• La vie est infinie. Les règnes s’interpénètrent les uns avec les autresNous voyons bien que la terre est entourée d’une atmosphère et que dans cette atmosphère se développe toutes sortes de créatures.
    La vie n’a pas de limite.
    Que ce soit la vie que vous pouvez percevoir, ou que ce soit celle plus invisible, ou même celle qui vous échappe, parce qu’elle est beaucoup plus grande que vous (la vie des Êtres cosmiques : planètes, étoiles, etc.) donc elle devient invisible par ce même phénomène.
    La vie est infinie.
    Les règnes s’interpénètrent les uns avec les autres, et vivent aux dépens des uns et des autres. Au fur et à mesure qu’une vie biologique s’animait sur la planète, et alors que l’esprit collectif de l’humanité descendait au fur et à mesure dans la matière, afin de lui donner des formes, afin de prédestiner ces formes à devenir humaines, à être capables de tel ou tel talent, chaque individu construisait minutieusement ses différents corps subtils, sans les mettre pour autant encore en activité. Puisque certains de vos corps subtils aujourd’hui, ne fonctionnent pas encore. Cependant ils ont été moulés. C’est comme un code qui leur aurait été donné, de façon à ce que le jour où vous vous en servez, vous puissiez en faire quelque chose. Donc, voilà que la terre se façonne elle-même, animée en cela par l’idée maîtresse de celui que l’on va appeler « le Roi du Monde » ou « le Roi de la Planète » peu importe. C’est celui qui maintient le plan divin sur la planète. Et pour cela il émet une idée, une pensée, qui n’est pas articulée en mots, mais qui est une image.
    Cette image, par sa géométrie, dégage des sons et des couleurs. Ces sons, ces couleurs et ces formes entrent en fusion avec la substance qui n’était pas encore mentale de l’humanité, mais qui était déjà une certaine pensée.
    Ainsi l’humanité a reçu ce plan, et ainsi elle savait ce qu’elle devait créer pour elle-même.Tandis que les parties de la planète que l’humanité n’avait pas à pré-fabriquer, les parties de ce plan étaient tout simplement reprises par la nature et façonnées par la nature du mieux qu’elle le pouvait. Et au fur et à mesure des millénaires qui passaient, l’humanité façonnait les différentes races, façonnait les différents aspects de la planète et en même temps, la nature façonnait ce qu’elle avait à façonner. Et un jour le monde est arrivé au seuil du plan physique tangible et matériel. Au fur et à mesure que la vie s’approchait du plan physique, elle se démultipliait. Notamment, les différents règnes commençaient à se préciser : le règne végétal, le règne animal, très différenciés du règne humain. On ne pouvait plus voir cette seule et unique grande vie initiale, prise un peu comme une seule main fermée, mais on commençait à discerner chaque doigt de la main. Et là, chaque règne de la création, commençait à se séparer.
    Mais il y a eu toute une période où l’humanité en commençant son aventure physique, demeurait extrêmement éthérique et astrale. Les humains ne faisaient que passer à l’intérieur de leurs corps sans pour autant y demeurer suffisamment longtemps, pour avoir une réelle expérience humaine. Cela est difficile à expliquer, je vous demande simplement de l’admettre quelques instants pour pouvoir suivre tout simplement mon argumentation.
    Alors voilà des coques physiques qui sont suffisamment sensibles pour recevoir ces esprits humains, mais que ces esprits humains ne sont pas encore suffisamment attirés par la force de la gravité de la terre. Aucune gravité d’ailleurs n’avait de pouvoir sur ces entités-là. Tout simplement parce que la descente n’était pas suffisamment effectuée, et toute l’humanité comme un seul être, dépendaient des rayons du soleil, puisque c’est de là que toute l’humanité a été éjectée.Eh oui, on vient du soleil, exactement comme un rayon semble sortir, semble être émis par le soleil. De la même façon, des groupes d’humanités sont projetés à l’intérieur de ce grand ventre qui est le cosmos, et suivant l’histoire du système solaire, suivant son plan, son devoir, suivant la jeunesse ou l’ancienneté des âmes qui sont émises, une des planètes du système solaire va être choisie pour recevoir une vie à caractère physique.Cette humanité dépendant encore trop du soleil n’arrive pas à être attirée par la terre. Autant aujourd’hui, il vous semble difficile de vous échapper de la terre, autant autrefois, il vous a fallu de la volonté pour descendre sur la terre et trouver les moyens d’ancrage. Alors, comme la nature a toute une panoplie de lois à vous offrir, vous les avez acceptées et vous avez sciemment et volontairement inclus dans votre système spirituel, dans votre corps astral, dans votre corps éthérique des lois qui ne sont propres qu’à la nature, comme par exemple la gravité. Grâce à cette loi, une fois que l’homme l’a acceptée, il a eu le pouvoir de descendre et de rester dans son corps, jusqu’au jour d’une certaine mort où il décidait de partir. À ce moment-là, la nature n’exerce plus de loi attractive sur lui, et c’est ainsi que votre esprit au moment de la mort, peut se dégager et repartir vers les plans beaucoup plus subtils.
    Si la nature continuait à exercer son attraction sur vous, vous ne pourriez pas repartir, vous seriez là, à côté de votre corps, comme le font ceux qui sont trop attachés. Et vous seriez comme des âmes en peine, en pleine errance, et vous n’auriez pas plus les moyens de vous réincarner. 
    En fait on ne peut se réincarner correctement que si on provient d’un plan subtil élevé. Ce qui veut dire que toute âme qui est en train d’errer dans le plan astral, doit se dégager de ce plan, doit s’y épuiser, pour retrouver sa légèreté pour partir dans un plan subtil plus élevé, afin que depuis ce plan, se relancer dans la matière. C’est le système du plongeoir, du plongeon et du plongeur. Si je veux plonger dans la piscine, je dois trouver un plongeoir, si petit soit-il, car ce n’est que depuis là que je vais pouvoir m’élancer dans l’eau et faire un plongeon. Je ne peux pas retourner dans l’eau d’une autre manière (imaginons que la piscine est entourée d’une clôture).
    Pour la réincarnation, c’est la même histoire, c’est le même processus. Donc, la nature vous a offert, par sa loi naturelle, le pouvoir de vous incarner, et c’est bien d’ailleurs ce que vous lui reprochez. À cette pesanteur vous lui reprochez d’être justement trop pesante, d’être trop accaparante, vous voudriez être comme des oiseaux de temps en temps. Bien sûr, l’exercice de cette force est ennuyeux jusque sur l’esprit lui-même, puisque l’activité de l’esprit, elle aussi est attirée de ce fait, comme par un aimant, à contempler de plus en plus des choses concrètes. Mais si cela a lieu de la sorte, c’est parce qu’il y a un but précieux et précis. Et vous ne pouvez pas, sous des prétextes de lourdeur psychologique, de lourdeur physique, lourdeur d’une planète, lourdeur d’un système, vous ne pouvez pas envoyer tout cela promener très loin pour y échapper. Ce n’est pas dans le refus d’accomplir qu’il y a une issue pour vous. Mais au contraire, c’est dans le fait, non seulement d’assumer, mais à l’intérieur de cette prise de responsabilité, de découvrir l’énergie qui elle seule, va vous permettre à ce moment-là d’annuler les lois de la nature.
    À partir de ce moment-là, vous ne subissez plus l’attraction terrestre, et la lévitation de certains grands personnages s’explique par ce phénomène-là. Par leurs prières ou leurs méditations, ils entrent dans un état tel qu’ils ne subissent plus l’attraction terrestre. Ils sont comme désaccouplés des lois de la nature et ils redeviennent un élément solaire comme tout homme l’a été à l’origine. Et à ce moment-là, ils se trouvent plus en relation avec le soleil qu’avec une quelconque planète. Donc, les voici légers.
    Au fur et à mesure que vous allez évoluer, que vous allez comprendre, que vous allez accepter l’accomplissement dans la matière, par l’intermédiaire des lois de la nature qui vous sont proposées, vous allez recréer cet état d’apesanteur en vous et jusque dans votre corps physique.Ce qui fait que comme Jésus, vous pouvez après marcher sur l’eau....
     
     
    IMAGE -> Zao-Wou-KI  07.06.85, huile sur toile, 114 x 195 cm, Bridgestone Museum of Art, Ishibashi Foundation, Tokyo. 
     
     
     
     

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires