux qu’elle le pouvait. Et au fur et à mesure des millénaires qui passaient, l’humanité façonnait les différentes races, façonnait les différents aspects de la planète et en même temps, la nature façonnait ce qu’elle avait à façonner. Et un jour le monde est arrivé au seuil du plan physique tangible et matériel. Au fur et à mesure que la vie s’approchait du plan physique, elle se démultipliait. Notamment, les différents règnes commençaient à se préciser : le règne végétal, le règne animal, très différenciés du règne humain. On ne pouvait plus voir cette seule et unique grande vie initiale, prise un peu comme une seule main fermée, mais on commençait à discerner chaque doigt de la main. Et là, chaque règne de la création, commençait à se séparer.
    Mais il y a eu toute une période où l’humanité en commençant son aventure physique, demeurait extrêmement éthérique et astrale. Les humains ne faisaient que passer à l’intérieur de leurs corps sans pour autant y demeurer suffisamment longtemps, pour avoir une réelle expérience humaine. Cela est difficile à expliquer, je vous demande simplement de l’admettre quelques instants pour pouvoir suivre tout simplement mon argumentation.
    Alors voilà des coques physiques qui sont suffisamment sensibles pour recevoir ces esprits humains, mais que ces esprits humains ne sont pas encore suffisamment attirés par la force de la gravité de la terre. Aucune gravité d’ailleurs n’avait de pouvoir sur ces entités-là. Tout simplement parce que la descente n’était pas suffisamment effectuée, et toute l’humanité comme un seul être, dépendaient des rayons du soleil, puisque c’est de là que toute l’humanité a été éjectée.Eh oui, on vient du soleil, exactement comme un rayon semble sortir, semble être émis par le soleil. De la même façon, des groupes d’humanités sont projetés à l’intérieur de ce grand ventre qui est le cosmos, et suivant l’histoire du système solaire, suivant son plan, son devoir, suivant la jeunesse ou l’ancienneté des âmes qui sont émises, une des planètes du système solaire va être choisie pour recevoir une vie à caractère physique.Cette humanité dépendant encore trop du soleil n’arrive pas à être attirée par la terre. Autant aujourd’hui, il vous semble difficile de vous échapper de la terre, autant autrefois, il vous a fallu de la volonté pour descendre sur la terre et trouver les moyens d’ancrage. Alors, comme la nature a toute une panoplie de lois à vous offrir, vous les avez acceptées et vous avez sciemment et volontairement inclus dans votre système spirituel, dans votre corps astral, dans votre corps éthérique des lois qui ne sont propres qu’à la nature, comme par exemple la gravité. Grâce à cette loi, une fois que l’homme l’a acceptée, il a eu le pouvoir de descendre et de rester dans son corps, jusqu’au jour d’une certaine mort où il décidait de partir. À ce moment-là, la nature n’exerce plus de loi attractive sur lui, et c’est ainsi que votre esprit au moment de la mort, peut se dégager et repartir vers les plans beaucoup plus subtils.
    Si la nature continuait à exercer son attraction sur vous, vous ne pourriez pas repartir, vous seriez là, à côté de votre corps, comme le font ceux qui sont trop attachés. Et vous seriez comme des âmes en peine, en pleine errance, et vous n’auriez pas plus les moyens de vous réincarner. 
    En fait on ne peut se réincarner correctement que si on provient d’un plan subtil élevé. Ce qui veut dire que toute âme qui est en train d’errer dans le plan astral, doit se dégager de ce plan, doit s’y épuiser, pour retrouver sa légèreté pour partir dans un plan subtil plus élevé, afin que depuis ce plan, se relancer dans la matière. C’est le système du plongeoir, du plongeon et du plongeur. Si je veux plonger dans la piscine, je dois trouver un plongeoir, si petit soit-il, car ce n’est que depuis là que je vais pouvoir m’élancer dans l’eau et faire un plongeon. Je ne peux pas retourner dans l’eau d’une autre manière (imaginons que la piscine est entourée d’une clôture).
    Pour la réincarnation, c’est la même histoire, c’est le même processus. Donc, la nature vous a offert, par sa loi naturelle, le pouvoir de vous incarner, et c’est bien d’ailleurs ce que vous lui reprochez. À cette pesanteur vous lui reprochez d’être justement trop pesante, d’être trop accaparante, vous voudriez être comme des oiseaux de temps en temps. Bien sûr, l’exercice de cette force est ennuyeux jusque sur l’esprit lui-même, puisque l’activité de l’esprit, elle aussi est attirée de ce fait, comme par un aimant, à contempler de plus en plus des choses concrètes. Mais si cela a lieu de la sorte, c’est parce qu’il y a un but précieux et précis. Et vous ne pouvez pas, sous des prétextes de lourdeur psychologique, de lourdeur physique, lourdeur d’une planète, lourdeur d’un système, vous ne pouvez pas envoyer tout cela promener très loin pour y échapper. Ce n’est pas dans le refus d’accomplir qu’il y a une issue pour vous. Mais au contraire, c’est dans le fait, non seulement d’assumer, mais à l’intérieur de cette prise de responsabilité, de découvrir l’énergie qui elle seule, va vous permettre à ce moment-là d’annuler les lois de la nature.
    À partir de ce moment-là, vous ne subissez plus l’attraction terrestre, et la lévitation de certains grands personnages s’explique par ce phénomène-là. Par leurs prières ou leurs méditations, ils entrent dans un état tel qu’ils ne subissent plus l’attraction terrestre. Ils sont comme désaccouplés des lois de la nature et ils redeviennent un élément solaire comme tout homme l’a été à l’origine. Et à ce moment-là, ils se trouvent plus en relation avec le soleil qu’avec une quelconque planète. Donc, les voici légers.
    Au fur et à mesure que vous allez évoluer, que vous allez comprendre, que vous allez accepter l’accomplissement dans la matière, par l’intermédiaire des lois de la nature qui vous sont proposées, vous allez recréer cet état d’apesanteur en vous et jusque dans votre corps physique.Ce qui fait que comme Jésus, vous pouvez après marcher sur l’eau....
     
     
    IMAGE -> Zao-Wou-KI  07.06.85, huile sur toile, 114 x 195 cm, Bridgestone Museum of Art, Ishibashi Foundation, Tokyo. 
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Il n’y a que ton âme face à sa lumièreVois-tu, il y a mille mots pour exprimer un seul geste, un seul concept. Voilà le problème des écoles. C’est parce qu’ensuite il faut continuer à croire et à passer par les mille mots pour pouvoir soupçonner ou s’approcher de Dieu. Alors que lorsque tu veux t’approcher de Dieu, il ne doit plus y avoir de mots, il n’y a que ton âme face à sa lumière.

    Si tu veux comprendre davantage une phrase, comme si tu veux comprendre davantage toutes les autres phrases, ne regardes pas les mots. Surtout, je peux te le dire, ne regardes pas la définition des mots. Ne te demandes même pas qui est Sanat Kumara, ce qu’est le cinquième degré, ce qu’est l’Initiation majeure, ce qu’est l’Initiation mineure, ne définis pas les mots.
    Quand tu veux pénétrer un texte, c’est-à-dire quand tu veux en connaître l’Essence, alors passe par delà la définition. Et c’est là où je te propose d’avoir contact avec toi-même, contact avec la Source, comme vous dîtes. 
    Parce que si, justement, tu fais un appel, si tu fais une fixation sur le sens général de la phrase, si tu la fixe comme tu fixes une boule de cristal pour en percevoir une image future, pour en percevoir un secret, si tu prends l’idée générale de la phrase et que tu la fixe dans ton esprit, comme ça, sans en attendre rien, simplement en la fixant, alors ta Voix Intérieure te révélera ce qu’elle veut dire, cette phrase.
    Mais si tu mets déjà le sens de chaque mot, la définition de chaque mot, alors il n’y aura pas une sorte ‘d’état de transe’ en toi, bien qu’il ne s’agisse pas de la transe, mais il ne peux pas y avoir un décollage de ton mental pour aller justement chercher plus haut le sens de la chose.
    Autrement dit, les définitions des mots ancrent le mental dans le mental, dans la compréhension matérielle et intellectuelle. Il vous faut prendre les mots tout simplement comme des points de fixation, comme lorsque vous utilisez les images pour méditer. Vous n’allez pas rester fixé sur l’image tout le temps, pendant la méditation. Vous savez que l’image vous sert simplement à arriver jusqu’à un certain point, puis, vous la lâchez pour vous immerger dans l’espace qu’elle vous a permis d’atteindre.
    Avec l’Enseignement et les mots, c’est pareil. Vous les prenez comme vous prenez les images que vous visualisez pendant la méditation, parce qu’ils vous servent simplement de point de fixation pour méditer. Mais vous méditez, à ce moment-là, pour avoir la connaissance, et non plus pour communier avec Dieu, mais pour communier avec sa Connaissance.

    L’Enseignement avait été donné comme forme de méditation. Il n’a jamais été donné comme forme de réflexion, comme forme d’intellectualisation de Dieu. L’Enseignement n’a jamais été donné pour cela. Ce sont les hommes qui l’ont transformé avec les siècles, parce que penser sur Dieu est plus facile qu'aimer Dieu. Penser sur Dieu est plus facile que de se dépouiller pour le comprendre, le sentir.

    Donc, je te le dis, à l’origine, les mots ont été donnés, certes, il vous faut donc les utiliser. Mais ils ont été donnés comme des images pour que vous méditiez sur le concept, afin que votre pensée se fixe là-dessus, pour que, justement, cette fixation vous élève et vous alliez chercher vous-mêmes la réponse dans votre Voix Intérieure. La voix intérieure, entendant votre question, et voyant que vous étiez fixe, pouvait passer justement dans cet espace de temps d’Éternité pour venir vous raconter ce que vous cherchiez, ce que vous avez besoin d’entendre.
    L’Enseignement doit être tout reconsidéré. Les humains ont perdu la Lumière de l’Enseignement. Ils ne se sont pas fourvoyés dans un Enseignement faux, ils se sont fourvoyés dans la façon de prendre l’Enseignement qui est Richesse.

    On leur a donné de l’or, et tout ce qu’ils ont fait avec ces bâtons d’or, ils en ont fait des monnaies, pour pouvoir justement faire des échanges entre eux. Non, ce n’est pas comme cela que l’Enseignement a été donné.

    Regardes ce qui se passe dans les écoles : chacun défend une thèse, alors que croire ?

    Vois-tu, nous leur avons donné des bâtons d’or et ils en ont fait des monnaies pour spéculer intellectuellement, et ils se battent et ils font des échanges. Non, en vérité, nous leur avons donné des bâtons d’or, pour simplement qu’ils viennent contempler l’or. Et que, contemplant l’or, ils deviennent eux-mêmes l’or. C’était une façon de leur montrer l’alchimie qu’il était possible d’effectuer en eux. 
    Les mots ont été donnés tout simplement comme des images, pour que vous méditiez sur des choses précises, afin que, ceux qui avaient choisi la voie de la Connaissance aient la Conception Juste des choses. Nous leur avons donc donné quelques mots, qu’il suffit de concentrer, pour que, sur cette concentration, justement, tout le concept qui est rattaché aux mots se révèle en eux. Mais les hommes n’ont pas compris.
    C’est pour cela, vois-tu, que j’insiste tant sur la façon de penser, sur la façon de concevoir. Parce que tant que je n’aurai pas changé vos esprit dans ce sens, nul ne me comprendra, nul ne me soupçonnera tel que Je suis, tel que même Eux sont.

    Donc, quand tu me demandes à quel degré l’Initiation arrive, à quel degré telle ou telle réintégration peut être effectuée, je souris parce que tu es dans le piège. Mais tu peux sortir du piège. Saches que si les humains ont estimé qu’à tel degré il y avait telle réintégration, qu’à tel degré il y avait telle Initiation, cela n’a aucune importance.
    Dans ces ordres-là, tous ceux qui ont passé ces degrés, crois-tu qu’ils soient au niveau du degré qu’ils ont passé ? Pourtant, ils ont passé le degré, mais crois-tu qu’ils ont intérieurement la valeur ? Alors, à quoi cela sert-il de dire qu’à tel niveau, il existe telle nature d’être ? Cela ne rime plus à rien, à rien !

    Il n’y a que la communion, je te le dit. Un Être qui n’est pas de chez vous, peut être plus que vous, plus que celui qui est au sommet. Parce que, lui, ne se soucie pas de savoir qui est Dieu, ne se soucie pas de savoir s’il lui faut contempler telle ou telle chose, apprendre telle ou telle chose. Il aime, c’est tout. Il croit, c’est tout.
    Alors, cela ne veut pas dire que les ordres soient faux. Alors, cela ne veut pas dire que l’Enseignement et les degrés qui sont exprimés soient faux. Non, ce que je veux te dire, c’est que ce que tu exprimes à l’heure actuelle n’est pas incarné par les individus des ordres. Il y a altération. 
    C’est pourquoi je ne propose pas d’enseignement, mais de vivifier l’enseignement. Parce que tant qu’il n’y aura pas au moins Un Enseignement, qui soit réellement ce qu’il est, nous ne pourrons pas donner d’autres Vérités. Tant que les hommes n’auront pas déjà compris celles qu’il leur a été donné, nous ne pouvons leur en donner d’autres. 
    C’est pour cela que je te dis, si tu veux travailler pour moi, insistes pour que les gens aient la bonne façon de penser, pour que les gens quittent uniquement l’aspect intellectuel de l’adoration ou de la dévotion, et qu’ils aillent, tout simplement, vers un élargissement de conscience dans lequel ils pourront trouver la Vérité.

     

    La conférence n°3 de 1984  en 3 parties  

    Incantation, rituels, forces positives, négatives et évolution planétaires

    Initiation, éveil à la réalité, le sens des mots ...

    Hiérarchie planétaire et Dévas

     

    Conférence audio 

    1984 Conférence n°3

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  •  

    Qu'est ce que l'entendement ? La naissance de l'enfant cosmique.L’entendement est une connaissance qui devient spontanée. C’est-à-dire que vous apprenez le b a ba de certaines lois, de certaines techniques, vous apprenez donc quelque chose qui est très anatomique, en fait, à propos des lois et des énergies. C’est le squelette, et ce qui se dégage après, de ce squelette par maturité et l’expérience, c’est une essence. Ce qui fait que, même en ayant appris peu de chose, du moment que ce sont les choses primordiales, principales, lorsque vous serez face à un événement, face à un choix, face à une interrogation, il va y avoir cette substance qui va créer la réponse. C’est cela l’entendement.

    Première réaction donc, ne plus être un aveugle, pour diriger et permettre de faire le choix juste, d’apprécier les choses à leur juste valeur. C’est la boussole. Deuxièmement, se purifier. Car avoir la connaissance, déclencher un entendement à propos des choses supérieures, ne veut pas dire que l’on a atteint la purification. Se purifier, c’est s’aligner avec la volonté du plan, c’est véritablement intégrer le rôle cosmique que le père créateur, que Dieu a prévu pour cette race que vous appelez l’homme.

    Lorsque l’homme comprend cela, il peut aller partout, parce qu’il sait à ce moment-là, ce qu’il a à faire. Ce qui ne veut pas dire qu’il devienne esclave du plan et qu’il ne puisse pas faire autre chose que ce que le plan exige, pour l’harmonie du plan. Absolument pas. Vous comprendrez cette notion quand vous serez proche d’elle.

    Il y a des choses dont on ne peut pas parler véritablement parce qu’il est question de nature, et qu’on ne peut jamais trop expliquer la nature, il faut la sentir. Le fait de faire la volonté du ciel n’implique pas que l’homme soit esclave du ciel.
    Au contraire, lorsqu’il a conscience de son poste, c’est là où l’homme devient véritablement un Roi. Mais lorsque l’on dit à l’homme : « Tu sais, il existe une volonté divine, il existe un plan, un plan d’évolution et tu dois faire ta part de travail », alors il regarde le Maître et lui dit : « Ça ne va pas, je veux faire ce que je veux sur la terre, je veux faire selon mon idée, selon mon plan. »

    Tous les messages reçus ne considérant l’homme que comme un esclave, ne sont pas issus de la lumière, mais issus du mental d’un l’homme qui voyait les choses de manière déformées, et du mental d’un homme qui acceptait la volonté de Dieu par soumission et non par fusion, ce qui est complètement différent.

    Parmi les initiés, il y en a encore qui ont un égo puissant et qui tout en reconnaissant la nécessite d’aimer Dieu et de servir le plan, le font en se crucifiant pratiquement. Alors ils se plient, ils se soumettent et ils se disent : « je suis esclave de Dieu », et ils font croire aux hommes que l’humanité doit être esclave. Quelle erreur. Il en est tout autrement.

    La vie est simple. Imaginons très schématiquement qu’il y a Dieu, les anges, la création, et l’homme, et chacun à son poste pour que tout aille bien. C’est le fait de prendre son poste, le travail et les outils qui lui sont réservés, le travail que lui seul peut faire avec grandeur, que l’homme devient un Roi. Vous l’appelez un Maître, et avez vous déjà entendu un Maître dire que Dieu est un meneur d’esclaves ? Non. Un Maître dit qu’il est amour, qu’il est pardon, qu’il est lumière et abondance. Alors, chaque fois que vous rencontrerez un écrit où il est question d’être esclave de Dieu, sachez que malgré le niveau initiatique de la personne qui s’exprime, cette personne n’était pas encore parfaite, et que son orgueil était encore fort grand.

    Être un initié, n’est pas être un Maître. Cela ne représente pas le summum de la spiritualité.
    Dans une université, quelqu’un qui en est à la première année d’études n’est pas encore docteur, à la deuxième non plus, même pas en dernière année. Il faut avoir obtenu le diplôme et à ce moment-là le doctorat est acquis.

    Il en est de même avec l’énergie spirituelle qui, en fait, est l’énergie de la volonté. L’homme doit développer en lui la volonté spirituelle, et c’est pour cela que c’est si dur, si problématique et dangereux. Ce qui s’éveille en vous au cours de l’évolution et que vous appelez la Kundalini, soit le feu sacré ou le Saint-Esprit, c’est la volonté spirituelle, c’est le rayon un, c’est le père que vous réveillez en vous.

    Le fils, soit le rayon deux, vous l’êtes déjà, c’est votre âme, la tonalité de votre âme. Le simple fait, même maladroit, d’avoir besoin d’amour, d’avoir besoin de chaleur, d’amis, c’est la manifestation du rayon deux. Mais ce que vous devez développer, c’est un attribut de votre nature atmique, c’est le rayon un, et c’est la volonté spirituelle, c’est donc être ce feu cosmique, cette énergie transcendantale, cette énergie cosmique.
    Lorsque vous avez retrouvé votre rayon un, il fusionne avec le deuxième rayon, qui est le Christ en vous, et il y a naissance de la troisième personne, l’enfant cosmique. C’est à ce moment-là que vous commencez votre aventure cosmique.

    Donc, pour l’instant, vous n’êtes qu’à l’état d’un petit christ, parce que dans sa nature profonde, l’âme a toujours la tonalité christique. L’acte créateur est un acte d’amour, c’est pour cela que le gardien de la création est aussi le maître de ce rayon deux : le Christ.
    Mais le Christ ne peut rien faire sans le Père soit le rayon un, car celui qui maintient la vie de ce rayon deux, c’est justement le rayon un. Le feu qui est dans la vie, c’est le père, et c’est cela que vous devez aller chercher tout au fond de vous, tout au fond de votre matière, de votre corps éthérique, c’est le père. Et lorsqu’il commence à rayonner, vous savez à quel point il est puissant.

    C’est justement ce feu que l’on appelle la Kundalini, et qui se situe sur plusieurs plans. On confond beaucoup la nature de Kundalini. La plupart des gens, en fait, lorsqu’ils parlent de Kundalini, en parlent sur un plan éthérique, et ce n’est pas sa meilleure représentation. La Kundalini dont je parle se situe sur un plan atmique, et ne considère que le rayonnement de l’âme, soit la puissance de l’âme.

    Il existe donc la nature de l’âme qui est l’amour sagesse, puis la puissance de l’âme, soit, la volonté ou le pouvoir, et ces deux fusionnent par l’acquit des expériences dans la matière qui déclenche les compréhensions, qui déclenche la vie des chakras. Les chakras ne sont là, en fait, que pour réveiller petit à petit le pouvoir en l’homme, la volonté spirituelle. Les chakras ne sont que des attributs de cette Kundalini du plan atmique dont je parle, donc la kundalini de l’âme en fait.

    Regardez l’analogie. Dans la Trinité, il y a le Père, le Fils et le Saint-Esprit. De ces trois personnes sont nés sept rayons, sept notes, sept vibrations, sept couleurs, qui maintiennent la vie dans le cosmos. Dans l’homme, existe cette trinité, qui par projection, crée sept centres de force, soit les sept chakras. Et lorsque l’homme arrive, petit à petit, à prendre conscience de ces sept différentes forces, il se déclenche une synthèse, la volonté ou pouvoir, soit le Père. Et là il y a la véritable naissance de l’enfant cosmique.

     

    La conférence du 27 07 87  en 3 parties  

    Le rôle de l'argent

    Le rayon de son âme - Vivre par la lumière de l'âme

    Un temple universel - D'où viennent les âmes - Connaître son karma

     

    Conférence audio 

    Bruxelles 27 07 87

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • La grande InvocationUn membre du groupe m'a suggéré au vu des besoins d'harmonie et de conscience claire en France actuellement de proposer que nous récitions ensemble, chaque jour à 20h, la grande invocation qui fut donner à l'humanité par le Maître ascensionné Djwal Khul à Alice Ann Bailey

    La beauté et la force de cette Invocation résident dans sa simplicité et dans le fait qu’elle exprime certaines vérités fondamentales que tous les hommes acceptent naturellement et spontanément : 
    La vérité de l’existence d’une Intelligence fondamentale à laquelle nous donnons vaguement le nom de Dieu; 
    La vérité que, derrière toutes les apparences extérieures, la puissance motrice de l’univers est l’amour; 
    La vérité qu’une grande Individualité, appelée Christ par les chrétiens, est apparue sur la terre pour incarner l’amour sous une forme qui nous soit accessible; 
    La vérité que l’amour et l’intelligence sont l’un et l’autre des effets ce que l’on nomme la Volonté de Dieu; 
    La vérité que l’amour et l’intelligence sont l’un et l’autre des effets de ce que l’on nomme la Volonté de Dieu; 
    et enfin la vérité évidente que c’est seulement par l’humanité elle-même que le Plan divin peut-être mis en œuvre.

    Cette Invocation tout entière se rapporte au réservoir d’énergie imminente et révélatrice qui nous adombre, la conscience humaine peut ainsi être portée vers une plus vive lumière.

     

    La Grande Invocation

     

    Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu, 
    Que la lumière afflue dans la pensée des hommes, 
    Que la lumière descende sur la Terre.

    Du point d'Amour dans le Cœur de Dieu, 
    Que l'amour afflue dans le cœur des hommes, 
    Puisse le Christ revenir sur Terre.

    Du centre où la Volonté de Dieu est connue, 
    Que le dessein guide le faible vouloir des hommes. 
    Le dessein que les Maîtres connaissent et servent.

    Du centre que nous appelons la race des hommes, 
    Que le Plan d'Amour et de Lumière s'épanouisse, 
    Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal.

    Que Lumière, Amour et Puissance
    Restaurent le Plan sur la Terre.

     

    La grande Invocation


    4 commentaires
  •  

    Le plan éthérique planétaire
    Le plan éthérique est-il assez solide, pour assumer la transformation initiatique qui est attendue de la part des hommes ?
     

    La question renverse le problème. Ce qu’il faut se demander, c’est si les hommes ont un corps suffisamment solide pour accepter la transformation qui a déjà eu lieu dans le corps éthérique de la terre, afin que cela ait lieu dans le corps éthérique de l’homme.
    Mais l’homme ne voit jamais la position du point où il se trouve, il ne peut pas penser que c’est lui-même qui doit changer les choses, il faut qu’il ait toujours d’autres responsables, d’autres issus, ou d’autres supports.
    Mais lui-même, quand va-t-il se prendre en charge, quand va-t-il commencer à régir la planète et sa vie et à fusionner avec elle.

    L’aura de la terre, celle qui vous fait tant de soucis, n’est pas du tout en mauvaise santé, parce qu’il faut différencier deux auras en fait, c’est pour cela qu’il y a confusion. Les hommes imaginent l’aura de la terre, comme étant celle qui est composée par toutes les auras humaines, les actions et les pensées humaines. L’aura de la terre, est en fait, l’aura du Dieu planétaire et cela est complètement différent. Si l’aura de la terre était soumise à l’aura de l’humanité, la terre aurait déjà péri dans les plus grandes et plus chaudes cendres que l’univers n’ai jamais connues.

    Donc il y a deux auras, celle de l’humanité et celle du Dieu planétaire. L’aura de l’humanité se développe et tire sa vitalité de l’aura du Dieu planétaire et de sa condensation représentée par la nature. Ce qui fait que lorsque vous attaquez la nature, vous attaquez le Dieu planétaire personnellement, jusque dans son foie, jusque dans ses reins et jusque dans ses yeux. Il faut apprendre à respecter son corps et sa chair.
    Lorsque vous voyez des arbres, vous n’avez pas affaire à des arbres, vous avez affaire aux poumons du Dieu planétaire. Que pensez-vous de ce microbe qui vient attaquer vos propres bronches ? Vous êtes en colère, vous êtes malade et vous essayez de combattre le microbe, vous essayez tout pour vous débarrasser du microbe.

    Alors imaginez quel est le problème du logos planétaire, de ce Dieu planétaire, lorsqu’il s’aperçoit que vous vous comportez en microbe. Imaginez toute sa souffrance, lorsqu’il doit prendre la décision : « est-ce que je le chasse comme un microbe, ou est-ce que j’endure encore la maladie qu’il me fait supporter. Et si je suis contaminé, étant donné que mon corps astral extériorise l’astral des hommes, un jour il sera lui-même malade. » Ainsi est vérifiée la loi qui dit que tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.
    Créez le cancer dans la nature et vous l’aurez jusque dans votre ventre, votre cœur, votre cerveau, votre moelle épinière. Naturellement celui qui l’aura créé le premier, ne sera pas le seul à en souffrir, des millions d’innocents souffriront.

    Pour revenir au corps éthérique, que se passe-t-il actuellement ?
    Il y a une intensification, une sorte d’électrisation du corps éthérique de la terre, pour que l’homme soit capable d’intégrer un taux vibratoire différent, lui donnant accès à un plan de conscience différent. Il n’y a pas capacité, possibilité de changer de plan de conscience, s’il n’y a pas une énergie qui sous-tend ce changement et qui amène ce plan de conscience.

    Comme je l’ai déjà dit mille fois, conscience égale énergie et énergie égale conscience. Et lorsque vous vous mettez sur le taux de conscience X, vous avez conséquemment toutes les énergies X de ce taux de conscience.
    De la même manière lorsque l’on veut initier des hommes, et à plus forte raison une humanité, il faut lui donner l’énergie pour le faire. Sans l’énergie, l’homme n’arrive pas à découvrir le plan de conscience. Et l’énergie dans ce cas-là n’est pas à être considérée comme un carburant, comme un stimulant, qui le fera monter. Il faut considérer l’énergie comme l’avant-garde du plan de conscience, c’est-à-dire qu’il ne faut pas résumer l’énergie à l’énergie, mais qu’il faut y voir toute la conscience.

    Ainsi les Maîtres envoient un plan de conscience. Ce plan de conscience pour devenir une objectivité, un état d’âme dans chacun des êtres humains incarnés, va utiliser le principe dynamique qui la constitue et que vous, vous appelez l’énergie. Mais en fait il ne faut jamais, jamais dissocier l’énergie de la conscience, sinon vous ne comprendrez rien au principe initiatique et vous serez parmi tous ceux qui se plaignent de ne pas avoir obtenu la vision du maître, de ceci ou de cela, alors que vous méditer, que vous faites du yoga, que vous êtes des ascètes etc.

    Énergie et conscience sont une seule et même chose.

    Pour faire obtenir un plan de conscience à une humanité de façon générale, il faut d’abord précipiter ce plan de conscience dans l’astral, puis dans le plan éthérique de la planète, pour espérer que les hommes suffisamment évolués et sensibles soient touchés, soient inclus dans ce plan de conscience, et qu’ils le concrétisent dans la matière, jusque dans la molécule, jusque dans l’atome physique, et que cela déclenche tout un processus d’initiation, même si cela se passe inconsciemment au niveau des autres hommes.

    Ainsi l’énergie circulant, permet au plan de conscience attendu de circuler lui aussi, et c’est cela qui perturbe l’humanité. Chaque fois qu’il y a un changement de plan de conscience, il y a cette énergie, cette conscience qui circule et qui essaie de trouver les cerveaux, les chakras, les individus, les évolutions appropriées, pour devenir une objectivité, une réalité manifestée.

    Les problèmes viennent lorsque l’homme, pas encore suffisamment ouvert, pas encore suffisamment subtil, est suscité par ce plan de conscience. C’est en fait comme un individu enfermé chez lui alors que l’on frappe très fort à sa porte d’entrée : « Ouvre-moi, je suis plein de soleil, je suis plein de lumière. Si tu ne me permets pas d’entrer, je vais devoir brûler tes murs, parce que mon devoir c’est d’entrer. Comme l’eau d’un torrent je me répands partout et j’imprègne tout. Telle est la nature de mon action. »

    Une énergie initiatrice est toujours une énergie que l’on doit considérer comme un solvant, quelque chose qui va dissoudre. Une énergie initiatrice est toujours quelque chose qui va d’une certaine manière, par son acidité, dissoudre les nœuds, les blocages, les idées archaïques, les principes arriérés, les réactions anciennes, pour faire place à une nouvelle dimension, à un nouveau champ de liberté.

    Est-ce que le corps éthérique de la planète se porte bien ?
    Oui, celui qui constitue votre plan spirituel et qui reçoit l’impact spirituel des Maîtres se porte très bien. Il n’est soumis qu’au rayonnement du Maître et le rayonnement du Dieu planétaire.
    Par contre celui de l’humanité ne va pas bien du tout. Parce que cette aura est directement liée aux pensées, aux actions des hommes, et aussi à la nature astrale de toutes les entités, qui ont pu depuis des milliers d’années avoir une relation avec les hommes. D’où la phobie, pour certaines écoles, de se distancer des médiums et même de jeter le médium dans le feu ardent de la purification.

    Tant qu’il y aura des points d’ancrage pour les entités du bas astral, il y aura pénétration du bas astral dans l’aura de l’humanité, d’où la contagion possible. Alors que si, comme le dit justement la prière que vous récitez en début des travaux comme ouverture, « que les portes du mal soit scellées *», il ne s’agit pas de claquer la porte au diable. Que soit scellée la porte du mal, veut dire, que de façon déterminée, soit close la relation du physique avec le bas astral. Ainsi toute l’origine du mal ou de ce qui assombrit le destin de l’humanité, sera définitivement coupée.

     * La grande invocation

    La conférence du 21 11 87  en 3 parties  

    Les mathématiques

    Les extra-terrestres

    Le réseau éthérique planétaire

     

    Conférence audio 

    Genève 21 11 87

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    1 commentaire
  • Les prises de conscience que vous pouvez faire à chaque instant, c’est cela la véritable initiation. Quel est le but de l’âme, le but de l’homme incarné, le but de toute la création même ? Prendre conscience. On dit même que l’homme est dans le sommeil, c’est pour cela qu’il est dans maya, l’illusion et que devenant de plus en plus éveillé, il devient de plus en plus conscient du divin.

    Le cheminement est bien de sortir, d’un manque d’éveil pour aller à l’éveil mais cela est au niveau de la conscience et cette prise de conscience vous pouvez l’avoir, là, maintenant, tout de suite. Cela ne passe pas par l’intellect. Ce n’est pas en disant, oui les paroles que tu prononces, frère, je les sais, je sais, je suis divin. Non, ce n’est pas cela qui va vous donner l’entendement. L’entendement que je vous propose, il doit se ressentir ici, là, (chakra du cœur ? Ndr). Certains vont dire alors pour cela il faut le chakra ouvert, mais non, je dis non, il n’est nul besoin que vous ayez le chakra ouvert, il suffit simplement que vous ayez ouvert votre cœur, ouvert votre être à ma parole, pour que mon énergie puisse vous donner la conviction de cet état d’être qui est en vous. Ouvrez, tout de suite, complètement votre esprit, ouvrez votre être, imaginez vos auras, fermez vos yeux, imaginez vos auras lumineuses, visualisez vos auras lumineuses, blanches, étincelantes, voyez en haut de vous, Shamballa et tous les Maîtres nous regarder, imaginez de nouveau votre aura pure comme le cristal, étincelante comme un soleil qui jaillit du fond de l’univers et prenez conscience, en plaçant votre conscience justement dans votre centre cardiaque, maintenant prenez conscience que vous êtes divin. Sentez au fond de ce chakra cardiaque, la lumière jaillir, voyez là jaillir comme une source, depuis ce point et rayonner comme une roue étincelante tout autour de vous. Composer chacune de vos cellules, composer chaque tonalité de votre aura, composer chaque attitude de votre personnalité. Maintenez cette image encore, sentez votre divinité. Si vous voulez sentir votre divinité, il faut y mettre la lumière.

    Pourquoi les gens n’arrivent pas à se sentir lumineux, pourquoi ils n’arrivent pas à avoir la conviction de leur divinité. C’est parce qu’ils s’imaginent qu’ils sont simplement des lumières mais ils n’essayent jamais de construire leurs lumières. Si vous voulez sentir votre lumière, visualisez là, et vous la sentirez immédiatement. Si vous imaginez qu’une réincarnation prochaine inévitablement vous serez lumière alors cela ne marche pas. Ici et maintenant, fermez vos yeux, sentez du fond de votre centre cardiaque jaillir la lumière, elle se repend autour de vous, elle gicle, elle étincelle, c’est votre propre substance, vous êtes cela.

    Maintenant revenez, il faut avoir la conviction de cet état de choses, mais je vous l’ai dit, pour en avoir la conviction il ne suffit pas de le savoir avec l’esprit, il faut sentir la chose avec son être, c’est cela qui donne la connaissance et pour en avoir la connaissance il faut d’abord la créer, non pas comme si la lumière n’existait pas, quand je vous dis visualiser la lumière sortir de votre centre cardiaque, se développer et être votre propre aura, je ne vous demande pas de créer quelque chose qui n’existe pas mais je donne une nourriture un peu plus matériel à votre esprit afin qu’il puisse se raccorder à une réalité qui est beaucoup plus subtile et qu’il ignore. C’est en lui donnant une image que votre esprit alors là, devient l’instrument qui va vous faire prendre conscience objectivement de la réalité que vous êtes subtilement. C’est comme si à un enfant, je lui disais dessine-moi un arbre, mais cet enfant vit dans le désert, il n’a jamais vu d’arbre pourtant l’arbre existe, et je lui demande dessine-moi un arbre, et l’enfant me regarde et me dit je te crois frère que l’arbre existe, mais quel arbre dessiner, moi qui suis ignorant de sa forme, de son aspect, du bien qu’il peut faire, alors je lui donne une image, et je lui dis voilà, ceci est un arbre, maintenant dessine moi un arbre. Alors l’enfant peut instantanément, c'est-à-dire son esprit peut instantanément dessiner des milliers d’arbres, parce que ce qui compte, c’est que j’ai donné une indication à son esprit, alors l’enfant va-t-il pour autant inventer des arbres qui n’existent pas, non, mais il aura su, et il aura pu découvrir ce qu’un arbre est.

    Avec votre réalité intérieure c’est pareil, si je vous dis vous êtes lumière, vous allez me répondre mais bien sûr grand frère, mais ça on le sait, on l’a tellement lu, mais je ne sens pas ma lumière alors  je vous donne une image, pour que votre esprit objectif maintenant sache ce que la lumière veut dire, ce que la lumière est, et qu’il puisse travailler à prendre conscience de ce qu’il est en vérité. C’est cela votre premier travail.

     

    La conférence du 04 07 85  en 3 parties  

    Construire un groupe pour l’évolution

    Comprendre l'initiation

    En cours de transcription, publiée d'ici fin novembre

     

     

    Conférence audio 

    Conférence du 04 07 85

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  • La collaboration avec les règnes angéliquesEntrer en contact avec les hiérarchies angéliques intéresse énormément les mages et les occultistes. Et, c’est certain, cette relation est un grand contrat avec la Puissance, car qui sait se faire l’ami d’un de ces manipulateurs des forces, a par là même accès au réseau des forces et ainsi tout peut avoir lieu. Ce qui ne veut pas dire que tout peut avoir lieu absolument parce que Dieu l’a voulu. Lorsqu’un homme et un ange mélangent leurs idées et mélangent leurs volontés, c’est parce que le libre arbitre existe. Ce n’est pas forcément parce que le plan de Dieu l’a voulu, l’a prévu et l’exécute. 

    Il y a eu comme cela à travers les temps souvent des collaborations entre l’ange et l’homme, soit avec le chef d’un réseau de forces et un homme, un homme capable d’attirer l’ange, de s’en faire l’ami, de déterminer un plan et de faire agir pour que ce plan ait lieu. 

    Les mages d’autrefois en étaient parfaitement capables et tant que les mages d’autrefois ont suivi, tant qu’ils le pouvaient et aussi bien qu’ils le pouvaient, le plan d’évolution de la nature et des hommes, cette collaboration a été maintenue. Les maîtres de la puissante Hiérarchie n’ont vu aucune objection à ce que des travaux soient faits et maintenus.

    Toutefois, à partir d’un certain moment, l’homme a commencé à vouloir user des forces sans qu’il ait véritablement un bénéfice pour l’évolution de la nature et des hommes. Alors certains  anges ont renié leur alliance avec les hommes, et c’est pour cela qu’il est si difficile aujourd’hui de refaire alliance, et non seulement avec les anges, mais aussi avec les esprits de la nature en général. Et c’est aussi pour cela qu’il est très difficile d’avoir le consentement du Maître, consentement qui va donner accès à l’exercice de la volonté sur un réseau d’anges et sur le réseau des forces qu’ils maintiennent. 

    Autrement dit, pour en avoir mésusé, les hommes, du jour au lendemain se sont retrouvés absolument seuls sur la planète, sans la compagnie de la puissance de l’ange, sans la compagnie des esprits de la nature qui pouvaient être aussi d’une très grande utilité, d’une très grande puissance dans certains cas bien précis. Et c’est à partir de ce moment-là qu’en fait l’homme a commencé à voir ses années de vie écourtées et il a commencé à vieillir. 

    L’homme autrefois ne vieillissait pas, et quand je dis autrefois, je ne veux pas faire allusion à un « paradis perdu », c’était la condition humaine qui voulait cela. Parce que tout simplement la nature, les fonctions, les lois, avaient fait les choses de telle manière que le règne humain, le règne angélique et le règne des esprits de la nature, tous ces règnes-là étaient en étroite correspondance et se nourrissaient les uns des autres. 

    Si bien que l’ange pouvait faire à travers les hommes et ainsi prendre quelques expériences dans la matière, ce qui pouvait enrichir sa conscience. Et l´homme pouvait accomplir grâce à l’ange ce qui lui permettait de se développer  et d’obtenir des états de conscience. Mais il a fallu qu’un jour certains hommes mélangent les nécessités de l’évolution humaine et les nécessités de l’orgueil humain. Alors, les correspondances ont été coupées et l’homme a commencé à se dévitaliser. Les esprits de la nature ne pouvaient plus passer par leur corps, exactement comme par exemple, le petit esprit d’une fleur passe, traverse la fleur pour nourrir la fleur et la faire éclore. De la même façon que les esprits de l’eau passent et repassent sans arrêt à travers les chutes d’eau, à travers les vagues pour dynamiser l’eau et pour habiter leur élément. 

    Ainsi très vite, l’homme s’est trouvé dans son corps, tout seul, avec simplement l’élémental de la nature qui est là comme automatisme inconscient pour faire marcher  et faire fonctionner l’organisme. Respirer sans que vous ayez besoin d’y penser, digérer sans que vous ayez besoin de commander la vésicule, le foie, l’estomac, les intestins, etc. Mais la présence véritable de l’esprit régénérateur n’existait plus. 

    Cela a aussi eu pour conséquences que le corps, la chair était laissée à l’influence de l’esprit de l’homme et à l’influence des cycles de la nature, donc du temps. Le temps devenant existant pour la chair, la chair a commencé de s’abîmer. Ce qui ne veut pas dire qu’à l’heure actuelle le cycle que l’on appelle la vieillesse existe à cause de cette chute. Peu à peu la nature reprend le dessus, et automatiquement vient s’installer un nouveau cycle qui effectue des nouvelles lois. Si bien que maintenant vieillir appartient au cycle naturel de la vie. Ce n’est donc plus une chute, une damnation ou une perdition, cela est devenu quelque chose d’inscrit dans la nature. Il est donc aujourd’hui parfaitement naturel de vieillir et de se laisser abîmer par le temps. 

    Lorsque je dis qu’autrefois la relation était possible avec les anges, sans doute les curiosités sont attisées et on voudrait savoir à quelle époque cela se passait. Ce n’était pas une époque si lointaine de la vôtre et ce n’était pas un pays si différent du vôtre, du pays que vous connaissez aujourd’hui qui est le vôtre. 

    On appelle ce pays-là, l’Atlantide, mais en fait ce n’est pas son véritable nom. Et son véritable nom est imprononçable à l’heure actuelle, avec les syllabes mises à disposition dans le langage courant. La langue des Atlantes était une langue complètement différente de ce qui est parlé aujourd’hui, de toutes les syllabes qui sont à disposition dans les diverses langues du monde. 

     

    La conférence du 22 10 88  en 3 parties  

    La nature du Feu créateur - Langue, Conscience et Pensée

    Pensée et création

    Le feu électrique - Rituels et école initiatique

     

    Conférence audio 

    Conférence du 22 10 88

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  • Extraterrestre ou extratemporel

    Lorsque en spiritualité l'homme est animé de désirs, il espère en même temps Dieu et il craint le diable et il va projeter cela dans le phénomène extraterrestre, en espérant soit voir l’avatar sortir d’une soucoupe, soit en redoutant le diable. 

    Pour aborder correctement le sujet sur la vie extraterrestre, du passage d’extraterrestres, il faut donc dans un premier temps se dépouiller de notre corps de désir. Si l’homme ne se dépouille pas  de cette vibration, il  crée alors toutes sortes de fantasmes. 

    L’extraterrestre d’aujourd’hui, c’est ce que tu seras toi demain. Tu n’as donc plus aucune raison d’aimer, d’attendre, de chercher, ou de craindre les extraterrestres. Il y a tout simplement la vie qui existe partout et qui comme le pollen se répand de planète en planète. 

    Chaque fois que tu as en toi le sentiment du merveilleux, de l’extraordinaire, ou chaque fois qu’il a création d’une émotion, d’un genre de chose à laquelle tu ne t’attendais pas, il faut que tu te méfies tout de suite de la pensée qui va suivre, parce qu’elle sera forcément une pensée de fuite, un fantasme, une création, un voyage.

    C’est en cela que  le phénomène extraterrestre génère tant de constructions de fantasmes, de projections. Nous voyons ainsi des individus construire des maisons, des ambassades, pour accueillir les extraterrestres, nous voyons des individus se vêtir comme ils supposent que les extraterrestres s’habillent, afin qu’ils soient reconnaissables !

    N’y a-t-il rien d’extraterrestre dans le simple fait de pouvoir donner la vie ? L’homme banalise la richesse qu’il détient qu’il veut toujours aller prendre celle d’un autre.  « Je suis une âme, mais après tout, je ne la sens pas, alors qu’est-ce que je peux avoir d’extraterrestre, moi ? Je suis un pauvre terrien, écroulé sous les impôts, sous la maladie, les rhumes, les pressions de ma femme, de mon mari, la désobéissance des enfants. Ah ! Si seulement je pouvais voir une soucoupe, cela m’apporterait tellement d’espoir. »

    Seulement les extraterrestres ne daignent pas se mêler à l’évolution des hommes. Une soucoupe ne fera que passer, la vie de l’homme restera telle qu'elle est, parce que la vie appartient à l’homme, la vie de la terre appartient uniquement aux terriens. 

    Alors qu’en est-il de ces extraterrestres ?

    Il est évident que des civilisations ont lieu sur d’autres planètes et d’autres dimensions. L'humanité imagine toujours d’autres planètes, mais il y a aussi les dimensions. A l’heure actuelle, exactement dans la salle où vous vous trouvez et qui sert de point d’ancrage, de point physique à une autre dimension, il y a des êtres qui sont peut-être en train de faire d’autres activités, qui sont en train de prier, en train de jouer ou vaquer à leurs occupations quotidiennes. C’est en cela que la vision extraterrestre est une vision limitative, ramollie, qui n’implique aucun discernement, car elle soustrait totalement ce qui est de l’ordre de l’invisible.

    Ils existent donc d’autres civilisations, qui n'appartiennent ou pas à votre taux vibratoire, à votre taux de densification. Les extraterrestres existent. Que peut-on imaginer comme relation ? Uniquement et seulement des relations initiatiques et rien d’autre. L'homme imagine toujours que l’extraterrestre vient de l’espace. Ils ne viennent pas de l’espace, ils viennent du temps. Parce que l’espace n’est pas de l’espace, l’espace c’est du temps. Lorsque vous dites, il y a tant de kilomètres entre la terre et la lune, ou entre la terre et le soleil, vous vous trompez, il y a un certain nombre de minutes, rien de plus. Les scientifiques qui essayent de détruire la notion de temps, de l’anéantir en disant, le temps n’existe pas, ou il est relatif à, se trompent, ils perpétuent encore plus loin l’énigme. La notion de temps doit être réinvestie dans la science, parce que là est la clef.

    Le temps est un volume, ou un certain champ que l’on pourrait appeler magnétique, bien que là, il ne le soit pas, mais un certain champ de vibration crée par le frottement des sphères entre elles, planètes, soleil etc., puis plus loin, constellations etc., et les sphères invisibles qui composent le cosmos supérieur. 

    Pour comprendre cette notion, il faut admettre que les "choses" dans leurs expressions, dans leurs manifestations, ne sont pas sous-tendues par un mouvement qui se déplace dans une certaine périphérie, mais que c’est plutôt une succession de cycles, qui se déplacent à l’intérieur d’une conscience. Le temps n’est pas l’heure que les humains s’entendent à comprendre par rapport à la position du soleil, à la succession des jours et des nuits. Le temps, c’est la succession des cycles, le temps c’est la succession des énergies qui impliquent tel ou tel événement, tel ou tel état de chose.

    Lorsque vous me parlez des extraterrestres, ne me demandez pas de quelle planète, de quelle galaxie ils viennent, car les imaginant venant de leur planète, vous seriez déjà très loin dans le temps, par rapport à l’instant où ils auraient pu vous contacter. Ils viennent tous du temps, ils viennent donc de votre futur, ce qui ne veut pas dire qu’ils viennent du futur de votre terre.

    On peut imaginer l’univers comme ayant différentes bandes de cycles. Comme il y a des bandes dans la radio, il y a dans l’univers des bandes de cycles de différentes vibrations. Et plus l’on a affaire à des hautes vibrations, plus on s’oriente vers ce qui est le futur. Le futur n’existant donc plus en tant que potentiel que l’on différencie du passé, du présent, il est plutôt le point d’apothéose de l’univers. Lorsque je parle du futur, il ne faut pas imaginer que c’est l’heure d’après, ou l’année d’après, pas plus que lorsque je parle du passé, il ne faut pas imaginer que c’est l’heure ou l’année d’avant.

    Pourquoi voyagent-ils dans le temps ?

    Les individus, au fur et à mesure de leur évolution, mènent leur vie et vivent d’après les cycles de vibrations qui s’approchent de l’apothéose. L’univers va d’un point d’involution, soit d’inconscience, à un point d’évolution totale, soit de perfection. Le temps est tout simplement la succession des cycles et des plans de conscience qui séparent ces deux points. Ainsi lorsqu’un individu d’une autre planète vient sur votre planète, pour lui il ne s’agit pas de faire un voyage dans l’espace, mais un voyage dans le temps, puisqu’il doit traverser les zones de conscience. Vous ne voyagez pas dans de l’espace, vous voyagez dans une substance, dans une conscience.

    Alors que viennent faire les soucoupes là-dedans ? S’il s’agit de changer d’unité de temps, de plan de conscience et de dimensions, à quoi sert la soucoupe ?

    Dans la plupart des cas, ce qui ne veut pas dire que cela soit dans tous les cas, mais dans la plupart des cas, ce que vous appelez soucoupe, n’est qu’une capsule qui sert de transformation vibratoire, c’est donc un instrument d’adaptation à la notion temps, qui est la vôtre sur la terre. Car pour changer de conscience, il faut changer de temps, puisque le temps lui-même est significatif d’un taux vibratoire, d’un taux d’évolution.

    Donc une soucoupe n’est pas un engin qui permet d’aller très vite dans l’espace, c’est plutôt une sorte de studio, qui a la propriété de mettre en friction certaines molécules pour contracter le temps. De cette manière, ils peuvent passer d’un temps à un autre, soit d’une gamme de vibrations à une autre. Il ne faut jamais séparer la vibration de l’unité de temps qui la constitue.

    Une vibration est toujours soumise ou plutôt contient toujours en elle-même un cycle. De la même manière, lorsque vous descendez dans la gamme vibratoire, que vous rencontrez des vibrations qui ont de plus en plus le souffle court et qui tourne très vite, automatiquement les cycles sont courts, le temps lui-même sera court, répétitif.

    Et ainsi, les choses comme la naissance et la mort vont pouvoir avoir lieu, comme je vous l’ai déjà dit. Plus vous remontez les gammes vibratoires et plus les cycles deviennent longs, plus la vie devient longue, jusqu’à ce que tout ce qui peut être un commencement et une fin à la vie soit complètement exclu.

    De la même manière, dans ces appareils, qui permettent la contraction du temps, l’individu contracte ses molécules sans pour autant changer son plan de conscience, c’est la grande difficulté de cet exercice. À l’heure actuelle, si on les faisait voyager sans cette contraction dans le temps, ils ne survivraient pas. Si l’on prenait un terrien pour le faire voyager à la façon de l’extraterrestre, même initiatiquement, il n’y survivrait pas non plus.

    L’homme de la terre est encore trop intimement lié à sa molécule physique, son taux de conscience et son plan de conscience équivalent à peu près au taux des vibrations de sa cellule et à son taux d’expansion. Or il faut pouvoir se dissocier de la matière, et c’est un exercice, un entraînement que les extraterrestres connaissent puisqu’ils doivent au moment où ils contractent le temps, où donc leurs molécules, leurs cellules sont contractées dans l’unité de temps X, ils doivent pouvoir garder leur taux de conscience.

    Ainsi, lorsqu’ils se contractent pour venir dans des sphères plus basses comme la terre, ils ne doivent pas pour autant abaisser leur taux de conscience au niveau des terriens, sinon ils ne sauraient même pas comment repartir. Il faut donc qu’ils apprennent à dissocier, leur matière de leur esprit, et cela est pour eux possible !

    Le texte ci-dessus est une synthèse des propos énoncés en claireaudience lors de deux conférences, l'une du 21 novembre 1987, tenue à Genève et l'autre du 25 novembre 1990.

     

    La conférence du 21 11 87  en 3 parties  

    Les mathématiques

    Les extra-terrestres

    Le réseau éthérique planétaire

     

    Extrait de la conférence du 25 11 90  

    Les extraterrestres

     

    Conférence audio 

    25 novembre 1990

    Genève 21 novembre 1987 

     

     Le Karma

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Le mécanisme des mantras

    Pour être éveillé sur un plan mental et en maîtriser les atomes, le plan astral doit être purifié. La substance créatrice en l’homme, que l'on nomme le mental supérieur est composé d’une multitude d’atomes. il n’y a pas de pouvoir sans la présence d’énergie, et l’énergie est toujours concentrée dans des atomes, qui ne sont pas exactement ceux qu’étudient les scientifiques, qui sont la partie invisible des atomes physiques.

    Lorsque l’homme déclenche une invocation, il déclenche un pouvoir, il excite les atomes créateurs de son plan mental. Si les atomes créateurs ne sont pas encore assez éveillés, parce qu’il a à régler des problèmes liés au plan astral, alors le mantra va l’aider à évoluer. Si l’individu est quelque peu développé sur le plan mental, cela va provoquer une montée des feux, une ouverture des chakras, et ainsi l’homme va acquérir plus de pouvoir.

    S’il est complètement réveillé sur le plan astral, la formule magique, le mantra, ou le mot, vont être des moyens d’exécuter sa volonté et le bien sur les hommes. C’est pour cela qu’un mantra, dépend dans son efficacité, de l’individu qui le prononce, de son niveau d’évolution. Le mantra et la formule magique, sont intelligence et énergie.

    Tout mantra a le pouvoir et le devoir de vous faire rencontrer Dieu. Mais qui est assez élevé pour rencontrer Dieu ?

    Tant de gens disent : « J’ai répété ce mantra pendant dix ans et je n’ai jamais rencontré l’ange ». Si c'est le cas, cela provient que l’énergie du mantra est occupée à rectifier vos erreurs, à trouver le moyen dans votre vie quotidienne de vous apporter telle ou telle épreuve, pour vous dépouiller de tel ou tel encombrement énergétique, ou de vous ouvrir tel ou tel chakra, pour que vous puissiez rencontrer Dieu.

    Il en est de même pour l’invocation. Par l’invocation, l’homme déclenche une vibration dans son plan mental. Immédiatement cela crée, de manière schématique bien sûr, une sorte de lumière dans la substance mentale de la terre, et lorsqu’elle a atteint un certain nombre de vibrations seconde, de cette lumière un éclair jaillit et s’en va dans la zone où l’être invoqué vit et accomplit son plan d’évolution.

    Si l’être appelé, par exemple un ange, un maître, voit que la petite lumière qui clignote, ne clignote pas de façon assez claire, assez vive, assez efficace, il ne peux pas descendre dans l’entier de son être, car celui qui l’appelle n’est pas assez développé, et il risquerait de brûler son plan mental, et ensuite son plan éthérique. Il envoie alors un guide ou une bénédiction. Au fur et à mesure que l’individu fait l’invocation, c’est tout autant de bénédictions, et tout autant de guides qu’il appelle autour de lui, et qui travaillent à développer son plan éthérique. Ils concourent ainsi à provoquer dans sa vie quotidienne les prises de conscience qui lui permettront de changer de plan de conscience, de plan spirituel, ce qui au bout du processus lui donnera la possibilité de  rencontrer le maître, ou l’ange qu’il appelle.

    Le pouvoir du rituel est là, le pouvoir des ascèses religieuses et de la discipline religieuse aussi. Même si l’individu n’est pas prêt à rencontrer Dieu, le fait de produire cet effort appelle tellement de guides, et d’autres types d’énergies, que ce sont ces énergies-là et ces guides-là qui le préparent à rencontrer celui qu’il appelle. S’il ne faisait pas ce travail, l’individu n’attirerait pas ces énergies et ces guides, et il mettrait une infinité de vies, d’incarnations, avant de pouvoir rencontrer Dieu.

    Le mantra, l’invocation, le rituel, le travail d’ascèse, le travail religieux, le travail mystique, sont une accélération de la descente de la spiritualité dans l’homme, ou de l’élévation de l’homme. Cela n’a pas été donné aux hommes en considérant que l’homme allait trop lentement. Cela a été donné aux hommes car logiquement et humainement, on ne peut pas attendre que les hommes effectuent tout seul une évolution à laquelle l’âme doit participer. Si on ne donne pas d’instruments à l’âme pour qu’elle descende dans la personnalité, pour s’en enrichir et repartir vers Dieu, l’âme regarde la personnalité faire n’importe quoi, selon la civilisation, selon l’instinct, et elle en est désespérée car il n’y a pas d’évolution.Tandis que, si on donne un moyen à la civilisation d’évoluer, soit par une religion d’abord, puis ensuite par une philosophie, une science et finalement par les thèses occultes, l’âme descend dans la matière, a plus de pouvoir sur elle et peut prendre encore plus possession de sa personnalité.

    Une humanité laissée qu’aux comportements de ses atomes du plan physique, donc de ses cellules, aurait beoins de beaucoup, beaucoup plus de temps pour évoluer. En faisant justement appel à votre âme et à toutes ces énergies du cosmos l'évolution est plus rapide.

    Il est un fait que le corps physique a son intelligence, sa capacité d’évoluer, mais il est beaucoup plus long par son niveau de conscience, pas assez développé. De toute façon, l’évolution ne passe pas par l’action de la matière sur l’âme, mais par l’action de l’âme sur la matière, et cela est primordial.

    Beaucoup imaginent que l’évolution se passe du bas vers le haut, mais c’est faux. Elle se passe d’un certain milieu appelé âme ou esprit,  qui va vers le bas, puis remonte vers le haut.

    Par les expériences de la personnalité, l’âme oublieuse de son archétype va prendre possession de son individualité et se découvre par là même une âme capable d’agir, donc de créer. Redécouvrant un à un tous ses pouvoirs, l’âme se rend compte qu’elle est l’archétype, et elle devient l’archétype, celui qui est le fils de Dieu, l’éternel. Et ainsi la roue remonte,  remonte.

     

    La conférence du 27 06 87  en 3 parties  

    Amour et pouvoir

    Les révélations pour qui ?

    Les mécanismes d'un mantra

     

    Conférence audio 

    Annecy 27 06 87

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • L'alignement avec l'âmeLe pouvoir du mot est avant tout le pouvoir de la pensée. Avant d'être prononcé, le mot existe dans la pensée. La pensée est un pouvoir total parce qu’elle est une vibration. Une pensée émet une onde, qui se répercute à la mesure de sa fréquence vibratoire. Une onde de la pensée qui vibre très fort va se répercuter très, très loin et très longtemps, tandis qu’une pensée qui est très basse va avoir un taux vibratoire très bas aussi, très lent, et va se répercuter moins loin, durer moins longtemps.

    Lorsque Dieu, pour employer ce mot, lorsque Dieu a voulu engendrer, il ne s’est pas coupé un bout de doigt en espérant que de ses cellules, de ses molécules, quelque chose qui lui ressemble, naisse. Il a pensé. Dans le mental cosmique un archétype est né, c’est-à-dire un homme parfait.

    Quel est cet archétype, celui que vous devez justement rejoindre ?

    Cet archétype, c’est ce que l’on appelle la monade pour certaines écoles, ou le soi supérieur. Puis, ce soi suprême, cette monade, a besoin d’expression. Dieu s’est exprimé en formant l’archétype, l’archétype étant la représentation de ce même Dieu, (il est écrit aussi dans votre bible que Dieu fit l’homme à son image), à son tour cet archétype va penser et créer. Il ne va pas créer un autre archétype, il va émettre une pensée qui va aller résonner dans l’espace comme un son, et c’est l’âme.

    L’âme c’est le son envoyé depuis l’archétype pour chercher un milieu créateur et créatif. Schématiquement, on peut dire que cet archétype est projeté dans l’espace et le temps, et qu’il se réveille en tant qu’âme. L’âme est donc un archétype prisonnier de l’espace et du temps, qui perd la notion de l’archétype qu’elle est.

    Là, commence toute l’aventure de la création et de la réincarnation, toute l’aventure aussi de l’évolution. Et c’est à cause de cela que sont nés tous les anges, qu’ont grandi tous les maîtres, qu’a été mis sur pieds tout le plan, pour que cet archétype se retrouve. Et cette âme qui est née de l’archétype, lorsqu’elle se projette elle-même dans la personnalité, reconnaît les mêmes vertus de création que celles qui sont dans l’archétype, et ainsi la personnalité peut créer et a besoin de créer.

    C’est ainsi que l’homme est devenu un artiste, un musicien, un peintre, un père aussi, car créer un enfant c’est un acte d’art, du moins nous voudrions que tout le monde le considère de cette manière. Et ainsi l’homme est devenu un philosophe et a voulu créer avec sa pensée et son mental tout le système des Dieux, le système de la vie, les valeurs et le sens de la vie. Mais dans la mesure où cette personnalité est plus ou moins alignée avec l’âme, les notions créatrices exprimées par l’âme vont être plus ou moins positives ou négatives.

    C’est pour cela que la plupart du temps je parle d’alignement, et que je ne mets pas tant l’accent sur l’évolution, en vous demandant d’être des disciples, des initiés, des chastes, des purs etc. Nous vous le demandons après, si vous voulez réellement faire un travail, mais pour vivre votre vie dans un sens de liberté, d’épanouissement, ce n’est pas directement ce qui vous est nécessaire.

    Avant tout, c’est l’alignement. Les individus vivent dans la périphérie, secoués par tous les vents de la périphérie, alors qu’il faut découvrir le centre et être aligné avec l’âme. Ainsi l’âme peut créer autant qu’elle le veut à travers sa personnalité, et de façon positive, donc bénéfique pour la personnalité elle-même.

    C’est ainsi par exemple que l’homme a compris un jour comment édifier les maisons, les cathédrales, les grands bâtiments très compliqués. La personnalité a su s’aligner avec l’âme, l’individu a reçu l’impulsion, la découverte, la sagesse. Lorsqu’ensuite, l’homme repart dans la périphérie il refait forcément un petit peu n’importe quoi de sa découverte, à moins qu’il ne soit constamment dans le centre.

    L’âme est donc créatrice, et elle exprime son pouvoir créateur par un plan que l’on appelle le plan mental, et qui n’a rien à voir avec le plan intellectuel, c’est-à-dire le plan où l’on pense. Le plan mental est donc le plan créateur. Il est semblable au plan cosmique mais amoindri, à l’échelle de l’homme.

    Cette substance dans laquelle Dieu a pensé, pour créer l’archétype, existe aussi chez l’homme, et s’appelle le plan mental, et lorsqu’il maîtrise la vibration des atomes de ce plan, sa parole devient créatrice, et c’est là tout le pouvoir des mantras, des invocations, et des formules magiques. C’est là, aussi, le pouvoir tout court, par exemple, lorsque Jésus a dit au paralytique : « lève-toi et marche », ou à l’aveugle « maintenant, vois ». C’est la molécule du plan mental qui vibre en correspondance avec les activités de la personnalité incarnée qui crée le pont, et le pouvoir rayonne tout simplement.

     

    La conférence du 27 06 87  en 3 parties  

    Amour et pouvoir

    Les révélations pour qui ?

    Les mécanismes d'un mantra

     

    Conférence audio 

    Annecy 27 06 87

     

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  •  

    Unité et dualité 04 05 90La spiritualité porte une difficulté en elle-même, non pas parce qu’elle est faite et taillée que pour les vainqueurs, mais simplement parce qu’elle s’appuie sur un paradoxe, et le plus dur, est de résoudre ce paradoxe. 
    Toutes ces choses qui paraissent opposées, et pourtant, lorsque vous lisez les livres de philosophie ou de sagesse, vous apprenez qu’il n’y a pas d’opposé, qu’il n’y a que des complémentaires. La dualité n’existerait pas, tout serait unité. 

    Nous pourrions en conclure : « Il y a la dualité, mais Dieu a bien fait les choses, et à un moment donné pour nous soulager de toutes ces émotions, il a mis l’unité. Ce qui fait que lorsque l’on a bien bataillé avec la dualité du monde, si l’on sort vainqueur, il nous a réservé l’unité et là, tout est terminé. » En concluant cela, nous ajoutons un concept faux sur un autre concept que nous avions déjà imaginé faussement.
    Là est la difficulté que rencontrent tous les chercheurs, ils se noient dans des notions, lorsqu’ils emploient des concepts qui cachent d’autres concepts.

    Il apparait qu’il y a une dualité comme il apparait qu’il y a une unité, mais en fait, rien de la dualité et rien de l’unité existent. 

    Qu’est-ce qui existe en fait ?  "En parlant de ce qui existe vraiment nous allons résoudre le problèmes. Nous devons séparer deux notions primordiales : le manifesté et le non manifesté. Or, tout le monde confond les éléments du manifesté avec les éléments du non manifesté. Tout le monde se dit : « Dieu est Unité », et lorsqu’on le remet dans son cosmos, on ne comprend pas. On se met à tout confondre sitôt que l’on veut identifier le non manifesté qui est la nature de chaque chose, avec sa peau manifestée qui est en fait son manteau d’énergie. C’est son côté technique je dirais pour employer une image que tout le monde recevra. Il y a donc d’un côté la nature de Dieu et de l’autre le pouvoir de Dieu, la technique.

    Bien sûr on peut s’instruire à propos de l’univers, à propos des lois de Dieu. Savoir comment se constitue le cosmos, c’est très beau, ça permet d’avancer dans une certaine mesure. Ça permet d’être aussi utile aux hommes, ça permet de manipuler certaines lois pour rendre la vie plus facile. Puis plus tard pour être utile au Maître, au Koumara. Mais cela ne veut pas dire qu’il y a là, une entrée pour regarder Dieu, pour concevoir Dieu et pour imaginer ou conclure sur la volonté de Dieu et sur ce que Dieu attend de ses disciples.

    Lorsque l’on dit que tout est unité on parle de la manifestation de Dieu, et lorsque l’on dit que tout est dualité aussi, on parle encore de sa manifestation, mais on ne parle pas de Dieu en tant qu’esprit. On parle de Dieu en tant que corps, corps cosmique.
    Vous êtes une partie du corps cosmique de Dieu, c’est certain, mais cependant, si vous voulez aller quelque part en spiritualité, c’est bien vers l’esprit de Dieu qu’il faut aller. Et c’est là où il faut arrêter la conceptualisation mentale, arrêter de confondre les notions. Dieu n’est rien que l’on puisse confondre ou identifier à quelque chose ou à quoi que ce soit.
    Par contre dire la maison de Dieu est une unité, là oui tu as raison, là oui je le confirme. Mais dire en même temps que la maison de Dieu est bâtie sur deux colonnes, là aussi je le confirme, mais on ne parle pas de la même partie de la maison. Lorsque l’on dit que la maison de Dieu tient sur deux colonnes on parle de l’univers dualiste, les deux énergies qui par leur friction font que la vie existe, que le feu de la vie a lieu et éclaire l’univers, éclaire les corps par le prana.

    Qu’est-ce que la lumière de la vie ?
    Ce n’est rien de plus que cette friction, le feu allumé par deux opposés et cela crée le prana. Le prana est une chose que l’on identifie trop banalement à une simple énergie de vitalité que l’on trouve dans le cosmos, qui rentre par la rate et ressort par les pores et qui va Dieu sait où. Le prana est quelque chose de beaucoup plus sacré. C’est une énergie hautement divine. C’est l’électricité du ciel et là il faut comprendre que c’est le même feu qui est à l’origine de l’âme de chacun.
    Il y a donc une part du prana qui se scinde, qui s’individualise et qui devient des âmes. Il y a une part du prana qui reste indifférenciée, qui reste non segmentée pour pouvoir devenir une énergie de vie qui continue d’alimenter les vies qui ont été créées.
    Lorsque vous respirez du prana ne banalisez pas la chose en pensant que c’est de l’énergie de la nature ou du soleil. C’est une substance atmique que vous respirez, c’est une âme, la même substance que votre âme, mais à l’état indifférencié.

     

    La conférence du 04 05 90  en 2 parties  

     

    S'ouvrir à la lumière

    Se dépouiller de soi-même

     

    Conférence audio indisponible

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • La place de l'effort et l'ascèse en spiritualité 20 05 90Lorsque l’on parle de spiritualité on invente un terme qui n’a rien à voir avec la réalité. On met d’un côté le monde dit profane ou matérialiste et de l’autre côté on invente et on nomme un monde spirituel. Comme s’il y avait dans l’univers créé par Dieu deux mondes qui se font la guerre. Un monde d’où l’on vient et qui serait ignorant, matière, limite et mort et un monde où l’on va, que l’on appellerait le monde de Dieu où n’y a qu’immortalité, plénitude, régénération, etc.
    En fait, si l’on veut concevoir exactement la spiritualité, il faut lui ôter cette racine matérielle et matérialiste. Il faut lui ôter ce que l’on appelle le monde profane. On ne peut pas être un homme ou une femme de spiritualité si l’on pense qu’il y a un monde profane, un monde aveuglé, un monde sourd et muet, un monde de la matière. Si on pense ainsi, le disciple n’arrivera ni à trouver sa place, ni à faire l’effort correct, ni à le faire depuis le bon endroit.
    Devenir spirituel ne vient pas du fait que l’on va s’intéresser à la spiritualité, que l’on va apprendre tous les mots sanscrits qui existent, que l’on va suivre tous les séminaires, que l’on va prier Dieu, que l’on va faire des méditations, du yoga, ou je ne sais quoi d’autre. Ce sont des activités comme d’autres. Vous pouvez objecter, que si je médite, c’est un acte spirituel et que donc la méditation fait partie du monde spirituel.
    Bien sûr tu peux me rétorquer cela et que donc la pratiquant tu agis en tant qu’élément spirituel, mais je te dirais que c’est le monde vu de ton balcon.
    Les notions vues depuis mon balcon sont complètement différentes. Pour nous, il n’y a ni monde profane ni monde spirituel, il y a tout simplement une intention de réalité. Ce qui fait qu’il y a des hommes qui sont enfoncés dans la spiritualité depuis des années et des années et qui ne sont pas pour autant spirituels.

    Pourquoi ?
    Tout simplement parce que toutes leurs attitudes et surtout leurs attitudes morales, mentales, toutes leurs conceptions sont en fait dans le monde profane. Même lorsqu’ils essaient d’imaginer Dieu, ils l’imaginent avec la lunette du monde profane. C’est un peu comme un homme qui est sur le quai et qui voit passer des bateaux qui vont vers des pays fantastiques et d’ailleurs ils n’en reviennent pas.
    Il s’imagine déjà acheter un ticket et c’est ce qu’il va faire. Il va au guichet et il fait comme tout le monde, il va à la messe ou aux rituels ou a des séminaires. Mais il n’empêche qu’il ne construit jamais son bateau et qu’il reste sur le quai et que ce sont bien les autres qui partent et jamais lui.
    Alors pour se donner l’illusion du déplacement, du voyage, il trotte sur la rive. Il suit les bateaux et il pense qu’en les suivant en parallèle sur la rive, il arrivera au même endroit que les bateaux. Mais très vite, les bateaux filent droit vers l’horizon et il ne peut plus les suivre. Ce qui fait que le marcheur reste sur la rive, ce n’est pas parce qu’il a été stupide ou aveugle c’est tout simplement le poids de ses conceptions qui l’ont retenu sur la rive.
    Un homme ou disons un esprit en lui-même n’a aucun poids. Il n’a pas plus le poids de la matière, le poids de l’aveuglement, aveuglement dont on parle tant lorsque l’on imagine l’âme descendue dans la matière. L’esprit ne connaît pas le poids. Par contre, ce qui va lui donner un poids immense, c’est la conception qu’il va avoir du monde qui va s’ouvrir à lui et du ciel qu’il va essayer d’imaginer une fois qu’il sera tombé dans le monde. Car c’est tout ce qui lui restera, s’imaginer ce qu’est le ciel.
    De ce fait, le disciple entame une pensée dualiste, il contemple le monde dans lequel il est, il l’analyse, il essaie de se défendre et par poussée, inspiration ou intuition, il essaie d’imaginer un monde spirituel, un monde divin. Et pris entre deux chaises, comme vous dites, il ne sait pas toujours doser la part d’effort qui doit être fait sur le monde de la matière ou sur le monde de l’esprit, de même que la part de discernement ou de défense, la part de force qui doit être appliquée sur le monde de la matière ou sur le monde de l’esprit.
    Pour l’individu qui entretient une pensée dualiste, tout l’univers de la spiritualité lui semble un mystère, un mystère si immense qu’il ne pourra pas le résoudre de sitôt. Alors il se trouve le besoin d’avoir un Maître et il s’invente comme cela une dépendance, et en haut des Maîtres il place Dieu, le suprême initiateur, celui qui va libérer toutes les âmes. En partant d’une pensée dualiste, on voit un homme qui s’achemine vers une dépendance vis-à-vis d’un système, qu’il soit social, religieux ou philosophique, puis vis-à-vis d’un homme parce qu’il cherche un initiateur et qu’il se l’invente, puis vis-à-vis d’un Maître, d’un Dieu. Ceci fait que ce disciple ne peut pas bouger le petit doigt sans se poser la question : Est-ce que je fais l’effort correct, est-ce que je dois faire cet effort-là ou celui-là, ce choix-là ou tel autre ? Sa vie devient un véritable casse-tête et la spiritualité lui apparaît comme une véritable jungle, où se cachent plein d’énigmes qu’il lui faudra beaucoup de temps à résoudre. Rien n’est plus faux. Le Maître n’invente rien, Dieu n’invente rien. Il n’a pas posé des pièges à un moment du chemin de la vie du disciple. Par contre dans la sphère intérieure du disciple, chaque émotion, chaque attitude morale, mentale, chaque débordement vient s’inscrire comme une leçon à apprendre. Ainsi c’est le disciple lui-même qui engendre dans sa sphère intérieure le besoin d’être éprouvé, et il le démontre par l’erreur commise. Autrement dit, l’homme est celui qui engendre ses propres épreuves. C’est lui qui plante le germe de l’épreuve. Ce n’est pas Dieu qui envoie qu’à tel endroit il y aura une épreuve sur le plan sentimental, sur le plan physique ou sur le plan philosophique. Absolument pas, tout simplement parce que les degrés spirituels n’ont pas été établis comme l’homme l’imagine.

    Du point de vue cosmique un homme commence à exister lorsqu’il a quitté la matrice de la terre. Avant ce départ, on ne peut pas dire qu’il existe. Il n’est donc pas question de l’éprouver en quoi que ce soit. Par contre, dans sa poche, dans son œuf, œuf que créent son aura et son esprit replié sur lui-même, l’homme va générer des ombres, des trous, des failles et automatiquement il va devoir en boire tout le jus. C’est cela que l’on appelle le karma. Ce n’est pas le fait qu’il existe un seigneur quelconque qui active une loi X pour que l’élève Y soit purifié. Ce n’est pas une loi qui vient d’en haut, c’est une loi qui vient d’en bas. Je dirais même que c’est une loi qui vient de l’intérieur de l’individu. En fait, même si Dieu n’existait pas, ou plus, cela n’aurait aucune importance car il y a à l’intérieur de l’homme suffisamment de principes pour que l’évolution continue, pour que l’homme aille toujours vers une purification et un meilleur.

    Chaque fois donc que l’homme dit, fait, pense quelque chose, il ne doit pas imaginer que cela est sans importance, que Dieu lui pardonnera, ou qu’il pourra racheter son débordement en faisant ceci ou cela.
    Chaque fois que tu fais un geste, tu plantes une graine dans ton œuf, l’œuf de ton esprit replié sur lui-même pour le temps de ton incarnation. Et chaque fois que tu plantes une graine, la graine va germer et elle va donner un fruit et tu vas vivre avec. Et lorsque tu t’apercevras que son goût est amer, tu ne seras pas heureux de ta vie.
    Cependant, il ne faut pas croire que tous les germes ont des mauvais goûts. Il y a aussi ce que l’on appelle le bon karma, une bonne pensée, un bon geste, une bonne attitude. Ces choses vont engendrer de bonnes graines et vont donner de bons fruits. Tout le travail du jardinier, du guide en fait, sera d’apprendre à l’homme, dans un premier temps, à ne plus engendrer de mauvais fruits. Donc arrêter la catastrophe, la création négative, et ensuite à arracher les fruits mauvais, sans qu’il ait besoin de les manger, comme le karma vécu inconsciemment conduit le disciple à manger toutes ses négativités.
    C’est là, que se posent l’effort et l’ascèse, c’est là qu’entre en jeu le véritable engagement spirituel, l’effort sur soi-même, la prise en charge, la prise en main, la volonté spirituelle.

    Il y aura toujours une part de karma que l’homme devra expérimenter, vivre. Donc une part de karma qui le conduira vers des situations inévitables, c’est certain. Mais il y a aussi une autre part de karma qui est là comme une somme d’erreurs sans trop d’importance, qui sont de mauvaises herbes plantées sur le chemin. Là, il faut simplement être bon jardinier et savoir désherber, il n’est pas nécessaire de manger toutes ces mauvaises herbes. Il suffit de savoir se prendre en main et de changer les choses.
    L’homme a suffisamment à faire avec le karma inévitable sans qu’il s’oblige à manger toutes les mauvaises herbes du jardin de sa vie, ce n’est pas utile et ce n’est pas la loi. Par contre, prenez un être qui ne veut ni se regarder, ni s’analyser, ni se prendre en main, alors celui-là devra manger toutes les herbes, bien sûr et il aura une vie très difficile.

    Alors à quoi sert la spiritualité ?
    Dans un premier temps elle sert à savoir ne plus créer de mauvais fruits. C’est vers cette attitude que tendent toutes les églises, tous les rituels, et c’est pour cela qu’elles paraissent si intransigeantes et qu’elles élaborent de grands livres d’interdictions, tu ne feras pas ceci, tu ne feras pas cela, tu ne penseras pas à ceci ou à cela.
    L’homme vit cela comme une grande domination, il se révolte même contre la chose. Mais s’il se révolte, c’est parce qu’il a déspiritualisé le conseil qui était donné soit par les églises ou certains frères ou certains Sages.
    Lorsque la société change, lorsque la vie change, automatiquement on déspiritualise le conseil qui avait fabriqué et tenu debout une société, celle qui était avant. C’est pour cela qu’un monde qui avait poussé droit semble éclater dans tous les coins et s’éparpiller. Mais en fait, ce n’est pas par décadence ou par chute, du moins pas toujours et pas forcément, c’est uniquement par déspiritualisation des conseils qui avaient élaboré la société qui était avant.
    Avant que la majorité des hommes accepte de respiritualiser certains conseils des Sages, il y a toujours un petit moment d’égarement où chacun ne sait plus ce qui doit être fait, ou comment le faire, si Dieu existe et de quelle manière, si ce sont les scientifiques qui ont raison. Ce qui fait tous les égarements que tout le monde connaît aujourd’hui en occident.

    Ce n’est pas de l’égarement, les choses n’ont pas changé, les lois n’ont pas changé. Les lois ne meurent pas, la spiritualité ne change pas parce que l’on passe dans un nouveau monde. Les grands principes restent les mêmes. L’homme qui se veut disciple n’a pas le droit de se sentir abandonné, déstabilisé ou sans référence. Ce sont simplement les appréciations morales et mentales qui sont extirpées du concept, du conseil qu’avait donné l’église ou des Frères de Lumière. Ce n’est que le conseil extirpé qui est en train de tomber ou de changer, ce n’est pas le principe. Il faut donc avoir l’œil qui regarde un peu plus loin que le concept actuel. Il faut donc passer au delà des idées qui ont mené le monde, le monde social jusqu’à aujourd’hui. L’homme doit ainsi faire un effort de philosophie. Il ne s’agit pas spécialement d’une époque comme le passage dans le nouveau monde. Rien n’est spécial dans le ciel.
    Par contre sur la terre, oui, il y a des changements. D’un seul coup on ne pratique plus une telle chose, on ne croit plus à telle autre chose, et le monde paraît changer. Mais en fait, celui qui croit que le monde change et autant dans l’illusion que celui éparpillé qui est victime de ce changement. La spiritualité est ce qui ne bouge pas à travers les âges.

    Pour entrer en contact avec ce qui ne bouge pas, il faut avoir la sagesse à un moment donné de se mettre au-dessus de ce qui bouge, abandonner donc les concepts traditionnels, les concepts de la masse, qui ont pourtant, par leurs bienfaits, alimenté toute une civilisation. L’homme est plus qu’une civilisation. Même s’il est bon qu’une civilisation existe, même si son creuset est indispensable et que des évolutions ont eu lieu à travers ces creusets, l’homme est au delà et au-dessus de la civilisation. Il ne doit pas en être esclave, il doit s’amuser d’elle au contraire. Celui qui est aveugle va être moulé par la civilisation, il pensera comme la civilisation, il parlera, mangera et mourra comme la civilisation. Donc, tant que je n’existe pas, je vais exister selon les modèles et les critères d’une civilisation, d’un groupe, d’une famille, d’une nation, d’une idéologie ou d’une église. Mais cela n’est pas de la spiritualité, même si je prends le cas d’exister selon une idéologie, selon une église, cela n’est pas de la spiritualité. Même si l’on se veut méditant, dans la prière, cela ne veut pas dire que cette prière-là est spirituelle. Puisqu’elle est toujours prisonnière d’une dualité et d’une conception dualiste, automatiquement elle reste dans le monde profane, elle ne peut pas emmener l’individu vers la contemplation, c’est impossible.

    Où doit donc se poser plus particulièrement l’effort spirituel, quand le disciple veut véritablement en faire un ?

    Il doit poser son effort au niveau des conceptions, pas du tout au niveau de ses intestins et faire des lavements pour avoir le côlon propre afin de méditer avec l’esprit plus clair. Il ne doit pas avoir non plus l’effort posé au niveau de son mental pour surveiller ses pensées et répéter des mantras plutôt que de dire des bêtises. Il ne doit plus poser son effort au niveau de son sexe. Tous ces centres-là sont des illusions. Il n’y a plus de problème mental, il n’y a plus de problème sexuel, il n’y a plus aucun problème lorsque l’individu arrive à la conception juste.
    Mais tant que la véritable idée n’est pas apparue dans le monde mental du disciple, de nombreux fantômes vont pouvoir l’assaillir et lui mener une vie infernale. Le disciple va enregistrer toutes les pulsions de son corps et s’y identifier. Ce qui fait que la faim va devenir l’occasion d’une jouissance ; la soif, le sexe une occasion de plaisir ; la parole, tout le monde est content de faire de beaux discours et d’être écouté. Tout devient sujet à plaisir ou à déplaisir selon que l’on va pouvoir réussir à se satisfaire ou pas.

    En résumé on pourrait dire de ma pensée générale, que l’homme n’est rien d’autre qu’une idée qui traverse le temps et l’espace, les formes et les règnes et qu’il doit retrouver l’idée juste.

    Tant qu’il n’est pas capable de cette conception juste, il va être entraîné dans des rêves plus bizarres les uns que les autres. Et l’homme va croire à ces rêves et lorsqu’il sera dans le moment de souffrir, il va croire à sa souffrance. Lorsqu’il sera dans un moment d’être heureux, il va croire à son bonheur. Dans un moment il doit être riche, il va croire à sa richesse et à la pauvreté lorsque la pauvreté viendra dans le rêve.....

    la suite de la conférence exemplifie ce dernier propos, en évoquant la question de la maternité, du rôle de parents et des enfants ....

     

    La conférence du 20 05 90  en 4 parties  

     

    L'homme engendre ses propres épreuves

    Comment être un être authentique

    On ne peut aller vers la spiritualité que si l’on s’arrête de penser à propos de la spiritualité.

    N'oublie jamais qui tu es

     

    Conférence audio indisponible

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Corps astral, corps éthérique et Prana solaireLe corps mental, le corps émotionnel est aussi différent de vous, de votre essence, que peut l’être votre corps physique vis-à-vis de votre essence. Lorsque vous aurez compris cela, vous arriverez à mieux utiliser les instruments que sont, le mental et l’émotionnel purifiés.

    Quoi que l’on en dise, le corps astral est quelque chose de très utile, de très important, mais il faut savoir le purifier et le vivre dans ses aspects les plus purs. Ainsi travaillé, il devient un moyen immense de purification pour les autres.

    Par le corps astral on peut faire passer les énergies directement du cosmos dans la matière, ce n’est pas par un autre corps. La seule écluse qui existe entre la matière et le cosmos c’est l’astral. C’est dans l’astral que se pré-conçoit la matière, l’humanité, les civilisations. Tout magicien un peu malin sait très bien que s’il veut produire de la magie, il doit d’abord construire dans l’astral la matière qu’il veut voir s’exprimer sur un plan physique. Une fois que cela se trouve dans l’astral, il ne faut pas beaucoup de temps pour que cela s’exprime sur un plan physique.

    Les guérisseurs du futur, et cela n’est pas si loin en fait, car vous pouvez être demain un guérisseur de ce type-là si vous purifiez votre corps astral, ces guérisseurs vont être des canaux, des intermédiaires entre l’énergie cosmique qui viendra plus précisément du prana solaire et de la cellule physique.
    L’individu qui est malade, qui a des problèmes avec sa cellule physique, ne peut pas directement recevoir le prana solaire, même si le prana est absorbé par la rate, par d’autres chakras, par la respiration etc. C’est un autre aspect du prana qui est assimilé à ce moment-là. C’est ce que l’on appelle les globules de vitalité, et cela n’a rien à voir avec le véritable prana solaire.
    Le véritable prana solaire est l’énergie qui est comparable à ce que les ondes de forme essayent d’attraper, comme les pyramides par exemple. Et là, il y a une grande confusion, parce que l’on dit que les ondes de forme attirent une énergie du plan éthérique.

    Alors que vient faire le prana solaire au milieu ?
    Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’énergie éthérique, ou les globules activés sur le plan éthérique et le prana solaire sont une seule et même chose. Il ne peut pas y avoir de plan éthérique sans le prana solaire. C’est en fait le prana solaire qui compose cette zone de l’univers que l’on appelle le plan éthérique, et dans cette zone l’homme tire son propre plan éthérique ainsi que toutes les choses.

    Le guérisseur du temps futur sera capable, par son corps astral purifié, de prendre les globules du prana solaire pour les précipiter dans la matière, chose que l’on ne peut pas faire depuis le plan éthérique, que l’on dit être plus près de la matière que le plan astral, mais en fait c’est faux.

    S’il est plus près de la matière que le plan astral, ce n’est pas parce que le plan astral est moins dense et que l’éthérique est plus dense, c’est parce qu’il est primordial à la matière, et c’est pour cela qu’on le trouve si proche de la matière, si infiltré dans la matière. Sans lui la matière ne peut pas avoir lieu, ne peut pas avoir de vitalité.

    Sans son corps éthérique un homme ne peut pas vivre, son corps ne peut pas être, l’intelligence de son corps ne peut pas fonctionner, les automatismes ne peuvent pas avoir lieu. On trouve au dessus le plan astral, non pas parce qu’il est supérieur au plan éthérique, mais parce que lui commence à être un peu un plan de conscience, alors que le plan éthérique ne l’est pas, il est un plan de vitalité. Le plan astral est une zone de feu cosmique, d’énergie. C’est à l’intérieur du plan astral que l’on peut précréer des choses.
    Qui dit plan de conscience, dit dans une certaine mesure : mental ou pensée. Car comme je l’ai dit tout à l’heure, même lorsque l’homme arrête de penser, il est encore une pensée.

    La conscience en fait est une pensée, mais une pensée pure, une idée, plus exactement une idée divine. Lorsque l’homme arrive au point de ne plus être une idée même divine, alors il n’appartient plus du tout au cycle des manifestations, il se retire de la manifestation. Il dépasse ce que l’ésotériste appelle la huitième initiation majeure. Il est ce que le Bouddha a appelé le néant.
    Je ne veux pas parler du néant ce soir, sachez simplement qu’il retourne à ce moment-là au non manifesté.

    Lorsque l’on veut approcher correctement toutes les choses de l’esprit, il faut non seulement, savoir jouer avec les paradoxes, connaître la constitution occulte de l’homme, mais en plus il faut avoir la vision juste. Savoir que si vous avez un corps astral, si vous avez un corps mental, si vous avez un corps ceci, un corps cela, c’est très bien, mais vous les possédez en tant qu’instruments, ce ne sont pas des identités, ce ne sont pas des références, ce ne sont pas des indications sur votre nature véritable.
    C’est comme lorsque vous faites le compte des options qu’a votre voiture. Vous avez ceci, vous avez cela, mais ce n’est pas la voiture, car la voiture c’est avant tout vous-même, le pilote. Vous pouvez avoir des tas et des tas d’options, cette voiture, si elle se comporte bien sur la route, cela ne va dépendre de ses options, mais du pilote.
    Donc quelles que soient les options que vous avez eues de la part du créateur, c’est-à-dire un corps astral, un corps mental, un corps bouddhique, dites-vous "c’est très bien, comme cela, je vais pouvoir travailler, je vais pouvoir aller très loin avec ces options, mais ce n’est pas mon image véritable".

    Votre image véritable c’est le moi suprême, c’est l’âme, c’est la monade, c’est cela la vision que vous devez avoir. Parce que tant que vous n’avez pas la vision juste, vous n’allez pas savoir utiliser vos instruments et vous allez vous embourber avec vos instruments, et toutes les épreuves viendront. Celui qui est coincé sur le plan mental va devoir être éprouvé pour qu’il se décoince du plan mental. Celui qui est enfoncé dans son corps émotionnel va devoir être éprouvé pour pouvoir acquérir le discernement et se décoincer de son corps émotionnel. Alors que c’est inutile si l’on comprend que toutes ces choses ne sont que des options du véhicule et que ce que vous êtes c’est l’âme qui joue avec ces options-là.

    Cet extrait de conférence fait suite à un article publié il y a dix mois et rédigé en octobre 2017 "L’homme est une magnifique et une subtile mécanique"

     

     

    La conférence du 15 05 88  en 3 parties  

    Résurgence de la spiritualité

    La conscience après la mort

    L'ésotérisme moderne

     

    Conférence en audio 

    Bruxelles 15 05 88

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    1 commentaire
  • Le AUM, n’est pas seulement un son venu d’un pays asiatique pour faire plaisir aux occidentaux. Le AUM n’est pas un son bienfaiteur pour calmer les chakras, pour centrer la pensée. Le AUM est une clé vibratoire. 

    Le son, plus exactement le verbe est un verbe de création. Un verbe contient en lui-même toutes les vibrations, ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas une vibration primordiale, la vibration primordiale du système solaire. Lorsque le Maître suprême, qui n’a rien à voir avec les Maîtres que vous connaissez dans la hiérarchie, je parle là de celui dont rien ne peut être dit, lorsque le Maître essaie dans son élan de volonté de créer un monde, il donne aux responsables des sous plans une clé pour pouvoir créer. Cette clé, c’est un verbe spécifique qui va permettre d’après sa spécificité de créer des systèmes galactiques ou des systèmes solaires ayant une évolution précise.

    Si vous alliez dans une autre galaxie, demander au grand Maître créateur quelle est sa clé créatrice, vous verriez que ce n’est pas le AUM. Non pas que l’univers soit très divers, mais tout simplement parce que chaque verbe correspond à une lignée d’évolution et que l’évolution principale n’est pas l’évolution individuelle des hommes que vous êtes, que nous sommes, mais c’est avant tout l’évolution d’une entité cosmique qui se manifeste à travers un système solaire. C’est, en vérité, celle-là dont les hommes ont la charge. Ce qui ne veut pas dire que vous devez travailler pour le compte de quelqu’un d’autre. Cela veut dire seulement que vous êtes une partie d’une entité fabuleuse et fantastique, qui vous donne une individualité absolue, ne serait-ce que par son élan d’amour et de liberté, mais que vous composez cette entité.

    Lorsque vous aurez pleinement redécouvert votre individualité cosmique et l’unité de fraternité qui lie toutes sortes d’individualités cosmiques, vous vous rendrez compte que vous constituez un simple et même individu que les Grecs ont appelé le Christos. C’est de lui dont il s’agit aussi dans l’église. C’est pour cela qu’il y a une si grande confusion entre Jésus et le Christ. Il est vrai que le christ est le deuxième aspect de Dieu, mais il faut prendre cette grande entité à travers un système solaire pour dire que le Christ est le fils de Dieu, alors que Jésus manifesté ne l’est plus.
    Lorsque ce Christos se manifeste, lorsque il va créer son corps de manifestations, en se créant, il va mettre en manifestation diverses planètes, divers mondes et tous les plans et sous plans, qu’ils soient physiques ou invisibles. Lorsqu’il crée, il crée en résonance exacte avec son propre rayon d'évolution, son propre plan de conscience. C’est là, où la clé va lui être donnée spécifiquement.
    Donc le AUM est un son qui correspond à votre univers local, votre système solaire. Il correspond exactement aux types de vibrations du Christos, c’est-à-dire à l’entité de ce système solaire par laquelle vous évoluez et qui évolue à travers vous. Cette clé, lui permet d’atteindre la prochaine initiation. Je ne voudrais pas aller trop loin et perdre dans ces propos les personnes qui ne connaissent pas le système des poupées russes dont j’ai déjà parlé. C’est-à-dire qu’un individu a son âme à l’intérieur d’un autre beaucoup plus grand que lui.
    Pour l’instant les hommes vivent tous à l’intérieur d’une entité que vous appelez généralement Dieu et qui est le logos planétaire bien connu de certains disciples. Ce logos lui-même évoluant à l’intérieur d’un autre logos qui correspond au Christos, le logos solaire. Ainsi de suite jusqu’à ce que l’homme soit passé par les initiations données par la hiérarchie, puis du logos planétaire, puis par la hiérarchie d’autres planètes et arrive enfin aux initiations solaires, donc aux initiations données par le Christos.
    C’est là, où le Christos commence sa propre réintégration. Chaque fois qu’il voit une de ses cellules, un de ses atomes, que vous représentez pour lui, revenir vers lui, c’est un degré de plus dans les retrouvailles avec ses énergies.
    Au fur et à mesure qu’il récupère tous ses atomes mais conscientisés, et que ceux-ci se retrouvent face au Christos, c’est en fait ce qui est écrit dans tous les livres, Dieu se retrouve lui-même. C’est la réintégration.
    Comme tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et vice versa, si l’homme a à accomplir une réintégration à son niveau, les Maîtres et le Christos l’ont aussi à leur niveau. Ce qui se passe pour votre petite cellule dans votre corps physique, se passe aussi au niveau atomique pour le Christos.
    Imaginez que la cellule de votre foie s’appelle Christine ou Jeanne, c’est ce que vous êtes vis-à-vis du Christos, et cela ne vous minimise pas pour autant. Maintenant que vous connaissez votre place exacte, vous savez que vous êtes un être primordial et absolument primordial pour Dieu lui-même et qu’il faut faire votre travail, qu’une grande destinée vous est promise puisque vous devez le retrouver.

    Comment donc l’homme peut-il utiliser ce AUM ?

    Quelle que soit la clé, l’homme ne pourra le faire qu’à son niveau, c’est une énergie extrêmement puissante, le son de Dieu. Et que faites-vous ? Vous cherchez la serrure, et comme vous ne la trouvez pas vous cherchez une autre clé. Le problème n’est pas la clé, le problème n’est même pas de chercher la serrure, c’est de se découvrir soi-même comme étant la serrure de la clé. Posez simplement le AUM, la clé, face à vous, et sachez que vous êtes la serrure. Ne cherchez pas la serrure dans un quelconque endroit du ciel ou dans une quelconque technique de visualisation ou je ne sais quoi d’autre. Placez-vous face à cette clé, grandissez-vous, et lorsque vous arrivez dans la proportion exacte de la clé, vous pouvez vous jeter sur la clé, et tout l’univers cosmique, en vous, va s’ouvrir.

    À force de répéter un son, surtout lorsqu’il s’agit d’un son sacré, par l’énergie apportée, la conscience finit par s’élargir. Mais en même temps, il faut que cette énergie devienne consciente. Alors un certain jour le son amène une épreuve, un événement, une circonstance, qui dit : « Bon, on va voir si là, tu as compris. On va voir si je peux t’apporter encore plus d’énergie en ayant accompli telle et telle prise de conscience ».
    Et selon le comportement de l’individu, de sa réussite ou de son échec, le mantra va pouvoir continuer à lui apporter de l’énergie. S’il échoue, le mantra s’arrête. Il continue à l’abreuver au niveau où l’homme a stationné. Si l’homme réussit cette prise de conscience, alors le mantra le porte encore plus loin dans la communion énergétique. 
    La conférence se poursuit sur le développement alchimique que permet le Aum, et les cycles de réintégration du Logos Cosmique.

     

    La conférence du 19 09 87 en 3 parties  

    La télépathie

    Le AUM

    L'amour divin - Soyez responsables

     

    Conférence en audio 

    Genève 19 09 87

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Feu physique, feu cosmique

    Quelle est la signification du feu, globalement et en relation avec l’homme ?

    Cela dépend de quel feu on veut analyser. Car si l’on prend le feu dans le cosmos, le feu sur la terre, ou d’un rituel, sa nature n’est pas la même. Et pourtant c’est le même feu, mais son degré vibratoire est tellement différent, que sa nature en est complètement changée.

    Dans le cosmos, il y a le feu, que l’on dit sacré, qui a trois aspects. L’aspect qui concerne plus principalement la terre dans sa vie et sa vitalité, c’est la chaleur du feu. C’est la chaleur du feu qui est créatrice de vie. La chaleur du feu cosmique est une sorte de substance, qui arrive à se développer, qui arrive à gonfler, à prendre du volume, et dans cette substance, étant donné qu’il y a mouvement, il y a création d’un feu inférieur à lui-même. C’est-à-dire que, dans ce feu, se créent les premiers atomes de la vie. C’est dans la chaleur du feu qu’est la réserve des atomes, base même de toute la vie manifestée, parce que la chaleur est comme une matrice. C’est une substance, et c’est aussi une matrice. Un jour, ce feu avec son total d’atomes créés et en même temps non créés, (parce qu’ils sont créés à l’état de principe et non pas créés dans l’état qu’ils auront lorsqu’ils seront jetés dans la forme), s’approche de l’intelligence qui va diriger la forme, et va être absorbé, inspiré par le mental d’une entité supérieure, que vous appelez le logos planétaire, ou solaire, cela dépend si l’on parle de la création d’un système ou d’une planète. Lorsque cette entité va extérioriser le feu sacré, ce qui va sortir, ce n’est plus une substance chaleur, ce sont au contraire des millions, des millions d’atomes devenus solides, devenus institués, structurés, et, étant passés par l’intelligence de cette entité, connaissent ce qu’ils doivent exécuter comme forme. Ainsi se créent des formes. Lorsque l’on prend le feu dans le sens initiatique, ce feu-là est révélateur, il doit être la lumière. Il est la puissance de l’ordre. Puissance, en tant qu’intelligence, en tant que mental, capable de conception cosmique.

    C’est le même feu qui réside en vous, au niveau de tous les chakras, c’est ce feu qui rayonne par le chakra de la tête lorsque l’individu devient illuminé. C’est ce même feu qui dirige les éléments lorsque l’homme domine par son avancement. C’est ce feu-là qui guérit, qui va créer toute chose. C’est ce feu que vous avez mission de développer et de maîtriser en vous.

    Le feu que l’on peut trouver pratiquement sur tous les autels, pour les rituels, que ce soit pour les rituels de magie blanche ou de magie noire, ce feu physique a un rayonnement dans les plans subtils. Il purifie, mais il ne va purifier, que si l’intention de celui qui l’allume est de purifier. C’est-à-dire que le feu en lui-même ne comporte rien de spécial, il ne comporte pas de programme, il n’est pas structuré, mais il va prendre la couleur de l’intention de celui qui allume la flamme. Il sert de support à l’incantation. Lorsque  vous allumez une bougie, vous allumez un feu pour transporter votre message, votre incantation, jusque dans vos plans subtils, là, où le feu, justement, par son rayonnement, a accès. Attaché à ce feu, il y a une multitude d’esprits. C’est pourquoi selon l’intention de faire le bien ou le mal, vous allez obtenir la collaboration de bas ou de hauts esprits, qui eux-mêmes vont faire soit le bien, soit le mal. Donc tout dépend de votre couleur intérieure. Si vous allez utiliser ce feu pour appeler un archange ou si vous allez l’utiliser pour appeler un autre esprit et l’envoyer faire le mal.

    Le feu est avant tout support comme n’importe quel élément, que vous preniez du sel, l’huile, le charbon, l’encens. Chaque élément est un support qui correspond à une hiérarchie d’esprits qui a été attachée, soit depuis la création du monde comme c’est le cas pour le feu, pour l’eau, soit ensuite par convention, comme c’est le cas pour le sel, pour l’huile. Le sel et l’huile en eux-mêmes ne sont pas les terminus d’une hiérarchie d’êtres spécialisés. Mais à cause de leur type vibratoire dans le monde subtil et par convention d’un initiateur et d’un initié, c’est toute une hiérarchie d’esprits qui travaille grâce et à travers le sel et l’huile.Il faut imaginer le plan physique comme étant une sorte de cul-de-sac en quelque sorte, un terminus de toutes les énergies cosmiques, galactiques, aboutissant finalement à quelque chose de physique, comme cela se passe sur la planète terre. De la même manière que vous avez les innommables, les archanges, les Maîtres, les guides, les désincarnés et l’homme physique, vous avez toute une hiérarchie d’esprits, qui, chaque fois subdivisée, arrive à être un élément, se présentant à vous sous une forme physique. Ce qui ne veut pas dire que ces formes-là existent telles qu’elles sont apparues.

    Ces formes existent avant tout en tant que vibrations qui se révèlent au contact de l’esprit humain sous la forme déjà décrite de gnomes ou de lutins, de petites fées ou autres. C’est l’esprit de la chose, l’esprit de l’arbre, c’est l’esprit de la terre ou du grain de terre. C’est l’esprit de la fleur, qui selon la nature aussi bien biologique, chimique, vibratoire, extériorise en suite une forme qui y correspond. Pourquoi les gnomes sont-ils comme ils sont, décrits de cette manière ? Parce que justement la terre est lourde, pesante, endormie. Pourquoi les petites fées vivant dans les fleurs sont-elles décrites comme elles le sont ? C’est parce que la fleur est supérieure. C’est une création supérieure à la terre, à une carotte ou à un poireau. La vibration qui y règne, l’âme qui y règne a un taux vibratoire supérieur, et sa manifestation est en correspondance.

     

    La conférence du 11 09 86 en 3 parties  

    Les énergies actuelles - Favoriser son intuition

    Signification du feu - Qu'est-ce que l'esprit ?

    Signification du Karma - Conseils au groupe

     

    Conférence en audio 

    Non disponible

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • L'alchimie des énergies en l'hommeLe statut de l’être humain ne veut pas dire ignorance, comme si la connaissance était l’apanage de la divinité. Il faut comprendre que dans le cœur humain, dans le centre de l’être humain, demeure l’état même de la vérité. Le guide qui croise votre chemin ne va pas vous dire des choses que vous ne connaissez pas, il réveille dans l’esprit ce qui est maintenu dans un état de sommeil. Il est important que vous compreniez que la conscience humaine n’est pas ignorante, elle est dans un état de sommeil.
    Lorsque vous rencontrez un guide, vous n’êtes pas celui qui va écouter et apprendre, et le guide n’est pas celui qui va instruire et révéler. Il y a tout simplement deux niveaux de conscience qui se rencontrent : une conscience qui dort et une conscience qui est éveillée. Pour éveiller cette conscience qui dort, la conscience que l’on dit plus évoluée, mais qui en fait n’est que plus éveillée, va parler de ce qu’est son royaume depuis son état d’éveil. Il n’est pas question d’apprendre quelque chose. Il n’est donc pas question non plus d’évoluer comme s’il s’agissait d’arriver à l’état divin en partant de la boue. Il faut comprendre que ce qui sépare l’homme de la divinité, ce sont les transitions successives qui font passer du sommeil au réveil.

    Une conscience qui dort n’est pas plongée dans un profond sommeil. Le subconscient continue à produire des images auxquelles viennent se mêler les histoires de l’inconscient. La conscience humaine, la nature humaine, est plongée dans ce sommeil qui permet le rêve. Étant donné que tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, l’âme, lorsqu’elle dort, rêve aussi. C’est pourquoi, tout ce que l’on fait dans la vie traditionnelle, tout ce que sont les buts de cette vie et ses intérêts sont appelés illusion.
    Est-ce que le fait de gagner de l’argent est une illusion ? Non, pas du tout, et la société le prouve tous les jours. Pour vivre ou survivre il faut avoir quelques deniers. Avoir un métier, trouver une voie qui permette de gagner de l’argent pour survivre n’est pas une illusion.
    Cependant, lorsque l’on veut gagner de l’argent uniquement pour le plaisir d’amasser, le plaisir d’être riche, pour se sentir en sécurité ou pour être plus grand que les autres, alors l’action qui va vous permettre de gagner de l’argent sera une action fausse, pleine d’illusions. Il en est de même pour d’autres actes.

    On dit que l’amour est une illusion, que s’attacher à un autre être est une pure illusion et que pour travailler à devenir Bouddha, ou quelqu’un d’autre, il faut se détacher de toute affection : affection que l’on peut porter à un animal, ou à un être humain, à des fleurs et que rien d’affectif ne doit alors vibrer dans l’être humain. C’est ce qui semble être dit lorsque les sages parlent du détachement. Cependant il faut savoir que le fait même d’aimer et d’aimer comme Bouddha est une vibration immense qui inclue tous les attachements.
    Pour celui qui va aimer d’un amour profond, d’un amour plein de sacrifice, l’amour sera exactement le même, aura la même vibration que pour celui qui est profondément amoureux de quelqu’un, simplement l’objet est différent.
    Pour celui qui est amoureux de quelqu’un, toute la vibration de l’amour va se porter sur une personne et cette personne est l’objet de l’amour et cet objet n’a pas le droit de disparaître ou de trahir. Pour Bouddha ou un initié, ce même feu très puissant existe, mais l’objet n’est pas délimité, l’objet est universel. C’est ce qui permet à Bouddha ou à un initié de haut degré d’être capable de se sacrifier pour les hommes. La vibration est la même, mais elle se déroule de façon universelle à l’extérieur, ce qui rend cet amour généreux et rempli de bénéfice pour les autres. Celui qui restreint le champ de rayonnement de cette vibration rend la vibration mesquine et étouffée. La vibration étant mesquine, l’amour sera mesquin. La vibration étant étouffée, l’amour sera étouffant et va étouffer l’autre. Je prends cet exemple de l’amour et du champ de diffusion pour démontrer qu’en fait l’homme n’a rien à créer en lui-même. Il n’a pas à devenir Dieu. Il n’a pas à s’efforcer d’être demain un initié. Il a déjà tout en lui. Tous les feux existent tels qu’ils existent déjà en Dieu ou dans l’archétype. La seule différence, mais énorme différence, sera dans l’emploi et la canalisation de ces feux, donc dans l’expression.

    Si un homme canalise toujours étroitement ses feux, automatiquement sa vie sera petite et c’est ainsi que naît ce que l’on va appeler l’attachement. L’attachement c’est uniquement un retour de flamme qui jaillit et renvoie devant l’individu l’étroitesse de vue qu’il a eu sur un être humain ou un objet. L’individu se trouve prisonnier dans cette flamme étroite, et c’est comme cela qu’emmagasinant les étroitesses les unes après les autres, la vie d’un individu devient une petite pièce et dans cette petite pièce aucune vie véritable n’est possible. Le temps des incarnations sera en concordance avec votre vie, il y a une petite roue, appelons cela la roue des incarnations, où l’homme vit et meurt, s’incarne et se désincarne de façon rapide. Pour lui, la vie entre les incarnations ne représente pas du tout un temps de repos. Puis lorsque le champ de compréhension de diffusion devient un peu plus large, l’homme, l’âme monte sur une autre roue d’incarnation. Une roue qui est un peu plus grande, qui permet des temps d’incarnation pas forcément plus longs, car la vie physique dépend toujours de la civilisation, de la race, d’une heure donnée sur la terre. Mais ce temps d’incarnation sera comparativement plus long, parce que sa conscience aura été beaucoup plus présente au cours du même nombre d’années. Il aura pleinement expérimenté davantage de choses. Ce qui fait que, par correspondance, sa conscience va elle aussi prendre davantage de temps de l’autre côté du plan physique. Elle prendra autant de temps pour observer, pour continuer à compléter ses informations et se préparer à recevoir dans une autre incarnation d’autres informations.

    Il y a donc ceux qui vivent et meurent souvent, et il y a ceux qui vivent et meurent à une autre vitesse, une vitesse de croisière. Je ne dis pas qu’il faut préférer l’une ou l’autre roue, car la vie et la mort sont exactement la même chose sur l’une ou l’autre roue. Simplement la faculté d’être plus conscient permet à la deuxième roue d’obtenir davantage d’informations. Il y a dans le phénomène même de l’incarnation, des phénomènes de vitesse, d’accélération, de vibration, comme ils en existent au niveau des atomes. Ce qui permet la maintenance de la matière, c’est que, tout comme l’homme ou l’âme, l’atome vit et meurt de façon très rapide, ce qui représente une vibration. Si l’atome restait dans son élément non manifesté, ou dans son état de mort, car la mort c’est le retour au non manifesté que l’on appelle aussi Pralaya, il n’y aurait pas de matière. Mais l’atome n’a pas le droit de rester dans son Pralaya, alors il en ressort très vite, et la matière a lieu.

    De la même façon, l’homme qui est très matériel, dans le sens où sa conscience n’est pas réveillée suffisamment, va devoir vite partir dans son Pralaya et en revenir aussi très vite. Sa vie étant très matérielle durant cette époque, sa vie a lieu de cette façon-là. Puis, lorsqu’au fur et à mesure de ses incarnations il devient plus spirituel, un peu plus divin, le temps de résidence dans le Pralaya peut se prolonger.
    Pour la conscience qui a commencé à se réveiller, le Pralaya n’est plus la mort, la perte de conscience, c’est tout simplement une vie à l’état non manifestée. Au moment où la conscience est pleinement éveillée, le Pralaya et la vie manifestée deviennent l’endroit de la vie absolue, le contraire de la loi qui anime l’être matériel, pour qui, l’endroit de la vie absolue sera l’endroit de la vie physique et le Pralaya l’endroit de la mort, car on ne peut transporter dans le Pralaya que le degré de conscience que l’on a pu développer sur le plan le physique.

    C’est cette mort-là qui affole les hommes. Ce qui fait peur aux hommes dans l’acte de mourir, ce n’est pas de perdre le corps physique, car beaucoup intérieurement ont l’intuition que quelque chose va continuer, mais étant donné que tout le monde a commencé dans les règnes inférieurs, dans le non évolué, tout le monde se souvient que la mort est le passage dans le non manifesté et dans le sommeil absolu, et la conscience objective qui a pu se réveiller grâce au corps, au sens, à la réincarnation, ne veut pas retourner dans le sommeil, elle veut continuer à exister, et c’est légitime. Pour continuer d’exister il faut tout simplement développer en soi l’existence. Et ainsi il n’y aura plus de mort. Il y aura incarnation, passage dans le manifesté un jour, puis désincarnation, retour dans le non manifesté. Cela ne veut pas dire que l’être va s’endormir. Sa vie va continuer. (La conférence se poursuit sur la nature de l'astral et les nourritures terrestres ...)

     

    La conférence transcrite

    L'alchimie des énergies en l'homme

     

    Conférence en audio 

    Namur 04 06 89

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • L'énergie divineL’individu est lui-même une énergie. Le fait d'incorporer un énergie divine comme s'il s'agissait de développer sa propre énergie de pouvoir, que l’on appelle aussi kundalini  ou d’incorporer une énergie spécifique pouvant lui donner par exemple l’esprit, comme disent certains. Cette énergie là ne s'éveille pas à un moment particulier, cyclique prévu. Il est dans la volonté de l’individu de la développer. Naturellement, s’il a eu la volonté de la développer autrefois, et qu’il ait déjà en lui cette force, immanquablement, même s’il est un bébé de deux mois, il la possédera à la naissance. L’individu qui n’a jamais voulu être de bonne volonté, pourra mourir cent fois et renaître cent fois, il ne la possédera jamais. Donc, l’énergie divine, visualisée comme une descente, donnant l’âme en fait, mais l’âme en tant que lumière, cette énergie descend, lorsque l’individu le veut, quand lui-même fait les démarches, pour être la coupe qui va la recevoir.

    Pourquoi l’énergie divine descendrait-elle sur vous, même si vous la voulez, même si vous priez pour, même si vous la désirez, pourquoi descendrait-elle sur vous, si vous continuez à être habités par les ignorances, si vous continuez à faire partie de cette irréalité du monde ? Cela ne servirait à rien, parce qu’elle ne pourrait pas rester en vous, elle ne fera que vous effleurer et vous en seriez même inconscients.

    La lumière divine qu'est-ce que c'est, l’énergie divine qu'est-ce que c'est ? L’énergie c’est toujours de la conscience. La conscience est énergie, et l’énergie est conscience. Et du fait même que la conscience est énergie, l’énergie en se projetant donne la matière, et c’est ainsi que la matière elle-même est énergie et conscience. C’est pour cela que certains disent qu’il faut voir Dieu en tout, qu’il faut voir la lumière en tout.

    Quand l’énergie vient-elle ? Le jour où l'individu à la conscience vibrant au même degré que l’énergie correspondante. Alors l’énergie descend pour d'une certaine manière concrétiser l’état de conscience et en faire la nature de l’individu et lui permettre de rayonner en pouvoir par exemple le niveau de conscience atteint. C’est pour cela que Jésus avait tout les pouvoirs, parce qu’il avait atteint un plan de conscience où se trouvaient les énergies nécessaires pour manifester tout ce dont il avait besoin. C’est pour cela qu’il a dit aux hommes, « Toutes ces choses vous pouvez les faire, et encore plus que moi », parce qu’il s’agit de bonne volonté. Il ne s’agit pas que Dieu, parce que vous avez beaucoup souffert, beaucoup prié, beaucoup pensé à lui, soit attiré par ce genre de comportement et d'un seul coup décide de vous envoyer l’esprit, l’énergie ou l’initiation. Dieu pose son cœur et son œil sur tous ses enfants et à tous moments. Mais c’est à l’enfant d'écarquiller ses paupières pour voir ce qui se passe et recevoir ce qui est donné. Donc, l’évolution se passe où ? Toujours et encore une fois à l’intérieur de vous-même, c'est vous vis-à-vis de vous-même.

    L’énergie vient lorsque la conscience s'est élevée au niveau où l’énergie peut descendre. Envoyer l’énergie avant, cela ne serait pas ressentie sur un plan de conscience. Par contre sur un plan du corps éthérique, du corps astral, du corps physique cela pourrait être ressenti, mais de manière désastreuse, parce que, plutôt que d’être béni, l’individu pourrait être tué. Regarde dans la bible à propos de ceux qui ont touché l’Arche et qui n’étaient pas prêts, ils sont morts électrocutés. L'énergie est quelque chose de fantastique mais d'extrêmement dangereux, parce que les énergies ne sont pas simplement les bontés du Bon Dieu. Les énergies sont des fréquences. Vous connaissez ce qu’il vous en coûte de mettre les doigts dans un interrupteur. C’est ce qui se passerait si un Maître, par pitié pour vous, venait vous initier, parce qu’il n’y a pas de différence entre la nature et les effets de l’électricité et la nature et les effets de l'énergie cosmique. D’où vient la possibilité d’intégrer cette énergie et ces énergies ? De la même manière qu’il vous faut un transformateur entre une prise de courant et une ampoule qui ne serait pas capable d'être branchée dessus comme l’est le plan physique, le corps physique par rapport aux énergies divines. De la même manière qu'il y a ce transformateur, il y a votre corps éthérique, votre corps astral, votre corps mental. Tous ces corps doivent vibrer et transformer les énergies pour les rendre utilisables sur un plan physique.

    Mais ces corps comment apprennent-ils à transformer et à incorporer ces énergies ? Ils l'apprennent par l’effet de votre bonne volonté à évoluer. Si vous pouviez prendre le taux vibratoire du corps astral d’un individu qui se comporte de manière profane, vous verriez que ces vibrations sont très grossières, mais il n’appartient qu’à lui de les subtiliser, en changeant de comportement. Parce qu’un geste, une pensée véhiculent de l’énergie. Vous n’êtes que de l’énergie en vérité. Votre pensée, lorsqu’elle s’articule, votre geste lorsqu’il se manifeste, déclenche des énergies qui sont le reflet de ce que vous êtes, mais qui en même temps vous solidifie dans ce que vous êtes. C’est-à-dire qu’un individu qui voudrait cesser d’être avare, ne pourra pas cesser d’être avare tant qu’il se dit je ne veux pas être avare. Il va falloir qu’il cesse d’être avare, et ainsi toutes ses énergies vont changer, parce qu’il aura agi autrement. C’est pour cela que j’ai dit, si un défaut vous ennuie dans votre personnalité, ne vous culpabilisez pas, développez l’inverse de ce défaut qui est une qualité, parce qu’ainsi vous allez vivre une autre énergie et incorporer une autre énergie. Donc pour habituer ces différents corps à incorporer les énergies divines, il faut que vous deveniez divin, que vous appreniez à ces différents corps à devenir divins......(la suite est sur comment diviniser le corps astral {sur l'audio 21-10-85 (2-2) 14'50"})

     

    La conférence en deux parties

    L'aggressivité

    L'énergie divine

     

    Conférence en audio 

    21 octobre 1985

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  • De la validité des messages reçus par médiumnitéPour m’exprimer sur la médiumnité il me faudrait des séances entières car c’est un phénomène très large et on ne peut tirer des généralités. Chaque individu est spécifique à cause de la teinte de ses astres et la teinte de son rayon. Ceci fait que les médiumnités sont fort diverses. En fait chaque être est médium, de la même manière que chaque être est branché à un quelconque degré sur l’Akasha, chaque être est ouvert sur l’au-delà.

    Tout dépend à quel degré et par quelle particularité ou par quelle porte vous êtes branché avec l’au-delà. Ainsi la médiumnité peut avoir plusieurs visages comme la voyance, la prédiction, les guérisseurs, et toutes les autres choses que vous connaissez bien.

    Ce qui compte c’est le degré initiatique auquel appartient l’individu. Et une fois que ceci est connu, il y a un certain vibrato qui se met dans les airs,  et toute une hiérarchie d’êtres et de vibrations qui corresponde à ce degré initiatique investisse l’individu. Cela fonctionne tout autant pour ceux qui sont branchés sur des degrés bas que sur des degrés hauts. C’est la fréquence radio en quelque sorte du médium qui détermine le type d’êtres qui viendront parler, mais ce n’est pas tout.

    Ces êtres ne vont pas pouvoir communiquer à moins qu’ils ne puissent véritablement pénétrer le médium (si le médium est du type à transe laissant totalement son corps et son mental à la disposition de cet être). Mais si le médium est quelque peu conscient ou totalement conscient, il va se jouer en plus sa propre alchimie planétaire, et il va se construire en petit une forme d’Akasha.

    La substance mentale, la substance initiatique du médium va s'évaporer pour monter à un certain degré, et la substance mentale, la substance initiatique du guide ou de l'esprit X va venir à la rencontre. Et il y aura la construction d'une mini-Akasha, et il va y avoir méli-mélo en quelque sorte et redistribution par le médium de manières diverses, en énergie,en verbe, en vision ...Tout se passe de conscience à conscience. 

    Comment donc vérifier si le branchement médiumnique est avec des êtres évolués claires et divins  ? La Première analyse est l’étude du texte reçu, ou l’étude du message en images reçu. Lorsque vous pouvez comparer la substance du texte, ou de la vision, ou de l’intuition reçue, auprès d’autres textes existants dans des livres sacrés par exemple. Cela  vous indique que la source du message est bien intentionné. Et cela  vous indiquer aussi l’altitude de cette source. La première des vérifications à faire : voir s’il y a concordance avec les vérités établies dites sacrées. Ensuite pour les choses plus ou moins d’avant-garde, il faut alors faire un véritable travail d'introspection. C’est dans votre capacité de recevoir quelque chose sans à priori. Qu’est-ce qui fait qu’un médium pourra être un médium sans défaut, dans son système de captation ? C’est d’après la neutralité de son mental, la neutralité de son esprit. Et ceci ne se passe pas seulement avec les médiums mais aussi pour tous ceux qui veulent vivre en communion avec l’au-delà, avec l’invisible et les Maîtres. Être souple, vivre sans principes étroits, sans à priori, sans s’accrocher à tel ou tel dogme, tel ou tel principe.  Cette souplesse s’acquiert à force de discernement et non pas en vous entrainant à le devenir. Car si vous vous entrainiez à devenir souple en disant "Eh bien je n’ai plus d’avis là-dessus et je ne cherche plus à avoir des idées préconçues sur tel sujet parce qu’il faut que je sois souple" vous risqueriez au contraire de devenir de plus en plus bête. Il faut au contraire vous réserver un temps où vous vous édifiez, donc que vous vous solidifiez avec des principes. Et c’est pourquoi il ne faut pas désirer être un médium, désirer être canal, désirer être ou ceci ou cela, il faut être ce que vous pouvez être.

    Pour tout médium en connexion il est bon jusqu’à un certain point d’entretenir le doute, ce qui ne veut pas dire qu’il faut entretenir un climat qui systématiquement nie ce qui est reçu. Il faut savoir jouer avec le doute, comme il faut savoir jouer avec l’inspiration et l’intuition. Dans le tarot la carte du chariot illustre cela, vous voyez la bête blanche et la bête noire tenues pareillement en laisse par le conducteur qui devient par là même triomphant. Il faut savoir tout mesurer, sinon gare à la déroute. Le médium ou celui qui a une certaine forme de connexion avec l’au-delà ou avec un guide, ne doit jamais cesser d’évoluer lui-même, car autant il sera évolué, autant il permettra chaque fois la pénétration de quelque chose de plus grand. Depuis toujours les médiums ont existé. Autrefois on les appelait des prophètes, en fait ils n’étaient pas prophètes, ou très peu. Ils étaient avant tout des êtres inspirés. Ils étaient avant tout des médiums, et il y a avait au-dessus : les initiés. L’initié ne reçoit pas médiumniquement, l’initie distribue ce qu’il connaît de façon claire et objective. Ce qu’il porte déjà en lui. Tandis que le prophète, celui qui dit « entendre la voix de Dieu ». Celui-là au contraire crée une sorte de mini Akasha comme nous disions tout à l’heure, et fait donc une première disgression par rapport à la voix entendue.

    Pourquoi existe-t'il diverses religions ? Pourquoi existe-t'il divers mythes ? Pourquoi existe-t'il diverses formes représentant en fait le même Dieu, une même conscience et énergie divine, un même aspect de la Divinité ? Si vous allez dans les différentes cultures, vous allez trouver différents termes et pourtant dans chacune de ces civilisations le prophètes disait être inspirés du Dieu unique, du Dieu vivant, le seul, l‘éternel, etc. Et chaque fois ce Dieu unique et universel donnait quelque chose qui correspondait très bien à la civilisation en question, à l’époque en question, au prophète en question. Pourquoi ? Parce que cette universalité descend à travers cette Akasha et se manifeste par le médium en question. Le médium est le terrain même de l’alchimie où va être construit cette mini-Akasha. Le médium prend à ce moment-là toutes les substances conscientes et inconscientes de sa civilisation et les présente donc comme autant de filtres vis-à-vis de l’universalité qui descend. Ce qui fait qu’admettons que l’esprit ou l’énergie de la force se manifeste à un prophète qui est de type hindou, alors cette force divine aura l’aspect de Shiva, cette même force, faites la manifester dans un pays africain et cette force aura un autre aspect et un autre nom. Et faites-là manifester dans un pays de culture hispanique et tout aura un autre sens. Et faites-là apparaître dans un pays occidental tel que vous le connaissez maintenant et les choses auront aussi un autre sens.Tout dépend donc du filtre, c’est pourquoi avant tout l’élève doit se concentrer sur un travail personnel, mais ce sont tous les élèves du monde qui doivent faire cela. Ils doivent avant tout penser à se dépouiller l’esprit pour interpréter de façon chaque fois plus exacte, plus juste, ce qui est reçu. Alors comment faire, s’il y a tant d’interprétations à cause de ce qui est l’être humain ? Il ne faut pas tout jeter en se disant :« Mais cela n’est qu’un pâle reflet.» Non,Car ce sont justement ces reflets-là qui ont permis l’édification des religions et des civilisations elles-mêmes. Plus vous remontez dans l’histoire, plus vous vous apercevez que la religion est toujours en accord avec la civilisation et que c’est presque toujours la religion qui a été le fondement même d’une civilisation. La religion  permet de constituer une société à l’intérieur de laquelle le développement peut avoir lieu. Donc il ne faut pas rejeter tout ce qui vient du passé, ni vous rejeter vous-même. Il faut simplement être conscient d’une chose : Dieu est Universel, l'homme est dans le microcosme, mais l’homme peut devenir le macrocosme. Et tout ce qu’il peut ramasser au-delà de lui, peut profiter à ceux qui sont dans le microcosme.

    Quand un initié exprime ce qu’il sait de la sagesse, c’est encore moindre que quand c’est un Maître qui s’exprime, et pourtant ils sont reliés à la même source. Mais pourtant il y a quand même des altérations, même chez un initié par rapport au Maître. Et ce que pourrait en dire un Maître, c’est encore moindre par rapport à ce que peut dire le Logos lui-même. Et sa version est encore moindre par rapport à ce qu’est véritablement l’Univers. Chaque fois qu’il y a une interprétation pour aider l’autre, c’est un fait, on rétrécit la vérité, pour qu’elle puisse entrer justement dans le cube carré de l’esprit de l’homme. Mais chaque fois qu’on la rétrécit elle perd de sa nature, et elle perd un peu de sa valeur. Donc tous ces cubes il faut les assembler les uns aux autres pour édifier avant tout l’escalier qui vous permettra de plonger vous-même dans l’universalité. Vous pouvez avec toutes les religions, avec toutes les connaissances, avec tous les dogmes, avec tous les rituels et avec toutes les interprétations, construire la base de la pyramide. Mais le sommet, le faîte, aucun matériau ne pourra le construire, le faîte n’appartient qu’à votre âme. Et c’est lorsque votre âme rejoint son point initial et qu’elle ferme enfin ce triangle, qu’elle construit la véritable pyramide.

     

      

    Conférence en audio 

    15 novembre 1986

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     

     

     


    votre commentaire
  •  20 10 90 Les Mouvements de la vie - Les émotionsCela était-il prévu dans le plan initiatique ? Tiens, je fabrique l’homme, je lui donne des émotions et s’il arrive à les dominer alors il redevient mon fils ? Non.
    Il faut comprendre qu’il n’y a pas un Dieu qui a prévu un Fils, qui a prévu un univers et qui a prévu une échelle pour descendre et pour remonter, chaque barreau étant une initiation. Ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Il y a simplement une nature qui s’exprime, qui devient à la fois le rocher, l’oiseau, l’homme ou Dieu. C’est une nature, une nature extrêmement  sensible. Qui dit sensibilité (parce que lumière) dit automatiquement, selon les règnes habités, d’autres formes de sensibilité.

    Dans le règne végétal, on peut encore remarquer la sensibilité de la nature divine par la photosynthèse que tous les végétaux font, leur capacité à capter le soleil ou plus exactement les particules du soleil, à les intégrer à leur vie et les rendre à l’environnement. C’est là que l’on peut remarquer encore la sensibilité.

    On remarque aussi la sensibilité dans le règne animal parce que les animaux ont un certain nombre d’émotions et même une pensée à l’état de germe. Quand je parle de pensée, je parle d’une capacité de déduction, exactement. Un animal ne pense pas. Il ne dit pas « Tiens, voilà mon maître qui rentre, pour lui faire plaisir, je vais lui faire un bisou ». L’animal ne pense pas cela. Il déduit. Il reconnait le maître, il ressent son émotion d’attachement et c’est cette émotion d’attachement qui le propulse vers le maître et qui le pousse à lui faire la fête. 

    Dans le règne humain, la sensibilité est hautement développée. On remarque la sensibilité dans le système nerveux d’abord. Tout le système nerveux est équipé comme un grand rosier ou une grande et belle fleur… pour capter la lumière ! Je dirais que le système nerveux est l’endroit où il y a la photosynthèse, non pas par rapport à la nature mais par rapport à la lumière cosmique. C’est pour cela que quelqu’un d’intuitif ou quelqu’un qui travaille avec les énergies (que ce soit en étant guérisseur, voyant, clairvoyant ou quoi que ce soit d’autre) aura un système nerveux beaucoup plus aiguisé et sensible qu’une autre personne.

    On remarque aussi la sensibilité divine en l’homme par l’expression des émotions. Une fois qu’il y a eu des ressentis grâce au système nerveux, grâce au système intellectuel, automatiquement des émotions vont naître. Il y a donc d’abord mes sens qui vont fonctionner avant que je ne sois capable de construire une émotion. 

    La création d’une émotion est quelque chose d’extraordinairement délicat. L’émotion est un aboutissement. C’est une réaction chimique. Si c’est une réaction, cela veut dire que l’émotion dépend d’un ensemble de petits processus pour avoir lieu. Les sens sont avant l’émotion, la pensée est avant l’émotion et  l’émotion naît du mariage entre la pensée et les sens.

    On dit souvent que l’émotion est inférieure. Certes, si l’on en fait quelque chose d’inférieur. Mais en soi, l’émotion est une création non seulement utile, mais très belle. C’est une synthèse. C’est la synthèse, par exemple, de ma main qui parcourt un tissu, une laine, un bois, un objet d’art… et de ma pensée qui contemple cet objet d’art. J’en déduis une émotion qui est celle de l’admiration, et par cette émotion je suis mis en contact avec la beauté qu’exprime l’objet créé. Mes sens seuls n’arrivent pas à m’induire dans cette sensation de beauté. Mes yeux seuls n’arrivent pas à me faire remarquer qu’il y a de la beauté dans cet objet. Lorsque je regarde un tableau, mes yeux seuls, ma pensée seule, ne peuvent pas me dire « Tiens regarde, telle couleur est belle ». Impossible ! Parce que pour savoir pourquoi le bleu est beau il faut que, lorsque mon cerveau a enregistré la fréquence du bleu, il y ait un agent qui interprète cette fréquence. Et cet agent qui interprète, ce n’est rien d’autre que cette magie de la vie qu’est l’émotion. Cet agent qui interprète, c’est le manteau inférieur de l’âme, ce manteau ultra-sensible qui fait que l’homme est une grande et belle émotion.

    Il faut simplement en dissoudre les aspects inférieurs et cela ne veut pas dire que vous ne devez plus être un cœur aimant, une tête pensante ! Si vous détruisez tout en vous et vous n’aurez même plus d’évolution à accomplir. Il n’y aura simplement plus rien !

    Si je tue les sentiments et les idées inférieures, alors là oui ! J’applique les paroles de Jésus-Christ, j’applique les paroles de Bouddha et de tous les anciens et je les applique, cette fois, correctement. Et ces paroles porteront du fruit. Tandis que, tant qu’avec mon ignorance je me contente de bloquer tout ce qui peut bouger en moi, forcément, je vais créer un arbre sec et un arbre tout inversé, tout malade, un arbre infernal qui ne se supportera pas lui-même et qui dira « Mais je ne comprends pas, voilà des années que j’essaye de me transformer en spiritualité et je deviens de pire en pire. Je le constate bien : je ne supporte plus mes enfants sous prétexte qu’ils font du bruit pendant que je médite ». Mais ils sont la vie ! Et une vie plus belle que moi, une vie innocente, une vie qui sait encore rire ! Alors pourquoi une vie qui est belle et encore innocente et encore pleine de joie pourrait m’embêter pendant ma méditation ? Au contraire ! C’est une énergie apportée, une énergie en plus que je devrais utiliser pour ma méditation. 

     

    La conférence du 20 10 90 en 3 parties  

    Les Mouvements de la vie - Les émotions

    Intègre tout ce qui est dans ton univers

    Savoir qui l'on est – Le piège des images

     

     

    Conférence en audio 

    20 Octobre 1990

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • LA peur de la mort 06 06 90Lorsque l’on quitte une forme de vie, il y a la peur. Je vais t’expliquer quelle est cette peur.
    La vie dans une forme ne peut s’y maintenir que s’il y a une volonté de vivre au niveau de cette forme et dans la forme. De la même manière l’âme est obligée d’exercer une volonté de vivre dans la matière. Elle conçoit une particule d’elle-même qu’elle densifie, qu’elle aveugle et ainsi cela va dans la matière. Mais une fois que cette particule, alourdie par cet aveuglement, est entrée dans la matière, elle n’est plus que consciente du désir de vivre. Cela devient sa force vitale.

    Tout le monde se demande d’où vient le prana, la force vitale. Cela vient de cette volonté de vivre. Alors il y a la force vitale qui circule en réseau fermé dans le corps de l’individu et qui dépend de votre propre volonté de vivre. C’est comme cela que l’on verra des êtres, qui disposant d’une faible volonté de vivre, d’un faible intérêt pour la vie, n’avoir que peu d’énergie pour vivre la vie. Cela ne veut pas dire qu’ils seront fatigués, mais cela veut dire qu’ils n’auront pas envie de bouger. Ils seront plus lymphatiques que les autres.
    Pour ce que l’on appelle plus généralement le prana.
    Ce prana vient principalement du soleil, du centre du soleil, et pas des rayons ou de la lumière du soleil, mais du centre du soleil et c’est en fait la volonté de vivre du logos solaire. C’est ce qui, en se répandant dans tout le système devient le principe vital pour toute créature qui se développe à l’intérieur du logos solaire, du système solaire.
    Toute l’énergie vitale n’est donc qu’une volonté de vivre. Cette volonté est indispensable pour entrer dans l’expérience, pour entrer dans une matière ou une dimension et pour y fonctionner. Ce qui fait que force de vivre, volonté de vivre devient en même temps loi qui va régir le type de vie ainsi construit. Volonté égale loi. Ce qui fait que par le rayonnement du prana, le logos solaire maintient la loi de la vie, de l’incarnation et de l’évolution du mouvement en fait dans tout le système solaire. Et tous les êtres qui sont dans ce rayonnement trouvent un jour ou l’autre l’occasion de l’incarnation et de l’expression.
    Revenons au niveau de l’homme et de l’homme profane ou du disciple débutant.
    Lorsque cette volonté de vivre qui a dû être alourdie pour descendre dans la matière s’ouvre au jour par l’intermédiaire d’un corps et d’une personnalité, il ne reste plus que ce que vous appelez vous-même l’instinct de survie, je veux vivre, la vie est à moi. C’est à cause de cela que vous aimez tant la vie et que même si elle a ses mauvais côtés, dès qu’arrive un petit coin de ciel bleu, vous vous réconciliez très vite avec elle.
    Qu’allez-vous faire avec cette volonté pour qu’elle ne soit pas simplement un instinct de survie ?
    Il faut de plus en plus anoblir cette volonté de vivre.
    Pour rendre cette volonté plus noble, il faut savoir pourquoi on vit. Beaucoup d’hommes sont incapables de la rendre plus noble parce qu’ils ne savent pas pourquoi ils sont au monde. Ils se disent : je suis au monde pour être heureux. Alors dans la société moderne cela veut dire quoi ?

    Je suis heureux si j’ai de l’argent. Je suis heureux si je suis respecté, si je suis intelligent, si je peux impressionner les hommes par ma culture, par mes diplômes, par mon savoir.. Cela veut dire aussi être heureux en amour, plaire aux filles ou plaire aux hommes. 

    Donc lorsque l’homme se demande pourquoi il est ici et qu’il se dit c’est pour être heureux, il va chercher les moyens d’être heureux selon une société, à un moment donné, donc selon une époque, une civilisation, selon les mœurs. L’homme va déclencher la course à l’obtention de tous ces objets et s’il ne peut pas les obtenir, le compte à rebours des malheurs va se déclencher.
    Le désir de puissance, qu’il soit politique ou militaire, est le même désir sexuel de l’érection. Si chaque membre de l’électorat, de quelque pays que ce soit, avait suffisamment d’humour pour voir que chaque fois qu’un homme politique monte sur un podium pour convaincre une foule, il est en fait à la recherche d’un immense orgasme, les hommes politiques réfléchiraient à deux fois avant de monter sur le podium. C’est à ce moment-là que commencerait la véritable politique, c’est-à-dire l’administration de la cité et plus la politique. Tant qu’un homme n’a pas maîtrisé son sexe, il ne maîtrisera pas non plus le pouvoir de diriger un monde ou un pays. C’est le même chakra, c’est la même énergie.
    Tous ceux qui enfoncent des nations dans les guerres sont des êtres qui ont des gros problèmes avec leur chakra sexuel. Non pas parce qu’ils sont des obsédés sexuels qui ne se connaissent pas, mais c’est parce que l’énergie dans le chakra sexuel n’est pas vécue de façon harmonieuse. L’énergie n’est pas montée suffisamment vers le centre cardiaque ou ajna (troisième œil) ou vers le centre coronal. Ce qui fait que la puissance est vécue à l’état primaire, à l’état de la brute.
    Mais comme la civilisation s’est suffisamment développée pour engendrer un cérébral qui fonctionne et qui fonctionne je dirais malgré les hommes, alors cette énergie primaire est intelligencée de façon primaire, et l’homme fait la guerre.

    Pourquoi tu as peur de la mort ? Tu as peur à cause de cette force de volonté qui pour les besoins de l’incarnation a été aveuglée quelques instants, pour jouer le jeu et descendre. Mais ensuite cette volonté, lorsqu’il y a besoin de transformation ou qu’il y a besoin de quitter le corps par ce passage que l’on appelle la mort aujourd’hui, comme cette volonté ne connaissait que le milieu de vie qui était sa forme de vie, cette volonté a la volonté de s’y attacher. C’est ce qui fait que tu as peur.Tu n’as pas peur parce que de l’autre côté c’est l’inconnu et ce n’est pas la raison profonde de ta peur. Tu as peur parce que cette volonté s’accroche à la volonté de vie qu’elle connaît le mieux. Elle n’a pas peur de l’inconnu parce que rien ne lui est inconnu en fait. Par contre si elle s’attache trop à la forme de vie connue, alors pour elle il va exister un inconnu et sans doute elle en aura peur. Mais si j’apprends pourquoi je vis, si je m’instruis sur les raisons de l’incarnation, je n’ai plus peur de mourir. Je n’ai plus peur de mourir à moi-même à chaque instant pour me transformer. Je n’ai plus peur de m’avouer prétentieux, vaniteux, je n’ai plus peur de m’avouer négatif. Toutes ces choses deviennent admissibles, toutes ces choses je peux les dire aux autres et non pas parce que je suis devenu assez humble pour ne pas en avoir honte. Je suis devenu assez libre pour ne pas avoir peur de changer, car le changement est une forme de mort. 

     

     

    La conférence du 08 06 90 en 3 parties  

    Les ères sont des matrices - Frapper à la porte du Maître

    Exercer son alchimie - De l'imaginaire à l'intuition

    Anoblir sa volonté de vivre

     

     

    Conférence en audio 

    08 juin 1990

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    1 commentaire
  • Jésus, la Croix et le Sacrifice.Jésus ne pouvait pas faire autrement que de monter sur la croix. Cela était écrit dans son destin, cela est écrit dans le destin de tout initié véritable, même si le symbole n’est pas toujours autant vécu.

    Pourquoi cette nécessité ?

    Parce qu'il arrive un moment où celui qui veut véritablement se libérer de la matière, doit donner la dîme à la matière, et surtout, à ceux qui sont dans la matière. Lorsqu’un être arrive au portail de l’initiation véritable, donc lorsqu’il va être libéré de toutes ses incarnations précédentes, libéré aussi de l’obligation de s’incarner pour continuer à évoluer, lorsqu’il est dégagé à ce point de la chair, il doit rendre le tribut à la chair. Et pour que cela soit utile, il ne la donne pas à la terre, il donne la dîme aux hommes qui continuent à être le corps de la terre. À un moment donné, l’initié véritable ne peut pas faire autrement que de se sacrifier. Sinon, s’il n’a pas coupé tous les liens avec la terre et donné la dîme à celle-ci, il ne peut pas continuer à évoluer et obtenir la sixième initiation majeure. C’est une grande alchimie. Celui qui veut se retirer de la face des hommes doit verser son sang pour les hommes, quelles que soient la grandeur et la splendeur de son poste. Tout est sacrifice en même temps que communication. Mais le sacrifice n’est pas une peine, une douleur. Dans l’esprit d’un initié, dans l’esprit d’un Maître, le sacrifice, lorsqu’il est une nécessité, lorsqu’il fait partie de l’alchimie de l’univers et des évolutions, est un acte naturel. Il est fait avec d’autant plus d’amour qu’il est une nécessité.

    Si vous comprenez cela, vous accomplirez les œuvres du détachement avec beaucoup plus de joie, avec aucune impression de privation et de sacrifice. Ainsi vous pourrez devenir de plus en plus disciple, de plus en plus télépathe, de plus en plus un point d’émanation d’énergie. L’énergie tombe sur la terre et sur vous à tous moments. Il n’y a pas une seconde, pas un jour où l’énergie ne vous transperce, comme des ondes radios. Ce qui fait qu’un homme va en bénéficier plus qu’un autre, c’est sa capacité à la reconnaître, à la contenir et à la garder. Un homme dont l’aura, dont le corps subtil est trop épais, va de toute manière être transpercé par cette onde, mais l’onde ne va pas être retenue, elle va comme un son se perdre. Alors que celui qui met son aura et son corps subtil au diapason de cette énergie, va communier, et s’assembler avec elle, et il sera rempli. C’est cela la différence. Vous vous purifiez, vous vous élevez, vous vous rendez aériens, légers, subtils, alors vous devenez comme une coupe et vous êtes susceptibles d’être remplis, vous n’avez pas besoin de chercher une œuvre à accomplir, les œuvres viennent à vous, les gens qui en ont besoin viennent vers vous.

    N’oubliez pas qu’il y a tellement de travail et d’évolution à accomplir sur la terre, que dès qu’un guide, qu’un Maître voit la possibilité d’utiliser quelqu’un, immédiatement l’individu remarqué est en relais. Il n’a même pas besoin de demander, immédiatement il est investi, occupé.
    Lorsque vous priez, ne priez pas un Maître, ne priez pas Dieu en lui demandant du travail, une utilité, une raison de vivre sur la terre. Vous avez déjà votre raison de vivre puisque vous êtes vivants, vous avez quelque chose à accomplir, et avant tout, c’est votre propre évolution.
    Beaucoup de gens, par esprit de fuite, cherchent un travail à accomplir, un peu comme ils prendraient un train pour aller ailleurs. Ils veulent faire le bien et lorsque l’on regarde dans quel état ils sont, on s’aperçoit que ce sont eux qui ont besoin d’être aidés.
    Naturellement, même celui qui a des problèmes doit aider parce que cela fait partie de la roue de la communication des énergies. Mais il ne faut pas, par fuite, réclamer un poste, un travail. Vous n’avez pas besoin de réclamer quoi que ce soit. Le jour où vous pouvez faire quelque chose, on vous l’impose, on ne vous donne même plus le choix. Tu es prêt, ton appareil est propre, alors maintenant tu dois assumer cette différence d’avec les autres, et tu dois aller porter ce que tu peux porter.
    Pour ceux qui veulent collaborer, pour ceux qui veulent travailler avec la hiérarchie, ou leur propre guide découvert par un moyen médiumnique ou autre, ce qu’il vous faut absolument, c’est élever au maximum vos vibrations, votre esprit,  vous développer. Et ainsi, non seulement vous serez utilisés par votre propre guide, mais aussi par toutes les énergies du cosmos, chaque fois que cela sera une nécessité.
    A propos du service, il ne faut rien imaginer, rien réclamer, et surtout absolument ne rien prévoir comme actes : Je vais être ceci, je vais faire cela. Vous êtes déjà quelque chose, vous pouvez déjà accomplir, cela est écrit en vous-même, cela fait partie du potentiel et du pouvoir de votre âme. Ce que vous devez faire, c’est libérer cette âme pour qu’elle accomplisse son devoir naturel.

     

    La conférence du 17 10 87 en 2 parties  

    La communication

    L'évolution de l'humanité - Les Elohims

     

     

    Conférence en audio 

    17 octobre 1987

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique