• Alors, comment établir cette résonance magnétique ?


    Comment faire en sorte que l’abondance de l’univers soit l’abondance dans votre vie ?
    En premier lieu, il faut enlever ces négativités dont j’ai parlé, que ce soit mes complexes, mes peurs des autres, mes passions destructrices ou tout autre chose. Je vais avoir ainsi un moment de ma vie, peut-être une heure, peut-être quinze jours, dix ans peut-être, pour que le temps de purification s’effectue. Cela dépend de l’épaisseur de mon problème, de l’impact de mes anciens problèmes d’autres vies sur ma vie-ci, et d’un certain nombre d'autres choses.

    Puis lorsque mes négativités ne sont plus autant présentes et que je ne suis pas encore persuadé de mes qualités, je suis simplement un être humain dans l’attente. Je sais que je ne suis plus ce cauchemar qui est maintenant derrière moi. C’est en acceptant d’être dans l’attente que tout mon corps et que toute mon âme va se mettre en résonance magnétique avec l’univers.

    Comme une larve entre dans un cocon pour y passer un certain temps, c'est ainsi que la transformation se fait. Mais voilà, l’homme est impatient, il ne tolère pas d’être dans un cocon, dans cette attente, en laissant silencieusement et invisiblement les transformations s’opérer. Il veut que l’on lui donne des ailes tout de suite, il veut devenir un papillon tout de suite.

    Mais que se passerait-il s’il devenait un papillon tout de suite ? N’ayant pas encore les couleurs fixées sur ses ailes, le premier rayon de soleil va le brûler. N’ayant pas encore la bonne dimension de ses ailes, au premier envol, il aura l’air de quoi ? Une petite punaise qui va tomber et se faire dévorer par le premier animal qui passe. N’ayant pas encore les antennes suffisamment développées, il ne pourra pas connaître les courants magnétiques et ne saura pas ramasser les poussières de pollen pour savoir où aller manger, où aller nicher et comment communiquer avec les êtres de son espèce.

    Je rentre dans le silence qui se referme sur moi comme un cocon et je prépare mes grandes ailes et ses belles couleurs, je soigne mes antennes qui chaque jour poussent un peu plus. J’apprends à ouvrir les yeux et à déjà repérer les quelques sons que produisent mes frères aînés et qui connaissent déjà la vie des papillons.
    Ainsi, au moment où mon cocon s’ouvre, je n’ai pas peur, le monde ne m’est pas inconnu, je sais, je suis. Et les frères aînés devenus papillons avant moi viennent me chercher et je m’aperçois que la vie est riche. Mais combien d’êtres humains acceptent de rester comme cela dans l’attente. L'homme veut souvent tout, tout de suite, avant même d’avoir chassé son cauchemar.

    Donc dans un premier temps, j’essaie de comprendre mes négativités, leurs fonctionnements, pas forcément leurs origines, mais ce qui produit aujourd’hui leur négativité, mon malheur.

    Et n’y a-t-il pas un moment où je peux arrêter ce malheur ?

    Lorsque j’analyse, que j’observe, je m’aperçois qu’il y a le plus souvent un rebord où je peux poser les pieds conscientiser, et décider de ne pas aller plus loin dans ce jeu cynique. Mais voilà, si mon désir est trop fort et me fait passer cette limite, je m’aperçois que moi-même je vais dans le malheur. Ce n’est pas que le malheur existe et vient sur moi, c’est moi-même qui franchis la limite pour aller dans le malheur.

    Si je ne suis pas conscient de cette limite, où je peux m’arrêter et dire non, c’est que je vis d’une manière automatique, beaucoup trop investit dans le monde des désirs fulgurants et que je ne suis pas suffisamment conscient. Si je suis suffisamment conscient, je ressens, le point exact où il y a un équilibre et que je peux dire non et arrêter. Même si cela me coûte, car j’ai très envie de faire telle ou telle chose. A ce point d’équilibre j’ai la force de dire non, je n’y vais pas, je ne le fais pas. Un pas de plus et j’ai peut-être ce que je veux, mais je vais aussi beaucoup pleurer.

    Au fur et à mesure que vous allez comme cela, observer vos négativités, leurs créations, leurs déroulements, vous allez sentir ce point où vous allez dire non. Aujourd’hui où il vous semble difficile d’avoir le contrôle sur vous-même, en quelque temps d’observations, cela vous sera facile. Non, pas parce que vous serez devenus très fort et très spirituel, mais par votre acte de présence, vous allez déceler l’endroit où vous pouvez arrêter.

    Imaginons cependant que la chose vous tente énormément, que vous soyez curieux et prêts éventuellement à prendre le risque de la souffrance. Allez-y, franchissez cette limite, mais allez dans la souffrance avec conscience, cela est très important. Ainsi même si une partie de vous va souffrir, une grande partie sera dans une parfaite sauvegarde. C’est comme s’il n’y avait que la partie la plus humaine en vous qui souffrirait, tandis que la partie la plus "disciple", n’aurait aucun problème.

    Donc si vous voulez vous investir dans quelque chose d’un peu fou, faites-le consciemment. Faites-le d’après une décision et non parce que vous brûlez de faire la chose.  Dites : je veux. Dites : j’ai décidé, je le fais, parce que je le veux, et non pas parce que je brûle. Si tu dis, je le fais parce que je le veux, alors tu es conscient, et  bien souvent, une situation qui n’aurait eu qu’en elle-même qu’un lot de souffrance, se transforme soudainement en une situation magnifique, d’expériences, d’échanges. Parce qu’il y a comme cela, certaines souffrances, certaines limites qui peuvent être transformées par l’énergie de la conscience et de la présence. D’autres ne le peuvent pas, tu ne peux pas le savoir au début, mais cela peut avoir lieu. Quelque soit ta décision, je te souhaite, bonne chance, mais qu’elle soit faite en toute conscience rappelle-toi. Je décide, et non pas, je brûle.

     

    La conférence du 24 10 1992 en 4 parties

    La peur, c'est la séparation - Comment se dépouille-t-on ?

    Ce que je pense, je le suis - Les pensées semences

    A toi de choisir - Osez entrer dans votre vie

    Sortir la flamme de la matière

     

    La conférence en audio

    24 10 1992

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Question :
    Face au développement de la médecine du corps que nous connaissons aujourd’hui, qui tend vers l’acharnement thérapeutique, que devons nous faire, que pouvons-nous faire pour encourager le développement de la médecine de l’âme ?

    Vois-tu  comme toutes les connaissances, la médecine suit son cours d’évolution. S’il semble qu’il y ait du retard, parce que l’homme n’admet pas la présence du corps éthérique, la présence de l’âme, les problèmes vibratoires, la faute n’en est pas véritablement à ces hommes. La faute n’existe pas. C’est tout simplement le cycle qui essaye d’avancer vers son but.  Il n’y a ni fautif, ni élu.  Il y a des hommes qui pratiquent une médecine tout à fait nouvelle et d’autres qui pratiquent celle que tu nommes médecine du corps.

    Il y a autant de médecines qu’il existe de médecins, parce que chacun applique sa connaissance avec son état d’esprit, avec sa conviction, avec son tempérament, avec son potentiel d’amour ou de haine, d’intérêt financier ou d’intérêt du bien-être de l’homme.

    Prends un médecin tout à fait traditionnel, qui ne conçoit rien à propos de l’âme mais qui est un très grand serviteur, et quoiqu’il n’en paraisse, il veut sauver les hommes. Chaque fois qu’entrent dans son cabinet un homme, une femme, un enfant ou un vieillard qui a des problèmes, il voudrait se couper les veines pour le sauver. Même s’il donne un médicament très chimique, l’émission de lumière de la part de son âme va être plus puissante que le médicament qu’il donne.

    Le problème de la médecine vois-tu, ce n’est pas qu’elle n’arrive pas à admettre les choses de l’âme, le problème de la médecine et de toutes les autres connaissances, c’est le problème de l’homme, c’est qu’elle est exécutée par des hommes sans amour, sans lumière. Même un médicament chimique peut devenir le support d’une guérison miraculeuse si le médecin lui-même porte le bien des hommes dans son cœur.

    C’est pour cela que je souhaite que l’homme ne juge pas son frère par rapport à l’enseignement qui lui est donné sur un plan spirituel. Parce que, si l’enseignement spirituel doit servir à cela, alors que l’enseignement lui soit retiré.

    Lorsque l’on vous donne quelque chose, une connaissance, vous ne devez pas vous en servir pour juger. S’il y a connaissance de l’âme, il ne faut pas dire que les médecins ignorant l’âme, ne voulant pas en entendre parler soignent moins bien que celui qui est guérisseur et qui semble ne soigner qu’avec l’aide de Dieu.
    Parce que selon la nature du guérisseur, même s’il a un canal, s’il a un pouvoir, la guérison effectuée à travers lui ne sera pas forcément spirituelle ou divine.

    S’il pense, par exemple, à l’argent, s’il a des vibrations astrales trop intenses, à ce moment-là, ce guérisseur va être encore plus condamnable que le médecin athée qui ne pense qu’à donner des antibiotiques. Ce n’est pas parce que vous avez affaire à quelqu’un qui manipule une chose qui paraît spirituelle ou éthérée, que vous avez forcément à faire à quelqu’un qui est dans la bonne voie ou qui est digne de confiance.

    Un être tout à fait matérialiste peut être souvent bien plus digne de confiance que quelqu’un qui dit s’avancer sur le chemin et qui, à cause de quelques connaissances, se met à juger tout le monde, ou à interpréter la vie de tout le monde, ou à initier les uns et les autres, à vouloir s’ériger en gourou, être maître des hommes.

    Pour nous il n’existe pas de monde matériel et de monde spirituel. Il y a le monde. Il n’y a pas de dualité entre matérialiste et spiritualité, il y a la vérité, un point c’est tout.

    Dans votre monde, il y a des gens qui ont des conceptions et un langage spirituel, alors, on les dit spirituels, et puis il y a les autres personnes qui ont des conceptions tout autant spirituelles, mais sans le langage spirituel, alors, on dit : « Ce sont de braves gens, mais vous savez ils n’y connaissent rien dans les choses de Dieu. Ils doivent être bas dans l’évolution. D’accord, ils sont bien intentionnés, ils donnent toujours la soupe aux pauvres, mais dès que je leur parle de rayon, ils n’y comprennent rien, dès que je parle de chakras, ils s’enfuient en disant que je suis sorcier. Ils écoutent toujours la voisine qui est veuve, seule et qui a besoin de compagnie, mais moi quand j’arrive avec toute ma connaissance ils ne m’écoutent pas. »

    Je vous demande, entre celui qui croit porter la parole du Christ mais qui veut s’asseoir sur la faiblesse des autres pour se faire un trône, et ceux qui, même en manquant de connaissances, exercent tout le sacerdoce du chrétien véritable, lequel Jésus choisira-t-il ?

    Jésus choisira celui qui est vrai. Jésus, le Maître, et tous les maîtres du monde choisissent toujours l’âme la plus vraie. Je voudrais que vous méditiez sur ce mot, le vrai.
    Sentez sa puissance, la vérité. Voyez les lettres de feu s’inscrire dans votre conscience. Captez cette pureté, cette limpidité, ce dénuement, le vrai, et voyez combien aucun langage n’a d’importance à ce moment-là, même pas la connaissance, du moment que l’âme est authentiquement bonne, authentiquement céleste.

    Vois-tu il n’y a pas de connaissance qui soit basse ou haute. Il y a tout simplement un homme qui sait vivre la vérité ou pas, que ce soit à travers la médecine, la religion,  les actes du foyer,ou quoi que ce soit d’autre.

    Et pour savoir vivre la réalité, il ne suffit pas d’être instruit, mais simplement être un rayonnement bien intentionné, fraternel et amour. 

    La conférence du 28 08 1986 en 2 parties

    Les Anges gardiens - La médecine de l'âme

    Maître Sérapis - L'esprit du Mal

     

     

    La conférence en audio

    Attalens 28 08 1986

     

    1-A Introduction de Pastor sur l'unité du public et des auditeurs. La cohésion.

    Question 1 : Nous savons que pendant notre sommeil l'âme entre en communication avec la personnalité et cherche à la guider. Pourriez-vous nous parler de ce travail de l'âme. Nous pensons qu'il y a une recherche faire pour les rêves en corrélation avec l'astrologie.

    Question 2 : La question portait sur le rapport entre l'astrologie et le rêve.

    Question 3 : Comment arriver à maîtriser son sommeil et pourquoi y-a-t'il tant d'insomnies dans notre société ?

    Question 4 : Pouvez-vous nous donner des explications concernant le monde de demain et des conseils sur la préparation des femmes enceinte, c'est à dire allant vers une galvanoplastie spirituelle ?

    1- B (suite de la réponse 4)

    Question 5 : Y a-t-il, dans le fond, entre la fécondation physique et la fécondation cosmique un rapport de durée ?

    Question 6 : Quelle est l'influence de la radioactivité artificielle sur l'esprit ?

    Question 7 : Est-il possible à notre frère Pastor d'amener à notre fondation des êtres et d'aider à bien construire, en la fortifiant, une passerelle donnant sur la divine essence cosmique ?

    Question 8 : Face qu développement de la médecine du corps que nous connaissons aujourd'hui et qui tend à l'acharnement thérapeutique  que devons-nous et pouvons-nous faire pour encourager le développement de la médecine de l'âme ?

    2-A Conclusion : Sur les groupes et l'unité

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Qu'est ce que la justice divine ?La terre n’est pas conçu pour que l’homme soit l’aboutissement de l’acte créateur de Dieu et qu’il y vive une belle vie. La terre est un lieu où chaque âme à droit à son expression pleine et entière, que cela porte préjudice aux autres ou pas.

    L’expression absolue est nécessaire du point de vue de l’âme. Une âme qui n’a pas droit à cette expression ne peut se connaître et se réveiller.  S’il y a un acte d’amour, c’est bien dans le sens de donner la possibilité à l’autre, quel que soit le risque pour soi, d’aller au bout de son expression. 

    L’amour va être  de regarder le voleur cambrioler son voisin et de ne voir en cela qu’une expression et de voir dans cet acte la possibilité pour cette âme de trouver le réveil. Non pas en commettant le vol, mais parce qu’en ayant commis le vol, par le karma et la souffrance ensuite endurée, trouver la possibilité d’un juste comportement. C’est cela le réveil.

    Qu’est-ce que la justice pour nous ?
    Pour nous la justice est conçue sans égocentrisme. La justice est un mouvement de liberté qui fait le poids et la mesure de ce qui est fait, pensé et dit, et qui redétermine les événements par rapport à ces mesures qui ont été prises.
    Vous appelez cela le karma, pour nous c’est une question de miroir. Vous faites quelque chose de blanc, le miroir renvoie du blanc. Vous faites quelque chose de noir, le miroir renvoie du noir. 

    Sur la terre la justice est rendue par un tribunal. On fait référence à des lois et d’après ces lois on juge si l’homme est bon ou mauvais, s’il a droit à des circonstances atténuantes ou pas. Au ciel il n’y a rien de cela, le miroir fait reflet instantanément.
    Le miroir a plusieurs profondeurs.
    Il y a un miroir qui a un impact instantané, pour exemple si maintenant vous frappez votre voisin, votre voisin va vous rendre votre gifle.
    Puis  plus vers le centre du miroir, une zone d’action différée. Un certain nombre d’actions, de pensées, de comportements vont se refléter dans cette deuxième bande et ne vont pouvoir être projetées de nouveau vers l’homme que dans un certain temps. Et, il y a une troisième zone tout au centre du miroir qui est une zone profonde. C’est ce que l’on appelle véritablement le karma que l’on colporte de vie en vie. Ce n’est plus un karma que l’on retrouve demain ou dans dix ans, c’est un karma que l’on retrouvera dans la prochaine vie.

    Lorsqu’un homme assassine, du point de vue de la justice divine, c’est tout simplement la mort qui lui est renvoyée. On ne cherche pas à savoir si c’est horrible, si c’est mal ce qu’il a fait, si c’est un acte que l’on ne peut pas accepter. Rien de tout cela n’est éprouvé dans la justice divine. Il y a simplement un couteau qui s’est levé contre un homme, alors un couteau se lèvera contre celui qui a levé le couteau.

    Si les hommes pensaient un peu plus de cette manière-là, ils arriveraient à faire régner d’avantage de justice auquel ils aspirent. Pourquoi ?

    Tout simplement parce que l’émotion serait réduite. L’émotion étant réduite, le juge humain ne commettrait pas lui-même de karma émotionnel vis-à-vis de l’assassin et de l’assassiné. Car sitôt qu’un spectateur se met à éprouver de la répulsion, du dégoût, de l’horreur vis-à-vis de l’acte, il se met lui-même dans une résonance et il contracte par là même une forme de karma, le karma de son émotion et de sa conception vis-à-vis du bien, vis-à-vis du mal et vis-à-vis de la terre entière et de l’incarnation.

    Alors, comment faire régner la justice, comment prendre soin de la ville, de la vie des autres gens, parce qu’il faut bien prendre soin de la sécurité d’une société ?
    Je te dis simplement fais régner les mêmes articles de lois, édicte les mêmes jugements vis-à-vis des mêmes assassins et des mêmes assassinés, mais pour toi-même, ne te commets pas dans l’émotion, dans cette révolte, dans cette peur. 
    Il y a une différence entre ne pas entrer dans l’horreur d’un geste, dans l’émotion suscitée par un geste et ne pas se soucier d’un geste. Il y a une subtile différence et là est l’endroit de la spiritualité. Lorsque l’homme découvre cette subtile différence, alors on peut dire qu’il a découvert la spiritualité.
    Vous pouvez tout autant vous sentir concernés et responsable de la vie, de la sécurité de vos voisins, de toute une cité et le faire avec un énorme sens du devoir, jusqu’à y perdre votre vie même, sans qu’il y ait jamais l’ombre d’une émotion qui tombe vers le bas, qui tombe vers l’anxiété, vers la révolte, vers le dégoût, vers la peine vis-à-vis de l’assassiné, la colère vis-à-vis de l’assassin.

    Dans quel sentiment va-t-on se trouver ?
    C’est un sentiment très difficile à décrire, puisqu’il est au-delà de l’émotion, sans être devenu de l’indifférence. C’est un sentiment épuré, épuré de la peur, épuré de la révolte et qui ne se soucie donc que du bien qu’il peut faire. Ce qui fait que la justice à ce moment-là n’est pas rendue depuis un point de révolte, de peur et d’anxiété, de vengeance, mais est rendue depuis un point qui ne cherche qu’à rééduquer celui qui a commis cet acte horrible.

     

    La conférence du 26 05 1990 en 4 parties

    La vrai foi

    Qu'est ce que la justice pour nous ?

    La crise financière

    Le pouvoir des étoiles - Ce qu'est l' Autre

     

    La conférence en audio

    26 mai 1990

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  • Comment entrer dans le plan mental, comment quitter les mirages de l'astral, comment sublimer le physique, quel sera notre mode de vie, nous, homme et femme du nouvel âge ?

    Pour faire une synthèse car c'est de synthèse qu'il s'agit, lorsque l'on évoque le plan mental ou plus exactement,  l'atome qui permet à l'homme d'être conscient, et d'irradier sa conscience. Lorsque l'on parle de plan mental, il ne faut pas imaginer une zone de l'être, ou une zone du conscient ou bien une substance qui lui permettrait d'être conscient d'un degré ou d'un autre.

    Il faut comprendre primordialement, que l'énergie qui constitue l'homme est comparable au cœur d'un atome,  d'une particule et autour de cette particule vient se déposer des couches qui ne sont pas des couches pour étouffer la particule ou pour articuler la particule, mais qui sont tout simplement des couches d'expression. Quand je dis articuler, il ne faut pas voir dans ces particules le fait que la particule est besoin de ces couches pour être et pour s'exprimer.

    Il y a donc une essence qui n'a besoin de rien d'autre que d'elle-même pour rayonner.

    Quand on veut parler du plan mental ou d'un quelconque autre plan, bien qu'existant, ces plans là n'ont rien à voir avec la nature primordiale de l'être ou même avec l'essence ou même encore avec son expression jusque sur un plan physique. Un homme ne s'exprimant que par le plan astral ou un homme ne s'exprimant que par le plan mental ou un autre plan en fait n'a besoin d'aucun de ces plans pour s'exprimer sur la terre. Pourquoi ? Parce que l'âme en elle-même est une expression, elle n'a pas en fait besoin d’artifice, ni de bras artificiel, l'expression est elle-même. Le fait qu'elle soit vive et qu'elle pénètre toute la substance de l'univers démontre bien qu'elle est une expression. L'expression de Dieu dans la forme ou de l'essence dans la matière, donc en résumé la vie tout simplement.

    Qu'est ce qui constitue donc les divers plans ?

    Ce qui fait l'existence du plan, c'est tout simplement la création et la constitution de l'univers lui-même. Si l'on retirait de la création l'homme, les animaux et tous les végétaux, tous les minéraux et bien le plan astral, le plan mental ainsi que tous les autres continueraient à exister parce qu'il font parti de l'extériorisation divine.

    Lorsqu'un homme vit de par son plan astral ou de par son plan mental, il ne vit pas de par son propre plan, il vit à l'intérieur du plan astral ou du plan mental d'un Dieu qui le maintien en vie dans son sein. Ou de par le plan astral d'un être planétaire qui lui donne la vie. C'est pour cela que tous les plans existent en l'homme, ce n'est pas parce que ça été donné à l'homme, mais parce que l'homme grandit au travers de ces divers plans qui existent cosmiquement ou universellement. Il n'y a pas à dire, j'ai mon plan astral, j'ai mon plan mental, je dois développer mon mental, je dois développer mon astral et le sublimer. Vous n'avez rien de personnel, tout en fait est impersonnel et l'âme que vous êtes et qui en fait essaie de prendre de plus en plus conscience remonte ces divers plans de l'univers. C'est pourquoi, il ne vous constitue pas en propre et que l'homme n'a pas à y rester pas plus sur le plan mental que sur le plan astral ou d'autres plans supérieur comme par exemple le plan bouddhique. Même sur ce plan là, l'homme en tant qu'essence n'a pas à y demeurer.

    Il ne fait que traverser une substance, un peu comme l'homme traverse les routes et les autoroutes. Ce n'est pas parce que l'homme est voyageur qu'il doit éternellement parcourir les routes. S'il est voyageur c'est qu'il a avant tout un but et il doit emprunter la route pour atteindre son but. Le but c'est lui-même.

     

    La conférence en audio

    Question : L'importance du plan mental ? A travers la matière, l'âme obtient ses feux pour être la force. On ne peut attteindre le mental qu'en passant par l'astral. Pour comprendre la vie, il faut faire une brèche dans le néant qui est en vous-même. La séparation des couples, initier les enfants à devenir mentaux, à ne pas refouler les émotions. Qu'est-ce que l'âme soeur ? Pratiquer le détachement.

    Liège 25 05 88

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Comment se fait-il que la conscience cosmique n’intervienne pas, avant qu’une personne, des personnes ou des groupes, commettent trop de dégâts sur la terre ? 
    Ce n’est pas que la conscience cosmique n’intervienne pas, c’est que les habitants de la terre n’ont pas la conscience véritable, ne connaissent pas la réalité primordiale des choses. Il faut dissocier l’intervention de Dieu par rapport aux calamités, et ce que l’homme aurait aimé que Dieu fasse pour sauver les corps, car en fait, il s’agit de cela.
    Souvent les gens pensent que si Dieu est tout puissant, s’il a tant d’amour, il devrait intervenir plus souvent sur la terre. Ce genre d’esprit ne comprend pas qu’elles sont les lois de la vie et surtout, ils n’ont pas la connaissance ésotérique pour comprendre ce qu’est le plan terrestre, ce qu’est le plan physique, ce qu’est Dieu véritablement. Il faut faire davantage références aux mots initiatiques, qu’aux mots comme : religion, fatalité, destinée etc. À l’heure actuelle, il y a tellement d’enseignements donnés, parfois même faux, ou en tout cas dénaturés, que l’individu croit que Dieu est un Père tout puissant.

    Certains groupes ont tellement emprunté la voie cardiaque, qu’ils ont même dénaturé l’identité de Dieu et falsifié la réalité de la voie initiatique. En disant que tout est perfection, que Dieu est Amour, en disant que Dieu peut intervenir, que les Maîtres ont tout prévu pour l’amélioration, pour le bien, ils impriment dans l’esprit des gens, que l’intervention divine, que l’intervention des Maîtres, est forcément une intervention bénéfique et qu’ils interviennent puisque tout est parfait. Ces voies, qui ne sont pas forcément de mauvaises voies, ont trop schématisé la réalité initiatique.

    En fait, qu’est ce que la terre ?

    La terre est un caillou initiatique où l’on prend ses responsabilités, où l’on agit sous l’effet de la loi de cause à effet, et face à cette loi, le reste est vécu enduré, ou mérité.
    Les voies cardiaques sont de très belles voies, mais dès que l’on va dans ces voies, dans des enseignements du type cardiaque, s’il n’y a pas assez de connaissances ésotériques, des images se créent dans l’esprit des dévots et des suiveurs, qui falsifient complètement la réalité de la terre.
    Ainsi, il y a création d’un double monde où l’individu n’arrive plus à juger de l’utilité du Maître et de la nature de Dieu par rapport au monde, ce qu’est le monde divin par rapport au monde terrestre. Il y a scission, friction, il y a même antagonisme, et le divin est perdu dans ces deux notions de perfection et d’imperfection de la terre, de l’amour de Dieu dans la violence sur la terre.

    L’individu ne sait plus où il est, il n’arrive plus à juger, il se perd en conjectures et finalement en arrive à douter de Dieu, douter de la perfection, douter du bien.

     

    La conférence transcrite en 3 parties

    1 - Comment anoblir la personnalité ?

    2 - Conseils pour méditer

    3 - L'intervention de la conscience

     

    La conférence en audio

    Genève 29 11 1986 durée 2h12

     

    Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Le concept du mal n'est pas cette chose effroyable que l'homme imagine par ses émotions. Pour l'instant les hommes n'ont en vérité que cette conception émotionnelle du bien et du mal. C'est pour cela qu'ils sont terrorisés, culpabilisés par la notion du mal. C'est pour cela qu'ils veulent systématiquement purifier et pour purifier tuer même des individus. Tout simplement parce que celui qu'il trouve être le suppôt de Satan ou le suppôt du mal leur fait peur et puisqu'ils leur fait peur et qu'ils vivent dans le monde émotionnel, ils n'ont qu'une envie c'est de détruire.

    La conception mentale du bien et du mal est tout à fait différente, d'abord il n'y a plus de peur. Quand je regarde le mal, il est là, mais il n'a plus d'influence sur moi. Il ne risque plus de me contaminer, de me prendre comme ce diable diabolique.

    Il n'est plus capable de me séduire non plus. Dans la perception mentale du bien et du mal, le mal est un événement, un échec, tout simplement, un échec de l'intelligence, du développement, de la sensibilité. L'individu est arrivé dans la vie et il n'a pas compris, la vie était trop forte pour lui. Il s'est replié sur lui-même, et dans ce repli qui est une folie, il se détruit et il détruit le monde ou il détruit les autres. Lorsque l'on comprend le mal de cette manière-là, il ne peut plus me faire peur ni m'atteindre puisqu’il se résume à un échec de la part d'une personne qui n'a pas compris. Je vais devoir donc éduquer la personne. Ma notion du bien repose donc sur le phénomène de l'éducation. Je n'imagine plus le bien comme cette chose quasiment messianique, moi je fais le bien …..j'ouvre mon large manteau et je distribue mes hosties. Mes hosties de bonheur, de vibrations. Je n'ai plus une si haute estime de moi-même et je ne peux plus tirer gloire, ni supériorité de ce que je fais le bien, car ma notion mentale du bien ne peut plus considérer ma personne comme faisant le bien. Je vois le bien comme étant un don de générosité, un partage, une correction qu'après analyse je me sens capable d'offrir à l'autre ou pas capable et j'oriente l'autre vers quelqu'un qui est plus apte que moi. Ce qui veut dire que la notion même de ma personne change.

    Sitôt que je m'élève, et que je ne vais plus vivre uniquement dans le monde de mes émotions, mais commencer à vivre dans le mental, la perception que j'ai de ma vie et du moi, ma perception va être transformée. Le moi n'est plus le centre, puisqu'il n'est plus le centre, il n'est plus non plus le point sur lequel vont s'exercer et s'abattre les forces constructrices et destructrices de l'univers.

    C'est pour cela que je vais en tirer un certain sentiment de sécurité. Lorsque vous approchez, les initiés vous donneront toujours cette impression magnifique, qu'ils ont sûrs d'eux, mais ils ne sont pas sûrs d'eux de la même assurance que le vaniteux, de l'orgueilleux qui en fait n'est sûr que de sa puissance et de sa domination sur les autres. 

    Un initié est sûr de lui parce qu'il sait qui il est. Il n'est pas sûr de pouvoir t'aider, te répondre, il est conscient de ses limites. Mais du fait qu'il n'a plus peur et qu'il ne vit plus dans le monde fantasmagorique des émotions, il sait qui il est et de ce fait il est sûr de lui.

    Qu'est-ce que cela veut dire ? Être sûr de soi et savoir qui l'on est repose sur un contact établi avec l'âme tout simplement ...Ce n'est pas un gros programme, simplement tu imagines des choses qui ne sont pas la réalité, quand tu imagines le contact avec l'âme, tu imagines que tu vas avoir contact avec cet autre moi et qu'il va y avoir du bavardage entre les deux. Et que tu vas pouvoir faire le numéro de téléphone, chaque fois que tu vas avoir besoin d'une intuition et que tu vas dire eh oh l'âme, est-ce que je prends la rue de droite ou la rue de gauche, est-ce que tu crois qu'il y a aura des places de parking si je tourne à gauche, que je trouverais du travail si je me déplace dans tel département.

    Le contact avec l'âme ne va pas servir à ça et ne ressemblera jamais à un contact du petit moi avec le surmoi, il n'y a pas de place pour les deux. Il y a tout simplement un déplacement, un déplacement de la perception, un déplacement de l'intelligence. Tant que je reste dans mes émotions uniquement, la perception de ma vie et de qui je suis, cette perception va être non seulement soumise à mes émotions, mais du fait que je vis dans ce niveau là, je vais percevoir que je suis en danger, car je reçois autant la pression des forces constructrices que destructrices.

     

    Une partie de la conférence transcrite 

    Les méfaits de l'égocentrisme - Comment développer son intuition

    L'homme est une roue, sans arrêt en mouvement - La conception mentale du bien et du mal

     

    La conférence en audio

    26 juin 1994

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • La conscience et la mort Question :
    Il est dit que la vie après la mort se passe dans un premier stade sur le plan astral, et ensuite sur le plan mental. Nous voudrions savoir si toutes les personnes sans exception sont conscientes sur le plan mental après la mort. Cela exige-t-il une vie consciente sur le plan mental inférieur ou supérieur durant l’incarnation qui a précédé la mort ?

    Pour répondre à la question, je dirais que vous mourez de la manière dont vous avez vécu. C’est-à-dire que si vous avez vécu sans conscience, vous serez un mort sans conscience. Si vous avez été un disciple actif, si vous avez été quelqu’un qui essayait de développer l’éveil de sa conscience, lorsque vous allez quitter la matière, automatiquement vous allez être quelqu’un avec cet acquis et vous allez pouvoir travailler avec les zones de conscience obtenues grâce aux expériences dans la matière.

    On ne peut pas dire ce qu’est la mort, parce qu’en fait, lorsque l’on se place dans la vision des guides, dans la vision de la vérité, il n’y a pas de différence entre l’état qu’octroie la vie physique, et l’état qu’octroie ce que l’on peut appeler la mort. La seule différence, c’est qu’un jour vous avez un vêtement, et le lendemain vous n’en avez plus, mais la conscience reste exactement la même, exactement en symbiose avec ce qu’elle a été par son expérience dans la matière.

    Donc il n’y a pas en fait un état de conscience d’avant la vie, un état de conscience pendant la vie et un état de conscience après la vie, donc à la mort. Toute la conscience est exactement la même du début à la fin, non seulement de son passage dans la matière et son départ, mais en plus, depuis son moment d’extériorisation, sa première incarnation jusqu’à sa dernière.

    Quelle est la seule différence ?
    C’est que la note d’auto-conscience n’a pas forcément retrouvé toutes ses sonorités. Ainsi, lorsque l’esprit qui est unité, comme je le disais tout à l’heure, qui a tout sans le savoir, lorsqu’il passe dans la matière et à travers toutes les incarnations, il ne fait que redécouvrir l’acquis qu’il possède. C’est pour cela qu’on ne peut pas dire que l’homme meurt, ou que l’homme connaît une conscience différente pendant sa vie ou pendant sa mort, c’est exactement la même conscience, la conscience acquise avec le niveau initiatique.

    Maintenant ce qui serait intéressant de savoir, c’est que faire pour ceux qui sont passés et que l’on savait ne pas avoir un grand état de conscience, soit pour ceux qui sont en train de passer et qui ont un état de conscience ? Comment éviter de rester trop longtemps dans cet entre-deux mondes que l’on appelle le passage dans l’astral ?

    Tout le monde le connaît de toute manière, il demande trois jours à tous les disciples, à tous les initiés, et au-delà de ces trois jours, on peut, soit revenir dans la matière comme l’a démontré Jésus adombré par le Christ, soit partir vers le divin comme l’on fait d’autres initiés après leur mort.

    Ce qu’il faut donc savoir, c’est comment accélérer cet état, pour pouvoir continuer à agir, soit sur un plan physique et rester près des hommes, même si l’on n’a plus d’enveloppe charnelle, ou comment devenir très actif au sein de la hiérarchie, ou d’une des hiérarchies qui existent dans le monde, car en fait il y en a plusieurs.

    On parle toujours de celle qui a été révélée en occident par le Maître Koutoumi, car c’est lui qui a pris la charge et la responsabilité de cette révélation, de cette extériorisation, mais il existe douze hiérarchies, et Koutoumi ne représente qu’un des chefs. Ces douze hiérarchies sont toutes maîtrisées, chapotées, dirigées en quelque sorte, par la hiérarchie solaire, qui n’est pas constituée par des entités, mais tout simplement par l’être solaire.

    À lui seul, il a diverses facettes, plusieurs aspects, il constitue toute une hiérarchie. C’est pour cela que dans certains textes sacrés hindous, on parle d’un Dieu ayant une multitude de visages, une multitude de mains, une multitude d’yeux. Il voit, il entend dans toutes les directions, il bouge dans tous les sens. Il est fait allusion à cette entité solaire, qui est l’atma véritable, l’atma de tous les êtres. L’atma que vous devez arriver à être vous aussi un jour ou l’autre, c’est-à-dire et autrement dit, un ange solaire.

     

    L'entièreté de la conférence transcrite en trois parties

    1-Résurgence de la spiritualité

    2-La conscience après la mort

    3-L'ésotérisme moderne

    La conférence en audio

    Bruxelles 15 05 1988 

     

    Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Les harmonies cosmiques La création est quelque chose de méticuleux, et ne peut pas se maintenir d’un coup de baguette magique. Regardez de quelles manières ont été composées les molécules, les atomes. Tous ceux qui s’intéressent à la médecine, ou à la physique, sont plus à même d’apprécier la grande mathématique et la grande précision céleste. Donc, il y a dans la création quelque chose d’extrêmement précis, minutieux et ordonné. Et c’est dans la mesure où l’homme, veut continuer cette vie, veut la faire prospérer, qu’il est obligé d’apprendre à faire fonctionner ces mêmes harmonies en lui, bien que cela ne soit pas un ordre venu de Dieu.

    Jusqu’à présent, les religions, les églises, les temples, les ordres, ont fait croire que les principes de Dieu étaient à suivre, comme si de là dépendait le salut de l’âme. Ils n’ont pas eu tort, parce que cela a permis à une société de se bâtir. Sinon, vous seriez encore tous dans vos huttes, dans vos cavernes. Or, il a fallu cette morale pour bâtir une société.

    Mais maintenant, étant donné que l’homme est devenu moderne, il faut comprendre que ces principes ne doivent plus être vécus comme une moralité, comme je l’ai déjà dit, mais comme des énergies que l’homme doit connaître, afin de pouvoir les manipuler. C’est pour cela que le terme loi, est un terme faux, j’appelle toujours les lois, les harmonies cosmiques.
    Étant donné que vous êtes des microcosmes, la phrase est bien connue, l’homme est une représentation intégrale, mais microcosmique de l’univers entier. Lorsque, justement, vous devenez dépositaire de la vie, lorsque vous vous éveillez au monde, pour que vous soyez heureux, bien dans votre peau, pour que vous ayez la santé, le bonheur, il vous faut connaître les lois, qui ont donné naissance à votre âme, à votre vie. Il vous faut connaître ces énergies.
     

    L'entièreté de la conférence transcrite 

    L'art de Vivre

    La conférence en audio

    L'art de vivre 12 10 1985

     

    Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  •      Cet extrait de conférence est particulièrement sensible et difficile à intégrer particulièrement pour les êtres qui sont, dans l'instant dans la souffrance,  souffrance de l'incomplétude de leur existence et dont le "rêve", le désir est juste que leur condition d'existence, leur estime de soi, le respect de leur être et de leur dignité SOIT. Je souhaite cependant que cette lecture éclaire un tant soit peu leur horizon. Lodela Fontaine

    .... l’homme ne vit pas pour lui-même séparé des autres. Les hommes vivent les uns pour les autres, et lorsqu’une défaillance s’inscrit dans une lignée génétique, dans un code génétique, ce n’est pas parce qu’il faut créer cette lignée génétique-là, pour que les âmes ayant failli, puissent rencontrer les corps qui leur permettront d’épurer le karma. C’est tout simplement, et à un niveau beaucoup plus abstrait, dans une dimension beaucoup plus large, la matière qui doit être purifiée.

    Pour purifier la matière, les âmes acceptent tous les problèmes, ce que l’individu ne sait plus lorsqu’il se trouve dans son corps. Il ne sait plus qu’il a accepté de purifier la matière, de purifier le corps du monde, de purifier le corps de l’humanité. Alors, ayant oublié, il se demande de quel mal il est frappé.

    Il existe davantage de karma collectif que de karma individuel. Non pas parce que l’homme vit uniquement d’après la loi de la collectivité, comme je viens de le dire, mais parce que si un homme fait une erreur, des millions d’autres hommes font la même erreur, et c’est à cause de cela qu’il y a correspondance. C’est à cause de cela qu’une donnée peut devenir un code génétique et s’exprimer sur toute une génération ou toute une famille.

    Le karma collectif, ou, disons la purification collective, est quelque chose qui s’opère de façon beaucoup plus magistrale que la purification individuelle. Si l’homme n’avait que la purification individuelle il serait déjà libéré. Seulement on ne vit pas égoïstement sur sa petite planète. On vit pour un être que l’on compose et qui s’appellera plus tard un logos, un être planétaire, un être cosmique. Chaque petite cellule doit découvrir cette responsabilité qu’elle assume sans problème, sans défaillance, quand elle demeure dans les plans invisibles, à l’état d’âme, mais dont elle perd cette connaissance lorsqu’elle tombe dans le plan physique. Chacun perd la connaissance de l’universalité que l’on compose.

    Un être cosmique qui s’incarne, va créer inévitablement des humanités et des formes diverses, depuis les minéraux, en passant par les poissons, les roses, les palmiers et les êtres humains et plus tard même les anges.

    En même temps qu’il crée ces choses qui paraissent extérieures et différentes de lui, ces choses ne sont pas différentes de lui. Vous ne pouvez pas dire de votre cellule, la cellule qui est sur votre doigt en ce moment, qu’elle n’est pas de vous, et elle ne peut pas dire qu’elle n’est pas vous-même. Cette cellule c’est vous et elle le sait aussi. C’est pour cela qu’elle a une intelligence et c’est pour cela qu’elle a un développement. Car de la même manière que les hommes assument le développement pour cet être cosmique qu’il compose, la cellule assume et assure le développement pour l’individualité que vous représentez.

    Dans le cheminement initiatique et le parcours de l’occultiste, ce phénomène est connu. C’est ce qui donne lieu à l’alchimie. L’occultiste essaie de dégager le pouvoir de sa matière, le pouvoir de sa cellule, pour que chacune de ses cellules soit un être réalisé comme lui-même peut l’être en disant « Je ». Il faut que chacune de ses cellules résonne du même « Je », de cette capacité à être auto consciente et puissante. Si vous comprenez exactement le rapport de votre conscience avec votre corps, votre cellule, vous comprenez exactement le rapport qui existe entre cet être cosmique, ce logos et vous-même.

    Il faut comprendre que toute la vie est représentée comme une succession d’emboîtements, comme des poupées russes, la plus petite s’emboîtant dans une plus grande, s’emboîtant dans une autre encore plus grande, jusqu’à ce qu’on en arrive à ne plus pouvoir mesurer la grandeur de la dernière poupée. C’est ce qui permet d’exister à la vérité qui dit que : « Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». Sinon il n’y aurait pas de relation entre le bas et le haut.

    Au niveau de votre vie individuelle, vous devez donc savoir qu’il existe cette même analogie entre vous et le logos qui est à naître, que vous êtes, que nous sommes nous tous, depuis le plus petit des êtres humains jusqu’au plus grand Maître, jusqu’au plus grand Bouddha.

    Lorsque l’on parle de la purification de cette matière, il faut s’attendre à ce que des âges, des décennies entières soient utilisées pour purifier cette matière, pour la dynamiser, pour la retrouver. Quand je dis retrouver, je parle du feu, de la puissance qui est dans la matière. Donc, pour retrouver cette puissance il faut supprimer tout ce qui empêche cette puissance de s’exercer.

    L’homme a le pouvoir, puisque l’intelligence lui a été donnée, d’accélérer toutes les purifications. Et c’est à cause de cela que sont nées des disciplines comme la médecine. Par la médecine l’homme a le pouvoir d’accélérer la purification de façon que les étapes, le partage du fardeau en quelque sorte soit plus court, pour qu’un individu ne vive pas le handicap, la difformité, toute sa vie. Cela, la médecine le découvrira, et cela, est son but, car c’est le pouvoir qui a été donné à l’homme. On peut l’appeler médecine, mais en fait c’est tout simplement l’intervention de l’homme dans la vie de l’homme.

    La conférence transcrite en deux parties :

    1 - Le destin de l'homme

    2 - Le Karma Familial

     

    La conférence en audio

    La Louvière 

    Question : Le destin de l'homme ? L'homme et la souffrance : la douleur, un endroit où l'homme n'as pas compris quelque chose - Retrouver la volonté de son âme - L'épreuve apparaît au contact de la réalité - Vivre les choses en tant que principe, sans attachement - Le pouvoir entre dans l'homme quand il dit : " Je suis Cela" - Le Karma familial : Il y a plus de karmas collectifs qu'individuels - les futurs découvertes en génétique - L'importance du rayon 5 (la science) dans le futur - La vision intérieure passe par l'ouverture de l'âme.

     

    Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  •  

    Le KarmaLe karma n’est pas une simple affaire de « gifle » que l’on reçoit parce qu’on l’a infligée à quelqu’un dans un autre temps. 
    Le Karma n’est ni une punition et encore moins un jugement ; ce n’est pas non plus quelque chose qui est distribué par un ange vorace de vengeance et de châtiments.
    Donc, il ne faut pas croire que la Loi soit ce genre de châtiment aveugle et pervers. 

    Le karma est une éducation et une rééducation, ce qui fait, que lorsque le Seigneur du karma dit à l’âme qui s’incarne : « attention, dans ta vie, nous attendons que tu accomplisses telle et telle chose et que tu t’en détaches de certaines, là est ton point karmique, mais pour que tu t’en sortes, il faut que tu considères certains éléments ». Et le Seigneur du karma fait la liste des éléments qui sont à considérer pour le succès de l’affaire, que ce soit pour se libérer soi-même d’un karma négatif ou pour accomplir son destin, qui lui aussi peut être karmique.

    Puisque ce n’est pas un châtiment et que l’important est de sauver l’âme, il est donc tout à fait normal que le Seigneur du karma soit juste et qu’il donne la rétribution exacte de ce que l’homme a créé comme problèmes ou comme avantages. 
    Mais en même temps, il est tout à fait normal, puisqu’il s’agit de sauver une âme et non pas de la châtier, qu’en lui donnant les instruments de son épuration, on lui donne aussi les conseils pour pouvoir tenir le coup au cours de cette épuration.

    Les conseils sont donnés mais ils sont aussi très vite oubliés,  tout simplement, parce qu’au cours de la vie, naissent les préférences des « volontés inférieures », naissent des nouveaux mirages, des nouvelles illusions, de nouveaux gouffres et à force de s’enfoncer en ces gouffres, non seulement l’homme n’arrive pas à se « dépouiller » de son karma négatif qu’il a collecté dans d’autres vies, mais il s’en ajoute.

    C’est ce qui fait qu’à un moment donné, pour ces entités, il vaut mieux mourir.
    Il y a un grand nombre de personnes qui meurent avant leur heure, parce que tout ce qu’elles font de leur vivant est d’accumuler un mauvais karma, en n'ayant pas pu épurer leur ancien karma.
    Alors la Loi de Compassion se dit : « Si je le laisse vivre encore, cet individu va se noircir tellement l’âme, et va se noircir tellement le corps éthérique et le corps astral qu’il faudra que je le désintègre », car l’Éternité ne suffirait pas à purger un tel karma, d’autant plus que s’il n’a pas la force de se dépouiller actuellement du peu de karma qu’on lui demande, il n’aura jamais la force de se dépouiller d’un plus grand.

    À ce moment-là il se passe un phénomène très intéressant :
    L’Ange de la Compassion n’a pas besoin d’envoyer un rayon de destruction et un rayon de mort sur la personne, il est un Ange de Compassion, il n’est pas un ange de mort. 
    Il envoie simplement une bénédiction pleine d’amour, pleine de félicité, pleine de paix, et en tombant dans le réseau vibratoire de l’individu torturé, violant, noirâtre, le réseau vibratoire ne peut pas le supporter, il y a comme une électrocution et un détachement brutal entre cet « égo inférieur » à qui on ne peut rien faire comprendre et l’âme en tant qu’archétype, c’est-à-dire le réseau d’énergie positive archétypale, l’âme est coupée de la personnalité et la mort s’en suit très rapidement.

    Si les problèmes ne sont pas si nombreux que cela, on peut espérer une nouvelle incarnation avec l’adombrement de l’âme et une possibilité d’évolution. Si le mal qui a été fait est véritablement trop important, trop noir, il y a de nouvelles incarnations sans l’adombrement de l’âme.

    Ces entités évolutives s’incarnent en tant que personnalité comme si c’était la personnalité qui servait d’âme. Ces individus-là ne sont pas laissés au hasard de la vie, ne sont pas comme cela lancés dans l’incarnation sans aucune protection. Il y a, si je peux m’exprimer ainsi, une sorte de « messagerie spéciale », un « bureau spécial », un certain nombre d’entités célestes qui surveillent l’évolution et l’épuration de ces personnalités-là. 
    Lorsque l’épuration est accomplie, le lien est refait avec l’âme et automatiquement la vie reprend. 
    La véritable évolution peut reprendre, une vie pleine de conscience, pleine de bonheur

     

    La conférence de Pastor en transcription en deux parties 

    Le Karma - Le Son originel

    Détruisez le rêve

     

    Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    2 commentaires
  • L’homme est une magnifique et une subtile mécanique - Pastor Bruxelles 15 05 88 L’erreur qu’il ne faut pas commettre, c’est de prendre l’instrument pour le but.L’instrument, qui est la connaissance, n’est pas le but de la vie de l’homme ou de l’évolution de l’homme, c’est un instrument c’est tout, et un instrument doit être utilisé comme tel. Tous les instruments sont utilisés sur le plan mental, et justement visent à développer le plan mental. Lorsque l’on parle de connaissance et que l’on se moque de ceux qui ont trop de connaissance, on ferait mieux souvent de se regarder soi-même et de conclure que si on avait au moins cette connaissance, on aurait sans doute pas fait la bêtise d’hier à midi ou d’avant-hier soir.

    Car il est à la mode à l’heure actuelle de se moquer de celui qui est une véritable bibliothèque vivante et ambulante, et de penser qu’il est trop mental, qu’il n’a que des livres dans la tête et qu’il n’a pas d’état de conscience, il n’a même pas d’amour dans le cœur, il n’a pas de flamme, ce n’est pas un être spirituel, il se trompe, il s’égare sur le chemin.

    Tous les instruments sont des étapes nécessaires à celle qui est après. C’est-à-dire que l’on ne va pas pouvoir parler d’un état qui se trouve après le plan mental, sans être d’abord passé par le plan mental. On ne va pas pouvoir non plus aider les hommes à se sortir du plan astral, sans les impliquer dans une étude, ou une approche du plan mental. Ce qui ne veut pas dire que l’homme doit devenir mental et que tous les hommes doivent avoir des cerveaux aussi immenses que des bibliothèques, et connaître toutes les définitions de l’ésotérisme pour être considéré comme un initié. Absolument pas.

    En fait, il n’y a pas deux voies, elles sont multiples. Il existe autant de voies qu’il existe d’hommes, mais il y a deux grandes tendances. Il y a ceux qui se canalisent dans la tête, il y a ceux qui se canalisent dans le cœur.

    Ceux qui se canalisent dans la tête, ne sont pas forcément des gens qui vont être incapables d’intuition, d’amour ou de spiritualité en substance. Ce sont des gens qui ont plutôt des affinités avec ce que l’on pourrait appeler le mental divin, la loi divine.

    Ceux qui se canalisent dans une expression par le cœur sont ceux qui ont une affinité avec l’amour divin, avec la substance divine. L’être parfait est l’union des deux, car un jour ou l’autre, celui qui se canalise dans le mental devra rejoindre les régions du cœur, et celui qui se canalise dans le cœur devra rejoindre les régions de la tête, pour devenir un être total.

    Mais avant qu’il y ait cette grande unité, avant que les deux pôles soient réunis, il faut avoir la patience et la tolérance que les autres puissent être sur un plan mental, que d’autres puissent être sur un plan d’expression complètement cardiaque. Je ne dirais pas qu’il faut s’accepter et ne pas voir chez les uns les autres les défauts criards, il faut au contraire s’entraider. À celui qui a trop de mental, il faut lui rappeler qu’existe la substance, qu’existe l’intuition, qu’existe l’amour, et à celui qui serait trop amour mais avec encore trop d’émotionnel, il faut lui rappeler qu’existe la tête, pour que cet amour soit juste, pour que cet amour ait du discernement, pour que cet amour soit divin et plus humain.

    Mais on ne peut pas empêcher la grande séparation entre ces êtres et leur existence. Il faut simplement laisser aller les initiations, les incarnations, pour que chacun dans sa différence arrive à découvrir la même unité. Et même à l’intérieur de l’unité qu’est l’esprit, il existe toujours la différence. Même le jour où chacun se découvre comme étant du même esprit, de la même unité, de la même divinité, etc., il existe quand même encore une différence, c’est la différence des rayons. Ce qui veut dire encore une fois, qu’il ne faut pas aller vers une vision du monde dualiste, une vision de l’homme dualiste, mais il faut comme je l’ai déjà dit si souvent, admettre les paradoxes, et arriver à jouer avec les paradoxes. Si vous voulez comprendre Dieu et l’univers, il faut absolument vous habituer aux paradoxes.

    Tout en étant multiple, la vie est une, et qu’à l’intérieur même de son unité, elle est toujours multiple. Forcément lorsque l’on essaie d’admettre les deux en même temps, cela paraît contradictoire, donc l’esprit refuse ou n’arrive pas à admettre et éprouve de la douleur. Il se dit : je verrais ça lorsque je serais plus ancien, pour l’instant je suis avec mon rayon, je suis avec ma technique, je suis avec ma vision et je travaille.

    À un moment donné, il faut que le mental rentre en jeu. On ne peut pas faire de spiritualité sans le mental, c’est impossible. Au début, les premières initiations qui sont en fait les plus importantes, parce qu’il est toujours plus important de commencer que de s’acheminer par la force de l’élan acquis, ces premières initiations s’acquièrent par le phénomène de la compréhension, et cette compréhension déclenche des états de conscience.

    Cela, vous pouvez l’expérimenter, vous avez sans doute dû déjà l’expérimenter dans votre vie. Quelque chose qui vous était incompréhensible devient d’un seul coup compréhensible. Automatiquement vous lâchez l’erreur, vous lâchez l’illusion que vous pratiquiez. Pourtant cela est passé par le mental. Étrange non ? On croyait le mental être une barrière. C’est vrai que le mental est une barrière si l’individu passe systématiquement et toujours par ce filtre, car c’est un filtre et c’est pour cela qu’en même temps on le dit impur.

    C’est un filtre impur lorsque l’on veut aller du haut en bas, mais pas lorsque l’on va du bas en haut. Lorsque l’on va du bas en haut, c’est-à-dire lorsque la personnalité essaie de monter vers son esprit, vers son âme, ce filtre est absolument nécessaire, parce qu’il va permettre de filtrer, de nettoyer toutes les grossièretés qui viennent de la personnalité, qui viennent du mental inférieur, qui viennent des suppositions, des doutes, des complexes, des traumatismes, tout ce qui vient justement de la psychologie.

    Mais lorsqu’on essaie un branchement inverse, lorsque donc la vie de la monade essaie de descendre dans la matière, à ce moment-là le mental va devenir une limite. L’âme descendant, s’approchant de la matière, de sa personnalité, rencontrant le filtre du mental, va nécessairement être diminuée, et ce qui restera dans la personnalité sera peut-être les trois quarts ou la moitié de l’expression de l’âme.

    Encore une fois il faut que l’homme apprenne à jongler, à se servir de ces aspects, et non pas se dire je choisis cette chose-là et je l’exécute, comme l’on fait d’un grand coup de hache sur la bûche. Il faut être souple et savoir que l’homme est une magnifique et une subtile mécanique, je ne parle pas que du corps, je parle de tous ses corps.

    Lorsque vous êtes en train de penser, il faut savoir que vous activez votre corps mental, mais que ce n’est pas vous, vous activez une partie de vous, un automatisme en vous, une mécanique en vous, exactement comme lorsque vous mettez en marche votre voiture.

    Lorsque vous éprouvez des émotions, il ne faut pas croire que cela est vous, il faut comprendre que vous activez votre corps astral, que vous éprouvez par le corps astral, exactement comme lorsque vous appuyez sur l’accélérateur de votre voiture. Ne vous identifiez pas à vos enveloppes. S’identifier à l’enveloppe physique c’est le moindre leurre. Tout le monde voit le corps physique, et tout le monde sait qu’à l’intérieur du corps physique il y a ce petit moi, que ce soit le petit ego des psychologues, des psychiatres ou le grand moi des spirituels, il y a quand même le petit moi, on le sent parce qu’on se sent vivre.

    C’est l’illusion la plus grossière et la moins dangereuse. Mais il y a d’autres illusions plus difficiles à déceler, car vous ne voyez pas votre corps astral, votre corps émotionnel, vous ne voyez pas votre corps mental, et tout ceci se confond étonnamment avec cet être que vous sentez comme étant à intérieur de votre corps physique.

    Or, le corps mental, le corps émotionnel est aussi différent de vous, de votre essence, que peut l’être votre corps physique vis-à-vis de votre essence. Lorsque vous aurez compris cela, vous arriverez beaucoup mieux à utiliser les instruments que sont, le mental et l’émotionnel purifiés. Car quoi que l’on en dise, le corps astral est quelque chose de très utile, de très important, mais il faut savoir le purifier et le vivre dans ses aspects les plus purs, et à partir de ce moment-là, il devient un moyen immense de purification sur les autres.

    La conférence en audio -> Bruxelles 15 05 88

    La conférence complète en transcritpion -> Résurgence de la spiritualité - la conscience après la mort - L'ésotérisme moderne

     


    votre commentaire
  • Méditation Vipassana en Prison (1997)

     


    votre commentaire
  • Après la décorporationAvec l'aide de Richard, j'ai transcris les 45 minutes suivantes de la conférence du 12 03 89 http://conscienceuniverselle.eklablog.com/12-03-89-apres-la-decorporation-a131578062 Ce qui est décrit correspond à ce que Chico Xavier, le célèbre médium brésilien a écrit dans ses psycho-graphies. Un film en a été tiré "Nosso Lar" qui a eu un grand succès au Brésil. Plusieurs films issus des psycho-graphies ont été fait et sont sur "youtube" : La vie de chico Xavier (https://www.youtube.com/watch?v=8HNic8W-nmo)- Et la vie continue - (https://www.youtube.com/watch?v=-5lnDWxx2Rg) Les mères de Chico Xavier(https://www.youtube.com/watch?v=AgvhVfSDQZQ) mais pas Nosso Lar. Si cela vous intéresse je peux vous envoyer un lien.


    votre commentaire
  • L'Etre-té Un PRINCIPE Omniprésent, Eternel, Illimité et Immuable, sur lequel toute spéculation est impossible puisqu'il transcende la puissance de conception humaine et ne pourrait être que rapetissé par toute expression ou comparaison. Ce principe est au-delà de l'horizon et de la portée de la pensée – d'après les paroles de la Mandûkya  "inconcevable et innommable" . 

    Afin de comprendre ces idées plus clairement, que le lecteur parte de ce postulat qu'il existe une Seule Réalité Absolue, qui précède tout Etre manifesté et conditionné. Cette Cause Infinie et Eternelle – vaguement formulée dans l' "Inconscient" et l' "Inconnaissable" de la philosophie européenne courante – est la Racine-Sans-Racine de "tout ce qui fut, est, ou sera jamais". Elle est naturellement dépourvue de tout attribut et essentiellement sans relations avec l'Etre manifesté et fini. C'est l' "Etre-té", plutôt que l'Etre, en sanscrit Sat, et c'est au-delà de toute pensée ou spéculation. Cet Etre-té est symbolisé, dans la Doctrine Secrète, sous deux aspects. D'un côté, l'Espace Abstrait, absolu, représentant la pure subjectivité, la seule chose qu'aucun mental humain ne puisse ni exclure d'aucune conception, ni concevoir par lui-même. De l'autre, le Mouvement Abstrait absolu, représentant la Conscience Inconditionnée. Nos penseurs occidentaux eux-mêmes ont prouvé que la conscience, distincte du changement, nous est inconcevable, et que le mouvement est le meilleur symbole du changement, sa caractéristique essentielle. Ce dernier aspect de l'Unique Réalité est aussi symbolisé par le terme "le Grand Souffle", symbole assez expressif pour n'avoir pas à être élucidé. Ainsi, le premier axiome fondamental de la DOCTRINE SECRETE est cet UN ABSOLU métaphysique – l'ETRE-TE – que l'intelligence limitée a symbolisé par la Trinité théologique. 

    Helena Blavatsky - la Doctrine Secrète - 1888


    votre commentaire
  • Qu'est-ce que la substance de l'âme ? Malgré toutes ces années d'étude et d'écoute, il y a quelque chose que je n'avais pas réellement et profondément compris. C'est le phénomène de cristallisation de l'âme dans la matière et de sa différenciation par cette cristallisation. L'âme qui s'incarne dans une entité humaine ne peux à l'origine dire "Je", et c'est cela le dessein du "créateur", venir dans la matière et prenant les "feux de la matière", devenir par l'homme et grâce à l'homme auto-conscient de sa propre divinité....

    Je vous souhaite une bonne lecture et une belle méditation.

    Lodela Fontaine

    Qu'est-ce qu'en fait l'après vie, si l'on peut s'imaginer ce que cela représente en lisant les livres, on peut se demander ce qu'est la substance de l'âme réellement, une fois qu'elle est décorporée, hors de son corps. Pour bien comprendre la différence qu'il y a et en même temps l'unité qu'il y a dans la vie physique et la vie de l'au-delà, la vie invisible, la vie de l'âme, il faut comprendre ces délimitations qui cloisonnent les différents plans. Ces délimitations ne sont pas véritablement importante au sens occulte, Cependant ce qu' il faut comprendre c'est que ces voiles en fait car il s'agit plutôt de voile, la substance n'est pas plus épaisse, ces voiles sont des conditionnements. Quand l'entité descend dans la matière, elle va nécessairement passer à travers ce voile, exactement comme vous passeriez à travers le rideau d'une chute d'eau même si vous alliez simplement à l'intérieur de la grotte qui se trouve cachée derrière ce rideau d'eau et si cette grotte est sèche vous arriveriez quand même mouillés.

    Quand l'âme va s'incarner, elle va de façon incontournable se trouver en face de ce rideau de condition, en face de ce rideau d'information, non seulement d'information dues à la matière, à l'époque où elle va s'incarner et aussi dues à son propre karma et au karma collectif avec lequel elle va devoir jouer pendant toute son incarnation. Et toutes ces informations s'accolent par l'exercice d'un magnétisme qui provient directement de l'atome centrale de l'âme, Il faut considérer l'âme, comme un petit soleil ou un petit atome qui a une très forte attraction magnétique pour pouvoir s'incarner, puiser les informations, puiser le conditionnement qui lui est nécessaire et aussi pour pouvoir disposer d'une mémoire.

    Il ne peut pas y avoir d'incarnation s'il n'y a pas la possibilité de mémoriser. Cette faculté se retrouve sur le plan physique au niveau cérébral, mais c'est avant tout la particularité de l'âme et c'est grâce à cette faculté d'attraction, un magnétisme attractif très puissant que l'âme va pouvoir mémoriser. Elle va pouvoir ainsi être en relation avec sa personnalité, s'ancrer dans sa personnalité, avoir un pont jeté entre elle et la personnalité et pouvoir puiser dans tous les événements qui vont arriver à la personnalité, de façon à s'en enrichir. Donc quand le manteau a été revêtu, car il s'agit de cela, de revêtir un manteau, un manteau d'information, de conditionnement, c'est comme une main qui rentre dans un gant et c'est à ce moment là, que l'homme traditionnel va s'éveiller à la vie. A ce moment là, sa conscience subjective qui est la conscience de l'âme, qui est donc l'esprit, cette conscience là va partir très loin, non pas dans l'espace, non pas dans le temps, non pas même dans la capacité d'être conscient mais un peu comme deux planètes s'étant trop rapprochée sont obligées pour ne pas se détruire ensuite de se séparer et créer deux pôles. Par le jeu des forces de ces deux pôles une troisième vie à lieu, que l'on va appeler ensuite la personnalité.

    Autrement dit, il y a l'âme dans son domaine avec sa puissance magnétique, avec son pont jeté jusqu'à la matière et il y a au bout la matière avec tout le code génétique, tout le code du karma individuel et du karma collectif. Ce conditionnement est complètement inconscient c'est à dire qu'il peut exister sans qu'il y est forcément la prise de possession d'une âme. C'est quelque chose qui est vide qui est comme une coque. Et ce qui va engendrer la vie, c'est le rapprochement des deux puis l'éloignement des deux qui va engendrer ce que l'on appelle la personnalité. La personnalité est à traiter comme une psychologie en fait, plus que comme la somme des données génétiques et des données karmiques.

    Lorsque cette troisième personne est née que l'on appelle la personnalité elle va traiter les informations de cette matière et venant de cette âme et va essayer d'y voir clair dans le jeu. C'est elle qui ensuite va poser des questions et réclamer des réponses.

    Quand on parle d'incarnation, on parle de chute de l'âme dans la matière, il est vrai que l'on peut admettre ce concept, cependant, si l'on veut être juste dans la notion des choses, il faut savoir que ce qui habite en vous ici et maintenant, ce n'est pas votre âme qui habite votre corps.

    Ce qui est dans votre corps, est un réseau d'énergie en provenance de votre âme d'où la difficulté pour vous-mêmes d'être si centré, d'être aligné, d'être toujours aussi spirituel que vous le voudriez, d'être toujours positif comme vous le voudriez, de voir la vie comme vous savez que les saints arrivent à voir la vie.

    Tout est projection et qui dit projection dit que la partie principale va rester à sa place tandis que les faisceaux d'énergie vont être envoyés pour siéger dans les endroits précis prévus pour cela, pour recevoir le lien, le cordon ombilical avec l'âme.

    lorsque un individu est jeune, sa personnalité va être rustre, grossière et son âme très lointaine. Plus quelqu'un est évolué, moins il y aura de particules dues au plan physique, à l'entité collective et plus il y aura la présence l'âme, jusqu'à un point tel qu'un jour, seul l'âme, l'entier de l'âme habitera dans le corps, et ce moment-là tout en étant un moment le plus fort dans l'incarnation et dans l'évolution, est en même temps, le plus terrible et le plus douloureux. Non pas parce qu'il y aurait encore une épreuve initiatique ou parce qu'il aurait véritablement une douleur de l'âme à être dans sa matière, mais tout simplement au moment, où l'âme est la plus incarnée, au moment où l'âme est la plus proche de la matière, elle doit aussi s'en séparer.

    Pour comprendre ce que je viens d'être dit, il faut pouvoir soupçonner, intuitionner que dans sa vie substantielle, l'âme si on peut la considérer comme divine, comme spirituelle, comme étant pur esprit, l'âme est cependant dépourvue de moyens d'action, de moyens réflexion, pas réflexion au sens de la pensée qui réfléchit, de réflexion au sens de miroir qui reflète.

    C'est comme si, en étant pur esprit, en étant à l'origine des choses, l'âme n'avait pas le pouvoir d'identification vis-à-vis d'elle-même, non pas le pouvoir d'identification par rapport au cosmos, mais surtout vis-à-vis d'elle-même. Dans les premiers moments de la vie, ce que l'on appelle le pur esprit, ce que l'on appelle la pure conscience ressemble étrangement à une zone que l'on ne peut pas qualifier d'inconscience, mais c'est une conscience qui dort. Pour rendre pleinement rayonnante et active cette unité de conscience, il va falloir la plonger dans un processus qui s'appelle l'identification et l'identification ne peut pas avoir lieu s'il n'y a pas de séparativité, donc si l'on ne sépare pas les unités de conscience, les unes vis-à-vis des autres, ce qui revient à les enfermer dans des bouteilles que l'on va ensuite appeler Pierre, Paul ou Jacques, ce qui n'empêche que dans ces bouteilles, est présente la même substance que dans toutes les autres bouteilles, la même unité, mais pour un certain temps jusqu'à ce que le pouvoir soit réveillé, jusqu'à ce que l'auto-conscience soit générée, il va falloir enfoncer ces unités dans la différenciation, dans l'identification, et admettre, supporter, attendre que tout le négatif de ce processus d'identification et de séparativité soit complètement écumé. C'est ce que l'on va appeler ensuite l'évolution, c'est ce que les hommes appellent l'évolution, que toutes les théories occultes appellent l'évolution, c'est tout ce processus, où l'esprit doit sortir du négatif de l'identification....

    Transcription des 50 premières minutes de la conférence ->  http://conscienceuniverselle.eklablog.com/12-03-89-ce-qu-est-la-substance-de-l-ame-a131015856

    La conférence audio en entier -> http://conscienceuniverselle.eklablog.com/conferences-audio-pastor-1989-a120313156

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • Douce lutte pour intégrer la vibration de principes supérieursL'expérience ponctuelle d'un état de vibration supérieur est relativement commun. Particulièrement pour les personnes pratiquants une forme de méditation. L'intégration d'un plan vibratoire est beaucoup plus aléatoire et nécessite d'accorder l'entièreté de sa vie à cette vibration. Vibration qui n'est autre qu'un plan de conscience plus vaste, plus ample. Dans la tradition occulte, il est dit qu'un plan de conscience ne s’acquiert pas, il s'atteint. La conscience est en effet l'essence même de la manifestation. La volonté ascétique permet dans de nombreux cas l'expérience parfois durable de plans supérieurs, mais elle laisse souvent en jachère le germe des plans inférieurs qui reviendront plus tard au premier plan. Le livre de Jack Kornfield, "Après l'extase, la lessive" exprime cela par de nombreux exemples. L'objet de cet article est à partir de ma propre expérience de décrire tout autant que cela se peut, le cheminement perçu pour s'affranchir durablement de ce plan vibratoire inférieur et comment cela se manifeste.

    Cinq préceptes :

    1 - Se dessaisir de la question du but

    Cela n'est pas évident,  l'engagement ou la focalisation intérieure provient d'une impulsion d'un plan vibratoire supérieur, et au-delà de ce plan, de l'âme, mais il est repris et compris à partir de la personnalité et de sa psychologie. Et cela ne peut être autrement dans un premier temps. Le Moi cherche à satisfaire ses besoins de sécurité, d'amour et de reconnaissance. Se dessaisir de la question du but nécessite que le Moi ne recherche plus dans la démarche ses propres besoins et parallèlement que l'impulsion de plans supérieurs reste présente à la conscience et aussi qu'elle est suffisamment dynamisée le témoin en soi. Cela peut être long et nécessiter de nombreux aller-retour. J'ai pu progressivement repérer lorsque l'énergie de la personnalité cherchait un but qui lui était propre afin de maintenir sa propre économie psychique et énergétique. Le bonheur, le magique et le merveilleux, vivre quelque chose d'exceptionnel, avoir des perceptions, des intuitions, des dons ... . 

    Se dessaisir de la question du but est aussi comprendre, que ce n'est pas le Moi qui se réalise dans la quête initiatique. Réaliser cela a de multiples implications et il est indispensable d'en saisir profondément le sens.

    2- Dynamiser la posture du témoin au cœur de la méditation

    Il est nécessaire de travailler à une forme de désidentification de la personnalité au corps, aux émotions, aux pensées. j'ai longtemps travaillé cela par une forme de Mantra :

    "j'ai un corps mais je ne suis pas ce corps, j'ai des émotions mais je ne suis pas ces émotions, j'ai des pensées mais je ne suis pas ces pensées. En vérité, je suis convaincu et j'affirme que je suis un centre de pur conscience ..."

    Lorsque nous persistons à prendre cette posture de témoin, dans la méditation et aussi dans la vie courante, il faut rester vigilant à que ce ne soit pas un simple clivage du plan émotionnel et une forme de retrait face à la souffrance. La position de témoin juste est d'éprouver sans s'identifier ....

    3 - Sonder pleinement le désir et focaliser l'intention

    Le rapport des forces en l'homme est magnétique, c'est à dire que nous sommes conviés à vivre certaines expériences en fonction du rapport de force entre nos différents centres d'énergies et les plans de conscience correspondant. Le désir dans le langage commun est toujours attaché à un objet ou à un sentiment. Sur un plan subjectif et ésotérique le désir est l'art de l'attraction et de la manifestation sur le plan astral. Dans le travail magique, lorsque une forme pensée est crée, la nourrir de l'intention permet à cette forme pensée de vibratoirement prendre corps. L'homme est un être de désir, le travail évolutif n'échappe pas à cette loi, cependant faut-il bien comprendre la nature du désir qui doit être activé.

    4- Approcher cet espace sans forme au-delà du mental concret "vacuité" et développer "la présence" de cet espace

    L'art de la méditation permet à l'esprit de comprendre sa nature. Au-delà de la production de la pensée, il y a un champ. Ce champ est une Présence sans forme. Le travail consiste à "respirer " cette présence comme saisir le parfum d'une fleur et  se nourrir de cette substance.

    5- Éprouver la cohabitation du moi historique et de la "présence"

    Nous supposons que la manifestation dans la dualité est une nécessité de la création. Comme si cela était une expansion interne du Créateur, une régénération. Accomplir le dessein du créateur serait de donner totale conscience à cet être incarné, et qu'il puisse se saisir des feux de la matière et qu'il deviennent ainsi un créateur. 

    A un niveau tout à fait humain, ce que j'appelle la Présence qui à mon avis est un ambassadeur de l'âme, et le moi historique doivent cohabiter, ce dernier cherchant constamment l'inspiration de la présence et à terme en être son serviteur.

    Cependant la Présence n'est pas  toujours assez forte pour trouver les réponses rapides et opérationnelles nécessaires à la vie sociale et le référent devient souvent le moi historique. D'où parfois cette étrange cohabitation.

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    LTraité sur les 7 Rayons - Astrologie ésotérique’astrologie ésotérique est la science des relations existant entre les différentes énergies et forces dominantes qui exercent leur influence sur l’univers tout entier avec tout ce qu’il renferme. La Sagesse Ancienne nous enseigne que l’univers est un être vivant.

    C’est précisément la vie de cette entité qu’étudie l’astrologie ésotérique, en même temps que les forces et les énergies, les impulsions et les rythmes, les cycles et les ères successives.

     

     

    Traité sur les 7 Rayons - Astrologie ésotérique Cliquez -> ici

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Traité sur les 7 rayons - Psychologie ésotérique Volume I et IIVOLUME I PSYCHOLOGIE ÉSOTÉRIQUE

    La psychologie ésotérique considère l’homme comme une Âme dont la personnalité est l’instrument. Cette personnalité est composée à partir des substances mentale, émotionnelle et physico-éthérique.Fondamentalement, le processus d'évolution est marqué par les énergies diffusées par les sept rayons. Cet ouvrage nous présente la structure de ces rayons au moyen du symbolisme des "Sept Constructeurs Créateurs".

     

    Traité sur les 7 rayons - Psychologie ésotérique Volume I et IICliquez -> ICI

     

     

    VOLUME II PSYCHOLOGIE ÉSOTÉRIQUE IITraité sur les 7 rayons - Psychologie ésotérique Volume I et II

    Sur la Voie qui mène de l'Un à la Pluralité pour ramener finalement vers l'Un, l'humanité se voit enrichie spirituellement, grâce à l'expérience qu'elle fait de la forme. Elle peut alors intégrer toute expérience vécue dans la Vie au sens le plus large. Le second volume traite de façon détaillée des caractéristiques des rayons qui président à la vie, à la conscience et à l'aspect extérieur de l'homme. Cet ouvrage nous offre aussi un aperçu de la situation mondiale appréhendée sous l'angle ésotérique.

     

    Traité sur les 7 rayons - Psychologie ésotérique Volume I et IICliquez -> ICI

     


    votre commentaire
  • Autobiographie inachevéeAlice Ann Bailey, dite Alice Bailey ou A.A.B., était un écrivain britannique. Née le 16 juin 1880 à Manchester sous le nom d'Alice LaTrobe Bateman, elle fut mariée à Foster Bailey. Elle est décédée le 15 décembre 1949.Reconnue comme une des personnalités fondatrices du mouvement du New Age, Alice Bailey a écrit une vingtaine d'ouvrages ésotériques, ainsi que des articles pour le Lucis Trust, institut spiritualiste qu'elle fonda en 1920.

    Esquisse biographique

    Dans son dernier ouvrage publié à titre posthume, Autobiographie inachevée, Alice Bailey relate son aventure littéraire et initiatique. Après avoir été chrétienne évangélique et adepte de la Société Théosophique, Alice Bailey fonde l'École Arcane en 1923. Elle affirme que la plupart des ouvrages qu'elle a écrits lui ont été dictés par télépathie par le Tibétain Djwal Khul, un « Maître de Sagesse » (voir l'article Théosophie).Le thème de ses ouvrages consiste en un enseignement ésotérique autonome, se proposant d'être un complément plus détaillé et structuré de l'étude des Stances de Dzyan, ouvrage sacré hindou analysé auparavant par la théosophe Mme Blavatsky dans son œuvre La Doctrine Secrète. Ses 26 ouvrages ont popularisé des notions telles que la venue du Nouvel Age et l'avènement du « Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde », au travers de « triangles ésotériques » – réunions d'individus par groupes de trois, supposés travailler en réseau avec leurs énergies pour l'aide spirituelle à l'Humanité – qu'Alice Bailey a commencé à organiser en 1937. Ces triangles se fondent sur un mantra connu sous le nom de Grande Invocation, utilisé par des milliers de groupes ésotériques à travers le monde encore aujourd'hui1. De nos jours, l'enseignement d'Alice Bailey continue d'être diffusé et étudié au travers de l'École Arcane et de sa maison d'édition le Lucis Trust.

    École Arcane

    Alice Bailey a fondé l'École Arcane en 1923 qui est une des premières société de spiritualité relevant du mouvement du Nouvel Age.

    Thèmes principaux

    Le corpus théorique d'Alice Bailey et du Maître Djwal Khul s'articule autour de thématiques héritées de l'enseignement spiritualiste de la Société Théosophique de Mme Blavatsky.·                                 

    Le fonctionnement de l'âme à partir des Yoga Sutras de Patanjali

    · La méditation occulte

    ·  La réincarnation et la question du Karma

    · Les rayons, étude de l'influence des 7 rayons cosmiques - énergies spirituelles supposées influencer la vie dans les différents domaines de l'existence (civilisations, nations, animaux, psychologie et vie spirituelle de toute entité individualisée, etc.)

    Autobiographie inachevée Cliquez -> ICI


    votre commentaire
  •  

     

     

    Agni Yoga

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                              Cliquez ---> ICI


    votre commentaire
  • Les deux volumes contiennent le texte d'une série d'instructions données individuellement et collectivement par un Maître de la Sagesse à un groupe de disciples pendant une période de quinze ans.  On y trouve également des indications concernant la méditation, l'initiation et les six stades du discipulat. Chaque fois, l'accent est mis sur le travail de groupe, la fusion du groupe et la conscience de groupe, étant donné que l'entraînement à l'initiation n'est plus dispensé à chaque disciple individuellement mais à des groupes de disciples.

    Tome 1                                      Tome 2

     cliquer -> ICI L'Etat de disciple dans le nouvel âge Tome 1 et Tome 2 cliquer -> ICIL'Etat de disciple dans le nouvel âge Tome 1 et Tome 2      

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Traité sur la Magie BlanchePrésentation : En étudiant et en examinant attentivement les idées exposées dans ce livre, il faut tenir compte de certains concepts fondamentaux.

    1. Ce qui est le plus important pour tout étudiant n'est pas tant la personnalité d'un maître que la mesure de vérité que celui-ci apporte, et la faculté de l'étudiant de distinguer entre vérité, vérité partielle et erreur.

    2. Plus l'enseignement ésotérique s'approfondit, plus il entraîne de responsabilité exotérique. Tout étudiant doit donc faire un examen attentif de lui-même et se souvenir que la compréhension vient en appliquant la part de vérité saisie aux problèmes immédiats qui se présentent dans la vie quotidienne, et que la conscience s'accroît par l'usage de la vérité communiquée.

    3. L'attachement dynamique à la voie choisie, avec l'inébranlable persévérance qui surmonte tout ce qui peut arriver, est l'une des conditions indispensables qui conduisent à un royaume, une dimension, un état d'âme connus subjectivement. Cet état de réalisation produit alors des changements dans la forme et le milieu qui correspondent à sa force.

    Ces trois concepts méritent mûre réflexion et leur importance et leur signification doivent être quelque peu saisies pour permettre tout progrès véritable. Mon rôle n'est pas d'indiquer comment appliquer personnellement l'enseignement donné. Chacun doit le faire de soi-même.

    Notre sujet sera la Magie de l’Âme et la pensée-clé, base de tout le contenu de ce livre, se trouve dans les paroles de la Bhagavad-Gîtâ, IV, 6 :

    "Bien que Je sois Celui qui n'est pas né, l’Âme qui ne meurt pas, bien que Seigneur des Êtres, Je me manifeste pourtant comme Seigneur de Ma nature, par le pouvoir magique de l’Âme". [4@5]

    Les statistiques et les connaissances académiques forment la base indispensable de la plupart des études scientifiques ; ici, toutefois, notre attention portera sur l'aspect vie et sur l'application pratique de la vérité dans la vie quotidienne de l'aspirant. Nous étudierons comment devenir praticiens de la magie et comment mieux vivre la vie spirituelle, celle de l'aspirant à l'état de disciple accepté, à notre époque, dans notre condition et notre milieu. Pour cela, nous prendrons les quinze règles de Magie exposées dans un de mes livres précédents, le Traité sur le Feu Cosmique.

    Traité sur la Magie Blanchecliquer ->  ICI
     


    votre commentaire
  • Lettre sur la Méditation OccultePrésentation : La technique de méditation présentée dans cet ouvrage a pour objet premier d'unir étroitement Ame et Personnalité de sorte que l'Ame puisse imprimer la vie qui lui est propre à la structure de la Personnalité. Mais la méditation mettant en jeu des énergies qui, par essence, sont impersonnelles et ignées, il convient de reconnaître les dangers qui pourraient alors surgir afin de mieux les éviter. Ce livre indique les facteurs fondamentaux qui révèlent l'objectif essentiel de la méditation : le service planétaire. 

     

    Lettre sur la Méditation Occultecliquer -> ICI


    votre commentaire
  •  INITIATION HUMAINE ET SOLAIREPRESENTATION

    INITIATION HUMAINE ET SOLAIRE

    Toute initiation est une expansion de la conscience conduisant à la révélation et à l'illumination. C'est une expérience commune à toutes les formes de vie, de la plus grande à la plus petite. Ce livre propose un aperçu des interactions existant entre les règnes minéral, végétal et animal ainsi qu'une explication du travail de la Hiérarchie. Il énonce enfin les quatorze Règles que le néophyte devra appliquer pour devenir Aspirant aux Portes de l'Initiation. 

     INITIATION HUMAINE ET SOLAIRE cliquer -> ICI

     


    votre commentaire
  • Traité sur le Feu Cosmique

    Présentation : Ce livre traite de la structure qui constitue le fondement de l'enseignement occulte dans l'Ere actuelle ainsi que de l'ensemble des vastes processus cosmiques qui se reproduisent à travers tous les domaines de la vie, de l'infiniment grand à l'infiniment petit. La majeure partie du livre est consacrée à l'explication détaillée du Feu solaire, du Feu mental. On y propose enfin un exposé très dense sur la cosmologie, la philosophie et la psychologie pouvant servir d'ouvrage de référence et de manuel d'enseignement. 

     

     

     

    Traité sur le Feu Cosmique Cliquer ->Ici


    votre commentaire
  •  Clic sur le titre   La guérison ésotérique

    Le Livre


    votre commentaire
  • Clic sur le titre  L' Infini Tome 1

    Infini

     

     

     

     

     

     

     

    Clic sur le titre   L' Infini Tome 2

    Infini

     


    votre commentaire