• L'Etre-té Un PRINCIPE Omniprésent, Eternel, Illimité et Immuable, sur lequel toute spéculation est impossible puisqu'il transcende la puissance de conception humaine et ne pourrait être que rapetissé par toute expression ou comparaison. Ce principe est au-delà de l'horizon et de la portée de la pensée – d'après les paroles de la Mandûkya  "inconcevable et innommable" . 

    Afin de comprendre ces idées plus clairement, que le lecteur parte de ce postulat qu'il existe une Seule Réalité Absolue, qui précède tout Etre manifesté et conditionné. Cette Cause Infinie et Eternelle – vaguement formulée dans l' "Inconscient" et l' "Inconnaissable" de la philosophie européenne courante – est la Racine-Sans-Racine de "tout ce qui fut, est, ou sera jamais". Elle est naturellement dépourvue de tout attribut et essentiellement sans relations avec l'Etre manifesté et fini. C'est l' "Etre-té", plutôt que l'Etre, en sanscrit Sat, et c'est au-delà de toute pensée ou spéculation. Cet Etre-té est symbolisé, dans la Doctrine Secrète, sous deux aspects. D'un côté, l'Espace Abstrait, absolu, représentant la pure subjectivité, la seule chose qu'aucun mental humain ne puisse ni exclure d'aucune conception, ni concevoir par lui-même. De l'autre, le Mouvement Abstrait absolu, représentant la Conscience Inconditionnée. Nos penseurs occidentaux eux-mêmes ont prouvé que la conscience, distincte du changement, nous est inconcevable, et que le mouvement est le meilleur symbole du changement, sa caractéristique essentielle. Ce dernier aspect de l'Unique Réalité est aussi symbolisé par le terme "le Grand Souffle", symbole assez expressif pour n'avoir pas à être élucidé. Ainsi, le premier axiome fondamental de la DOCTRINE SECRETE est cet UN ABSOLU métaphysique – l'ETRE-TE – que l'intelligence limitée a symbolisé par la Trinité théologique. 

    Helena Blavatsky - la Doctrine Secrète - 1888


    votre commentaire
  • Qu'est-ce que la substance de l'âme ? Malgré toutes ces années d'étude et d'écoute, il y a quelque chose que je n'avais pas réellement et profondément compris. C'est le phénomène de cristallisation de l'âme dans la matière et de sa différenciation par cette cristallisation. L'âme qui s'incarne dans une entité humaine ne peux à l'origine dire "Je", et c'est cela le dessein du "créateur", venir dans la matière et prenant les "feux de la matière", devenir par l'homme et grâce à l'homme auto-conscient de sa propre divinité....

    Je vous souhaite une bonne lecture et une belle méditation.

    Lodela Fontaine

    Qu'est-ce qu'en fait l'après vie, si l'on peut s'imaginer ce que cela représente en lisant les livres, on peut se demander ce qu'est la substance de l'âme réellement, une fois qu'elle est décorporée, hors de son corps. Pour bien comprendre la différence qu'il y a et en même temps l'unité qu'il y a dans la vie physique et la vie de l'au-delà, la vie invisible, la vie de l'âme, il faut comprendre ces délimitations qui cloisonnent les différents plans. Ces délimitations ne sont pas véritablement importante au sens occulte, Cependant ce qu' il faut comprendre c'est que ces voiles en fait car il s'agit plutôt de voile, la substance n'est pas plus épaisse, ces voiles sont des conditionnements. Quand l'entité descend dans la matière, elle va nécessairement passer à travers ce voile, exactement comme vous passeriez à travers le rideau d'une chute d'eau même si vous alliez simplement à l'intérieur de la grotte qui se trouve cachée derrière ce rideau d'eau et si cette grotte est sèche vous arriveriez quand même mouillés.

    Quand l'âme va s'incarner, elle va de façon incontournable se trouver en face de ce rideau de condition, en face de ce rideau d'information, non seulement d'information dues à la matière, à l'époque où elle va s'incarner et aussi dues à son propre karma et au karma collectif avec lequel elle va devoir jouer pendant toute son incarnation. Et toutes ces informations s'accolent par l'exercice d'un magnétisme qui provient directement de l'atome centrale de l'âme, Il faut considérer l'âme, comme un petit soleil ou un petit atome qui a une très forte attraction magnétique pour pouvoir s'incarner, puiser les informations, puiser le conditionnement qui lui est nécessaire et aussi pour pouvoir disposer d'une mémoire.

    Il ne peut pas y avoir d'incarnation s'il n'y a pas la possibilité de mémoriser. Cette faculté se retrouve sur le plan physique au niveau cérébral, mais c'est avant tout la particularité de l'âme et c'est grâce à cette faculté d'attraction, un magnétisme attractif très puissant que l'âme va pouvoir mémoriser. Elle va pouvoir ainsi être en relation avec sa personnalité, s'ancrer dans sa personnalité, avoir un pont jeté entre elle et la personnalité et pouvoir puiser dans tous les événements qui vont arriver à la personnalité, de façon à s'en enrichir. Donc quand le manteau a été revêtu, car il s'agit de cela, de revêtir un manteau, un manteau d'information, de conditionnement, c'est comme une main qui rentre dans un gant et c'est à ce moment là, que l'homme traditionnel va s'éveiller à la vie. A ce moment là, sa conscience subjective qui est la conscience de l'âme, qui est donc l'esprit, cette conscience là va partir très loin, non pas dans l'espace, non pas dans le temps, non pas même dans la capacité d'être conscient mais un peu comme deux planètes s'étant trop rapprochée sont obligées pour ne pas se détruire ensuite de se séparer et créer deux pôles. Par le jeu des forces de ces deux pôles une troisième vie à lieu, que l'on va appeler ensuite la personnalité.

    Autrement dit, il y a l'âme dans son domaine avec sa puissance magnétique, avec son pont jeté jusqu'à la matière et il y a au bout la matière avec tout le code génétique, tout le code du karma individuel et du karma collectif. Ce conditionnement est complètement inconscient c'est à dire qu'il peut exister sans qu'il y est forcément la prise de possession d'une âme. C'est quelque chose qui est vide qui est comme une coque. Et ce qui va engendrer la vie, c'est le rapprochement des deux puis l'éloignement des deux qui va engendrer ce que l'on appelle la personnalité. La personnalité est à traiter comme une psychologie en fait, plus que comme la somme des données génétiques et des données karmiques.

    Lorsque cette troisième personne est née que l'on appelle la personnalité elle va traiter les informations de cette matière et venant de cette âme et va essayer d'y voir clair dans le jeu. C'est elle qui ensuite va poser des questions et réclamer des réponses.

    Quand on parle d'incarnation, on parle de chute de l'âme dans la matière, il est vrai que l'on peut admettre ce concept, cependant, si l'on veut être juste dans la notion des choses, il faut savoir que ce qui habite en vous ici et maintenant, ce n'est pas votre âme qui habite votre corps.

    Ce qui est dans votre corps, est un réseau d'énergie en provenance de votre âme d'où la difficulté pour vous-mêmes d'être si centré, d'être aligné, d'être toujours aussi spirituel que vous le voudriez, d'être toujours positif comme vous le voudriez, de voir la vie comme vous savez que les saints arrivent à voir la vie.

    Tout est projection et qui dit projection dit que la partie principale va rester à sa place tandis que les faisceaux d'énergie vont être envoyés pour siéger dans les endroits précis prévus pour cela, pour recevoir le lien, le cordon ombilical avec l'âme.

    lorsque un individu est jeune, sa personnalité va être rustre, grossière et son âme très lointaine. Plus quelqu'un est évolué, moins il y aura de particules dues au plan physique, à l'entité collective et plus il y aura la présence l'âme, jusqu'à un point tel qu'un jour, seul l'âme, l'entier de l'âme habitera dans le corps, et ce moment-là tout en étant un moment le plus fort dans l'incarnation et dans l'évolution, est en même temps, le plus terrible et le plus douloureux. Non pas parce qu'il y aurait encore une épreuve initiatique ou parce qu'il aurait véritablement une douleur de l'âme à être dans sa matière, mais tout simplement au moment, où l'âme est la plus incarnée, au moment où l'âme est la plus proche de la matière, elle doit aussi s'en séparer.

    Pour comprendre ce que je viens d'être dit, il faut pouvoir soupçonner, intuitionner que dans sa vie substantielle, l'âme si on peut la considérer comme divine, comme spirituelle, comme étant pur esprit, l'âme est cependant dépourvue de moyens d'action, de moyens réflexion, pas réflexion au sens de la pensée qui réfléchit, de réflexion au sens de miroir qui reflète.

    C'est comme si, en étant pur esprit, en étant à l'origine des choses, l'âme n'avait pas le pouvoir d'identification vis-à-vis d'elle-même, non pas le pouvoir d'identification par rapport au cosmos, mais surtout vis-à-vis d'elle-même. Dans les premiers moments de la vie, ce que l'on appelle le pur esprit, ce que l'on appelle la pure conscience ressemble étrangement à une zone que l'on ne peut pas qualifier d'inconscience, mais c'est une conscience qui dort. Pour rendre pleinement rayonnante et active cette unité de conscience, il va falloir la plonger dans un processus qui s'appelle l'identification et l'identification ne peut pas avoir lieu s'il n'y a pas de séparativité, donc si l'on ne sépare pas les unités de conscience, les unes vis-à-vis des autres, ce qui revient à les enfermer dans des bouteilles que l'on va ensuite appeler Pierre, Paul ou Jacques, ce qui n'empêche que dans ces bouteilles, est présente la même substance que dans toutes les autres bouteilles, la même unité, mais pour un certain temps jusqu'à ce que le pouvoir soit réveillé, jusqu'à ce que l'auto-conscience soit générée, il va falloir enfoncer ces unités dans la différenciation, dans l'identification, et admettre, supporter, attendre que tout le négatif de ce processus d'identification et de séparativité soit complètement écumé. C'est ce que l'on va appeler ensuite l'évolution, c'est ce que les hommes appellent l'évolution, que toutes les théories occultes appellent l'évolution, c'est tout ce processus, où l'esprit doit sortir du négatif de l'identification....

    Transcription des 50 premières minutes de la conférence ->  http://conscienceuniverselle.eklablog.com/12-03-89-ce-qu-est-la-substance-de-l-ame-a131015856

    La conférence audio en entier -> http://conscienceuniverselle.eklablog.com/conferences-audio-pastor-1989-a120313156

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • Douce lutte pour intégrer la vibration de principes supérieursL'expérience ponctuelle d'un état de vibration supérieur est relativement commun. Particulièrement pour les personnes pratiquants une forme de méditation. L'intégration d'un plan vibratoire est beaucoup plus aléatoire et nécessite d'accorder l'entièreté de sa vie à cette vibration. Vibration qui n'est autre qu'un plan de conscience plus vaste, plus ample. Dans la tradition occulte, il est dit qu'un plan de conscience ne s’acquiert pas, il s'atteint. La conscience est en effet l'essence même de la manifestation. La volonté ascétique permet dans de nombreux cas l'expérience parfois durable de plans supérieurs, mais elle laisse souvent en jachère le germe des plans inférieurs qui reviendront plus tard au premier plan. Le livre de Jack Kornfield, "Après l'extase, la lessive" exprime cela par de nombreux exemples. L'objet de cet article est à partir de ma propre expérience de décrire tout autant que cela se peut, le cheminement perçu pour s'affranchir durablement de ce plan vibratoire inférieur et comment cela se manifeste.

    Cinq préceptes :

    1 - Se dessaisir de la question du but

    Cela n'est pas évident,  l'engagement ou la focalisation intérieure provient d'une impulsion d'un plan vibratoire supérieur, et au-delà de ce plan, de l'âme, mais il est repris et compris à partir de la personnalité et de sa psychologie. Et cela ne peut être autrement dans un premier temps. Le Moi cherche à satisfaire ses besoins de sécurité, d'amour et de reconnaissance. Se dessaisir de la question du but nécessite que le Moi ne recherche plus dans la démarche ses propres besoins et parallèlement que l'impulsion de plans supérieurs reste présente à la conscience et aussi qu'elle est suffisamment dynamisée le témoin en soi. Cela peut être long et nécessiter de nombreux aller-retour. J'ai pu progressivement repérer lorsque l'énergie de la personnalité cherchait un but qui lui était propre afin de maintenir sa propre économie psychique et énergétique. Le bonheur, le magique et le merveilleux, vivre quelque chose d'exceptionnel, avoir des perceptions, des intuitions, des dons ... . 

    Se dessaisir de la question du but est aussi comprendre, que ce n'est pas le Moi qui se réalise dans la quête initiatique. Réaliser cela a de multiples implications et il est indispensable d'en saisir profondément le sens.

    2- Dynamiser la posture du témoin au cœur de la méditation

    Il est nécessaire de travailler à une forme de désidentification de la personnalité au corps, aux émotions, aux pensées. j'ai longtemps travaillé cela par une forme de Mantra :

    "j'ai un corps mais je ne suis pas ce corps, j'ai des émotions mais je ne suis pas ces émotions, j'ai des pensées mais je ne suis pas ces pensées. En vérité, je suis convaincu et j'affirme que je suis un centre de pur conscience ..."

    Lorsque nous persistons à prendre cette posture de témoin, dans la méditation et aussi dans la vie courante, il faut rester vigilant à que ce ne soit pas un simple clivage du plan émotionnel et une forme de retrait face à la souffrance. La position de témoin juste est d'éprouver sans s'identifier ....

    3 - Sonder pleinement le désir et focaliser l'intention

    Le rapport des forces en l'homme est magnétique, c'est à dire que nous sommes conviés à vivre certaines expériences en fonction du rapport de force entre nos différents centres d'énergies et les plans de conscience correspondant. Le désir dans le langage commun est toujours attaché à un objet ou à un sentiment. Sur un plan subjectif et ésotérique le désir est l'art de l'attraction et de la manifestation sur le plan astral. Dans le travail magique, lorsque une forme pensée est crée, la nourrir de l'intention permet à cette forme pensée de vibratoirement prendre corps. L'homme est un être de désir, le travail évolutif n'échappe pas à cette loi, cependant faut-il bien comprendre la nature du désir qui doit être activé.

    4- Approcher cet espace sans forme au-delà du mental concret "vacuité" et développer "la présence" de cet espace

    L'art de la méditation permet à l'esprit de comprendre sa nature. Au-delà de la production de la pensée, il y a un champ. Ce champ est une Présence sans forme. Le travail consiste à "respirer " cette présence comme saisir le parfum d'une fleur et  se nourrir de cette substance.

    5- Éprouver la cohabitation du moi historique et de la "présence"

    Nous supposons que la manifestation dans la dualité est une nécessité de la création. Comme si cela était une expansion interne du Créateur, une régénération. Accomplir le dessein du créateur serait de donner totale conscience à cet être incarné, et qu'il puisse se saisir des feux de la matière et qu'il deviennent ainsi un créateur. 

    A un niveau tout à fait humain, ce que j'appelle la Présence qui à mon avis est un ambassadeur de l'âme, et le moi historique doivent cohabiter, ce dernier cherchant constamment l'inspiration de la présence et à terme en être son serviteur.

    Cependant la Présence n'est pas  toujours assez forte pour trouver les réponses rapides et opérationnelles nécessaires à la vie sociale et le référent devient souvent le moi historique. D'où parfois cette étrange cohabitation.

     

     

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires