• Qu'est ce que la justice divine ?La terre n’est pas conçu pour que l’homme soit l’aboutissement de l’acte créateur de Dieu et qu’il y vive une belle vie. La terre est un lieu où chaque âme à droit à son expression pleine et entière, que cela porte préjudice aux autres ou pas.

    L’expression absolue est nécessaire du point de vue de l’âme. Une âme qui n’a pas droit à cette expression ne peut se connaître et se réveiller.  S’il y a un acte d’amour, c’est bien dans le sens de donner la possibilité à l’autre, quel que soit le risque pour soi, d’aller au bout de son expression. 

    L’amour va être  de regarder le voleur cambrioler son voisin et de ne voir en cela qu’une expression et de voir dans cet acte la possibilité pour cette âme de trouver le réveil. Non pas en commettant le vol, mais parce qu’en ayant commis le vol, par le karma et la souffrance ensuite endurée, trouver la possibilité d’un juste comportement. C’est cela le réveil.

    Qu’est-ce que la justice pour nous ?
    Pour nous la justice est conçue sans égocentrisme. La justice est un mouvement de liberté qui fait le poids et la mesure de ce qui est fait, pensé et dit, et qui redétermine les événements par rapport à ces mesures qui ont été prises.
    Vous appelez cela le karma, pour nous c’est une question de miroir. Vous faites quelque chose de blanc, le miroir renvoie du blanc. Vous faites quelque chose de noir, le miroir renvoie du noir. 

    Sur la terre la justice est rendue par un tribunal. On fait référence à des lois et d’après ces lois on juge si l’homme est bon ou mauvais, s’il a droit à des circonstances atténuantes ou pas. Au ciel il n’y a rien de cela, le miroir fait reflet instantanément.
    Le miroir a plusieurs profondeurs.
    Il y a un miroir qui a un impact instantané, pour exemple si maintenant vous frappez votre voisin, votre voisin va vous rendre votre gifle.
    Puis  plus vers le centre du miroir, une zone d’action différée. Un certain nombre d’actions, de pensées, de comportements vont se refléter dans cette deuxième bande et ne vont pouvoir être projetées de nouveau vers l’homme que dans un certain temps. Et, il y a une troisième zone tout au centre du miroir qui est une zone profonde. C’est ce que l’on appelle véritablement le karma que l’on colporte de vie en vie. Ce n’est plus un karma que l’on retrouve demain ou dans dix ans, c’est un karma que l’on retrouvera dans la prochaine vie.

    Lorsqu’un homme assassine, du point de vue de la justice divine, c’est tout simplement la mort qui lui est renvoyée. On ne cherche pas à savoir si c’est horrible, si c’est mal ce qu’il a fait, si c’est un acte que l’on ne peut pas accepter. Rien de tout cela n’est éprouvé dans la justice divine. Il y a simplement un couteau qui s’est levé contre un homme, alors un couteau se lèvera contre celui qui a levé le couteau.

    Si les hommes pensaient un peu plus de cette manière-là, ils arriveraient à faire régner d’avantage de justice auquel ils aspirent. Pourquoi ?

    Tout simplement parce que l’émotion serait réduite. L’émotion étant réduite, le juge humain ne commettrait pas lui-même de karma émotionnel vis-à-vis de l’assassin et de l’assassiné. Car sitôt qu’un spectateur se met à éprouver de la répulsion, du dégoût, de l’horreur vis-à-vis de l’acte, il se met lui-même dans une résonance et il contracte par là même une forme de karma, le karma de son émotion et de sa conception vis-à-vis du bien, vis-à-vis du mal et vis-à-vis de la terre entière et de l’incarnation.

    Alors, comment faire régner la justice, comment prendre soin de la ville, de la vie des autres gens, parce qu’il faut bien prendre soin de la sécurité d’une société ?
    Je te dis simplement fais régner les mêmes articles de lois, édicte les mêmes jugements vis-à-vis des mêmes assassins et des mêmes assassinés, mais pour toi-même, ne te commets pas dans l’émotion, dans cette révolte, dans cette peur. 
    Il y a une différence entre ne pas entrer dans l’horreur d’un geste, dans l’émotion suscitée par un geste et ne pas se soucier d’un geste. Il y a une subtile différence et là est l’endroit de la spiritualité. Lorsque l’homme découvre cette subtile différence, alors on peut dire qu’il a découvert la spiritualité.
    Vous pouvez tout autant vous sentir concernés et responsable de la vie, de la sécurité de vos voisins, de toute une cité et le faire avec un énorme sens du devoir, jusqu’à y perdre votre vie même, sans qu’il y ait jamais l’ombre d’une émotion qui tombe vers le bas, qui tombe vers l’anxiété, vers la révolte, vers le dégoût, vers la peine vis-à-vis de l’assassiné, la colère vis-à-vis de l’assassin.

    Dans quel sentiment va-t-on se trouver ?
    C’est un sentiment très difficile à décrire, puisqu’il est au-delà de l’émotion, sans être devenu de l’indifférence. C’est un sentiment épuré, épuré de la peur, épuré de la révolte et qui ne se soucie donc que du bien qu’il peut faire. Ce qui fait que la justice à ce moment-là n’est pas rendue depuis un point de révolte, de peur et d’anxiété, de vengeance, mais est rendue depuis un point qui ne cherche qu’à rééduquer celui qui a commis cet acte horrible.

     

    La conférence du 26 05 1990 en 4 parties

    La vrai foi

    Qu'est ce que la justice pour nous ?

    La crise financière

    Le pouvoir des étoiles - Ce qu'est l' Autre

     

    La conférence en audio

    26 mai 1990

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor

     


    votre commentaire
  • Comment entrer dans le plan mental, comment quitter les mirages de l'astral, comment sublimer le physique, quel sera notre mode de vie, nous, homme et femme du nouvel âge ?

    Pour faire une synthèse car c'est de synthèse qu'il s'agit, lorsque l'on évoque le plan mental ou plus exactement,  l'atome qui permet à l'homme d'être conscient, et d'irradier sa conscience. Lorsque l'on parle de plan mental, il ne faut pas imaginer une zone de l'être, ou une zone du conscient ou bien une substance qui lui permettrait d'être conscient d'un degré ou d'un autre.

    Il faut comprendre primordialement, que l'énergie qui constitue l'homme est comparable au cœur d'un atome,  d'une particule et autour de cette particule vient se déposer des couches qui ne sont pas des couches pour étouffer la particule ou pour articuler la particule, mais qui sont tout simplement des couches d'expression. Quand je dis articuler, il ne faut pas voir dans ces particules le fait que la particule est besoin de ces couches pour être et pour s'exprimer.

    Il y a donc une essence qui n'a besoin de rien d'autre que d'elle-même pour rayonner.

    Quand on veut parler du plan mental ou d'un quelconque autre plan, bien qu'existant, ces plans là n'ont rien à voir avec la nature primordiale de l'être ou même avec l'essence ou même encore avec son expression jusque sur un plan physique. Un homme ne s'exprimant que par le plan astral ou un homme ne s'exprimant que par le plan mental ou un autre plan en fait n'a besoin d'aucun de ces plans pour s'exprimer sur la terre. Pourquoi ? Parce que l'âme en elle-même est une expression, elle n'a pas en fait besoin d’artifice, ni de bras artificiel, l'expression est elle-même. Le fait qu'elle soit vive et qu'elle pénètre toute la substance de l'univers démontre bien qu'elle est une expression. L'expression de Dieu dans la forme ou de l'essence dans la matière, donc en résumé la vie tout simplement.

    Qu'est ce qui constitue donc les divers plans ?

    Ce qui fait l'existence du plan, c'est tout simplement la création et la constitution de l'univers lui-même. Si l'on retirait de la création l'homme, les animaux et tous les végétaux, tous les minéraux et bien le plan astral, le plan mental ainsi que tous les autres continueraient à exister parce qu'il font parti de l'extériorisation divine.

    Lorsqu'un homme vit de par son plan astral ou de par son plan mental, il ne vit pas de par son propre plan, il vit à l'intérieur du plan astral ou du plan mental d'un Dieu qui le maintien en vie dans son sein. Ou de par le plan astral d'un être planétaire qui lui donne la vie. C'est pour cela que tous les plans existent en l'homme, ce n'est pas parce que ça été donné à l'homme, mais parce que l'homme grandit au travers de ces divers plans qui existent cosmiquement ou universellement. Il n'y a pas à dire, j'ai mon plan astral, j'ai mon plan mental, je dois développer mon mental, je dois développer mon astral et le sublimer. Vous n'avez rien de personnel, tout en fait est impersonnel et l'âme que vous êtes et qui en fait essaie de prendre de plus en plus conscience remonte ces divers plans de l'univers. C'est pourquoi, il ne vous constitue pas en propre et que l'homme n'a pas à y rester pas plus sur le plan mental que sur le plan astral ou d'autres plans supérieur comme par exemple le plan bouddhique. Même sur ce plan là, l'homme en tant qu'essence n'a pas à y demeurer.

    Il ne fait que traverser une substance, un peu comme l'homme traverse les routes et les autoroutes. Ce n'est pas parce que l'homme est voyageur qu'il doit éternellement parcourir les routes. S'il est voyageur c'est qu'il a avant tout un but et il doit emprunter la route pour atteindre son but. Le but c'est lui-même.

     

    La conférence en audio

    Question : L'importance du plan mental ? A travers la matière, l'âme obtient ses feux pour être la force. On ne peut attteindre le mental qu'en passant par l'astral. Pour comprendre la vie, il faut faire une brèche dans le néant qui est en vous-même. La séparation des couples, initier les enfants à devenir mentaux, à ne pas refouler les émotions. Qu'est-ce que l'âme soeur ? Pratiquer le détachement.

    Liège 25 05 88

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Comment se fait-il que la conscience cosmique n’intervienne pas, avant qu’une personne, des personnes ou des groupes, commettent trop de dégâts sur la terre ? 
    Ce n’est pas que la conscience cosmique n’intervienne pas, c’est que les habitants de la terre n’ont pas la conscience véritable, ne connaissent pas la réalité primordiale des choses. Il faut dissocier l’intervention de Dieu par rapport aux calamités, et ce que l’homme aurait aimé que Dieu fasse pour sauver les corps, car en fait, il s’agit de cela.
    Souvent les gens pensent que si Dieu est tout puissant, s’il a tant d’amour, il devrait intervenir plus souvent sur la terre. Ce genre d’esprit ne comprend pas qu’elles sont les lois de la vie et surtout, ils n’ont pas la connaissance ésotérique pour comprendre ce qu’est le plan terrestre, ce qu’est le plan physique, ce qu’est Dieu véritablement. Il faut faire davantage références aux mots initiatiques, qu’aux mots comme : religion, fatalité, destinée etc. À l’heure actuelle, il y a tellement d’enseignements donnés, parfois même faux, ou en tout cas dénaturés, que l’individu croit que Dieu est un Père tout puissant.

    Certains groupes ont tellement emprunté la voie cardiaque, qu’ils ont même dénaturé l’identité de Dieu et falsifié la réalité de la voie initiatique. En disant que tout est perfection, que Dieu est Amour, en disant que Dieu peut intervenir, que les Maîtres ont tout prévu pour l’amélioration, pour le bien, ils impriment dans l’esprit des gens, que l’intervention divine, que l’intervention des Maîtres, est forcément une intervention bénéfique et qu’ils interviennent puisque tout est parfait. Ces voies, qui ne sont pas forcément de mauvaises voies, ont trop schématisé la réalité initiatique.

    En fait, qu’est ce que la terre ?

    La terre est un caillou initiatique où l’on prend ses responsabilités, où l’on agit sous l’effet de la loi de cause à effet, et face à cette loi, le reste est vécu enduré, ou mérité.
    Les voies cardiaques sont de très belles voies, mais dès que l’on va dans ces voies, dans des enseignements du type cardiaque, s’il n’y a pas assez de connaissances ésotériques, des images se créent dans l’esprit des dévots et des suiveurs, qui falsifient complètement la réalité de la terre.
    Ainsi, il y a création d’un double monde où l’individu n’arrive plus à juger de l’utilité du Maître et de la nature de Dieu par rapport au monde, ce qu’est le monde divin par rapport au monde terrestre. Il y a scission, friction, il y a même antagonisme, et le divin est perdu dans ces deux notions de perfection et d’imperfection de la terre, de l’amour de Dieu dans la violence sur la terre.

    L’individu ne sait plus où il est, il n’arrive plus à juger, il se perd en conjectures et finalement en arrive à douter de Dieu, douter de la perfection, douter du bien.

     

    La conférence transcrite en 3 parties

    1 - Comment anoblir la personnalité ?

    2 - Conseils pour méditer

    3 - L'intervention de la conscience

     

    La conférence en audio

    Genève 29 11 1986 durée 2h12

     

    Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire
  • Le concept du mal n'est pas cette chose effroyable que l'homme imagine par ses émotions. Pour l'instant les hommes n'ont en vérité que cette conception émotionnelle du bien et du mal. C'est pour cela qu'ils sont terrorisés, culpabilisés par la notion du mal. C'est pour cela qu'ils veulent systématiquement purifier et pour purifier tuer même des individus. Tout simplement parce que celui qu'il trouve être le suppôt de Satan ou le suppôt du mal leur fait peur et puisqu'ils leur fait peur et qu'ils vivent dans le monde émotionnel, ils n'ont qu'une envie c'est de détruire.

    La conception mentale du bien et du mal est tout à fait différente, d'abord il n'y a plus de peur. Quand je regarde le mal, il est là, mais il n'a plus d'influence sur moi. Il ne risque plus de me contaminer, de me prendre comme ce diable diabolique.

    Il n'est plus capable de me séduire non plus. Dans la perception mentale du bien et du mal, le mal est un événement, un échec, tout simplement, un échec de l'intelligence, du développement, de la sensibilité. L'individu est arrivé dans la vie et il n'a pas compris, la vie était trop forte pour lui. Il s'est replié sur lui-même, et dans ce repli qui est une folie, il se détruit et il détruit le monde ou il détruit les autres. Lorsque l'on comprend le mal de cette manière-là, il ne peut plus me faire peur ni m'atteindre puisqu’il se résume à un échec de la part d'une personne qui n'a pas compris. Je vais devoir donc éduquer la personne. Ma notion du bien repose donc sur le phénomène de l'éducation. Je n'imagine plus le bien comme cette chose quasiment messianique, moi je fais le bien …..j'ouvre mon large manteau et je distribue mes hosties. Mes hosties de bonheur, de vibrations. Je n'ai plus une si haute estime de moi-même et je ne peux plus tirer gloire, ni supériorité de ce que je fais le bien, car ma notion mentale du bien ne peut plus considérer ma personne comme faisant le bien. Je vois le bien comme étant un don de générosité, un partage, une correction qu'après analyse je me sens capable d'offrir à l'autre ou pas capable et j'oriente l'autre vers quelqu'un qui est plus apte que moi. Ce qui veut dire que la notion même de ma personne change.

    Sitôt que je m'élève, et que je ne vais plus vivre uniquement dans le monde de mes émotions, mais commencer à vivre dans le mental, la perception que j'ai de ma vie et du moi, ma perception va être transformée. Le moi n'est plus le centre, puisqu'il n'est plus le centre, il n'est plus non plus le point sur lequel vont s'exercer et s'abattre les forces constructrices et destructrices de l'univers.

    C'est pour cela que je vais en tirer un certain sentiment de sécurité. Lorsque vous approchez, les initiés vous donneront toujours cette impression magnifique, qu'ils ont sûrs d'eux, mais ils ne sont pas sûrs d'eux de la même assurance que le vaniteux, de l'orgueilleux qui en fait n'est sûr que de sa puissance et de sa domination sur les autres. 

    Un initié est sûr de lui parce qu'il sait qui il est. Il n'est pas sûr de pouvoir t'aider, te répondre, il est conscient de ses limites. Mais du fait qu'il n'a plus peur et qu'il ne vit plus dans le monde fantasmagorique des émotions, il sait qui il est et de ce fait il est sûr de lui.

    Qu'est-ce que cela veut dire ? Être sûr de soi et savoir qui l'on est repose sur un contact établi avec l'âme tout simplement ...Ce n'est pas un gros programme, simplement tu imagines des choses qui ne sont pas la réalité, quand tu imagines le contact avec l'âme, tu imagines que tu vas avoir contact avec cet autre moi et qu'il va y avoir du bavardage entre les deux. Et que tu vas pouvoir faire le numéro de téléphone, chaque fois que tu vas avoir besoin d'une intuition et que tu vas dire eh oh l'âme, est-ce que je prends la rue de droite ou la rue de gauche, est-ce que tu crois qu'il y a aura des places de parking si je tourne à gauche, que je trouverais du travail si je me déplace dans tel département.

    Le contact avec l'âme ne va pas servir à ça et ne ressemblera jamais à un contact du petit moi avec le surmoi, il n'y a pas de place pour les deux. Il y a tout simplement un déplacement, un déplacement de la perception, un déplacement de l'intelligence. Tant que je reste dans mes émotions uniquement, la perception de ma vie et de qui je suis, cette perception va être non seulement soumise à mes émotions, mais du fait que je vis dans ce niveau là, je vais percevoir que je suis en danger, car je reçois autant la pression des forces constructrices que destructrices.

     

    Une partie de la conférence transcrite 

    Les méfaits de l'égocentrisme - Comment développer son intuition

    L'homme est une roue, sans arrêt en mouvement - La conception mentale du bien et du mal

     

    La conférence en audio

    26 juin 1994

     

     Le Karma

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

    Je m'inscris au groupe Facebook Pastor


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires