• vkvnqe2f.gif

    Je crois que nous vivons un temps historique. Autant, au niveau du monde tangible, nous pouvons avoir des craintes d'une montée de l'Islamisme, autant au niveau ésotérique, nous en sommes bien loin. Nous avons pour une fois une vision des bienfaits de la mondialisation. Cette volonté démocratique est extaordinaire. Les dictateurs déchues ne résistent pas, leurs propres corps font naufrage et ne peuvent contenir ces nouvelles énergies. Comment en occident ces mêmes énergies vont influer le niveau politique  qui est aussi dans une mesure différente, assez corrompu. La collusion du pouvoir économique et politique n'a jamais été aussi visible et ces principes oligarchiques montrent la déchéance de notre système. 

    A gauche, les archaïsmes sont fort aussi, l'extrême gauche ou le Front de gauche vivent sur les vieux schémas de l'ancienne politique de l'ancien monde. Comment les nouvelles énergies vont influer sur notre système. Nous pouvons craindre que l'Europe et la France ne sont pas prêt pour que le pas se fassent. La précarité grandissante ne touche pas encore massivement les classes moyennes. Mais ce ne sera probablement pas ce levier là qui portera le changement. Je rêverais d'un chef d'Etat neuf en France qui n'est pas vécu ces parcours politiques tortueux, remplis de chausse-trappe et de trahisons. Un homme ou une femme qui mette en oeuvre des valeurs au-delà de la terrifiante "real politic" qui se décline par vente d'armes, commission occulte, soutien des guerres et des dictatures, recherche de l'intérêt national ... Nous avons une vision de retard, difficile de voir ce que sera demain.


    votre commentaire
  • Le conte chaud et doux des chaudoudous (C'est par ce conte que Christophe Allain a débuté notre journée de stage)

    - Les hommes ne donnent pas d'amour car s'ils en donnent, ils ont peur d'en manquer -

     

     Il était une fois, dans des temps très anciens, des gens qui vivaient très heureux. Ils s'appelaient Timothée et Marguerite et avaient deux enfants, Charlotte et Valentin.
    Ils étaient très heureux et avaient beaucoup d'amis.

    Pour comprendre à quel point ils étaient heureux, il faut savoir comment on vivait à cette époque-là. Chaque enfant, à sa naissance, recevait un sac plein de chaudoudoux. Je ne peux pas dire combien il y en avait dans ce sac on ne pouvait pas les compter. Ils étaient inépuisables. Lorsqu'une personne mettait la main dans son sac, elle trouvait toujours un chaudoudou. Les chaudoudoux étaient très appréciés. Chaque fois que quelqu'un en recevait un, il se sentait chaud et doux de partout.

    Ceux qui n'en avaient pas régulièrement finissaient par attraper mal au dos, puis ils se ratatinaient, parfois même en mouraient. En ce temps-là, c'était très facile de se procurer des chaudoudoux. Lorsque quelqu'un en avait envie, il s'approchait de toi et te demandait : " Je voudrais un chaudoudoux ". Tu plongeais alors la main dans ton sac pour en sortir un chaudoudou de la taille d'une main de petite fille. Dès que le chaudoudoux voyait le jour, il commençait à sourire et à s'épanouir en un grand et moelleux chaudoudoux. Tu le posais alors sur l'épaule, la tête ou les genoux, et il se pelotonnait câlineusement contre la peau en donnant des sensations chaleureuses et très agréables dans tout le corps.

    Les gens n'arrêtaient pas d'échanger des chaudoudoux. et, comme ils étaient gratuits, on pouvait en avoir autant que l'on en voulait. Du coup, presque tout le monde vivait heureux et se sentait chaud et doux.

    Je dis « presque », car quelqu'un n'était pas content de voir les gens échanger des chaudoudoux. C'était la vilaine sorcière Belzépha. Elle était même très en colère. Les gens étaient tous si heureux que personne n'achetait plus ses philtres ni ses potions. Elle décida qu'il fallait que cela cesse et imagina un plan très méchant.

    Un beau matin, Belzépha s'approcha de Timothée et lui parla à l'oreille tandis qu'il regardait Marguerite et Charlotte jouer gaiement. Elle lui chuchota : « Vois-tu tous les chaudoudoux que Marguerite donne à Charlotte ? Tu sais, si elle continue comme cela, il n'en restera plus pour toi ». Timothée s'étonna : « Tu veux dire qu'il n'y aura plus de chaudoudoux dans notre sac chaque fois que l'on en voudra un ? » « Absolument, répondit Belzépha. Quand il n'y en a plus, c'est fini ». Et elle s'envola en ricanant sur son balai. Timothée prit cela très au sérieux, et désormais, lorsque Marguerite faisait don d'un chaudoudoux à quelqu'un d'autre que lui, il avait peur qu'il ne lui en reste plus.

    Et si la sorcière avait raison ? Il aimait beaucoup les chaudoudoux de Marguerite, et l'idée qu'il pourrait en manquer l'inquiétait profondément, et le mettait même en colère. Il se mit à la surveiller pour ne pas qu'elle gaspille les chaudoudoux et en distribue trop aux enfants ou à n'importe qui.

    Puis il se plaignit chaque fois que Marguerite donnait un chaudoudoux à quelqu'un d'autre que lui. Comme Marguerite l'aimait beaucoup, elle cessa d'offrir des chaudoudoux aux autres et les garda pour lui tout seul. Les enfants voyaient tout cela, et ils pensaient que ce n'était vraiment pas bien de refuser des chaudoudoux à ceux qui vous en demandaient et en avaient envie. Mais eux aussi commencèrent à faire très attention à leurs chaudoudoux. Ils surveillaient leurs parents attentivement, et quand ils trouvaient qu'ils donnaient trop de chaudoudoux aux autres, ils s'en plaignaient. Ils étaient inquiets à l'idée que leurs parents gaspillent les chaudoudoux.

    La vie avait bien changé : le plan diabolique de la sorcière marchait ! Ils avaient beau trouver des chaudoudoux à chaque fois qu'ils plongeaient la main dans leur sac, ils le faisaient de moins en moins et devenaient chaque jour plus avares. Bientôt tout le monde remarqua le manque de chaudoudoux, et tout le monde se sentit moins chaud et moins doux.

    Les gens s'arrêtèrent de sourire, d'être gentils, certains commencèrent à se ratatiner, parfois même ils mouraient du manque de chaudoudoux. Ils allaient de plus en plus souvent acheter des philtres et des potions à la sorcière. Ils savaient que cela ne servait à rien, mais ils n'avaient pas trouvé autre chose ! La situation devint de plus en plus grave. Pourtant la vilaine Belzépha ne voulait pas que les gens meurent. Une fois morts, ils ne pouvaient plus rien lui acheter.

    Alors elle mit au point un nouveau plan. Elle distribua à chacun un sac qui ressemblait beaucoup à un sac des chaudoudoux, sauf qu'il était froid, alors que celui qui contenait les chaudoudoux était chaud. Dans ces sacs, Belzépha avait mis des froids-piquants. Ces froids-piquants ne rendaient pas ceux qui les recevaient chauds et doux, mais plutôt froids et hargneux. Cependant, c'était mieux que rien. Ils empêchaient les gens de se ratatiner. À partir de ce moment-là, lorsque quelqu'un disait : « Je voudrais un chaudoudoux », ceux qui craignaient d'épuiser leur réserve de chaudoudoux répondaient : « Je ne peux pas vous donner un chaudoudoux, mais voulez-vous un froid-piquant ? ».

    Parfois, deux personnes se rencontraient en pensant qu'elles allaient s'offrir des chaudoudoux, mais l'une changeait soudain d'avis, et finalement elles se donnaient des froids-piquants. Dorénavant, les gens mouraient presque plus, mais la plupart étaient malheureux, avaient froid et étaient hargneux. La vie devint encore plus difficile : les chaudoudoux qui au début étaient disponibles comme l'air que l'on respire, devinrent de plus en plus rares. Les gens auraient fait n'importe quoi pour en obtenir.

    Avant l'arrivée de la sorcière, ils se réunissaient souvent par petits groupes pour échanger des chaudoudoux, se faire plaisir sans compter, sans se soucier de qui offrait ou recevait le plus de chaudoudoux. Depuis le plan de Belzépha, ils restaient par deux et gardaient les chaudoudoux l'un pour l'autre. Quand ils se trompaient en offrant un chaudoudoux à une autre personne, ils se sentaient coupable, sachant que leur partenaire souffrirait du manque.

    Ceux qui ne trouvaient personne pour leur faire don de chaudoudoux étaient obligés de les acheter et devaient travailler de longues heures pour les gagner.

    Les chaudoudoux étaient devenus si rares que certains prenaient des froids-piquants qui, eux, étaient innombrables et gratuits. Ils les recouvraient de plumes un peu douces pour cacher les piquants et les faisaient passer pour des chaudoudoux. Mais ces faux chaudoudoux compliquaient la situation. Par exemple, quand deux personnes se rencontraient et échangeaient des faux chaudoudoux, elles s'attendaient à ressentir une douce chaleur et s'en réjouissaient à l'avance et, au lieu de cela, elles se sentaient très mal. Comme elles croyaient s'être donné de vrais chaudoudoux, plus personne n'y comprenait rien !

    Évidemment comment comprendre que ses sensations désagréables étaient provoquées par les froids-piquants déguisés en faux chaudoudoux ? La vie était bien triste ! Timothée se souvenait que tout avait commencé quand Belzépha leur avait fait croire qu'un jour où ils ne s’y attendraient pas, ils trouveraient leurs sacs de chaudoudoux désespérément vides.

    Mais écoutez ce qui se passa. Une jeune femme gaie et épanouie, aux formes généreuses, arriva alors dans ce triste pays. Elle semblait ne jamais avoir entendu parler de la méchante sorcière et distribuait des chaudoudoux en abondance sans crainte d'en manquer. Elle en offrait gratuitement, même sans qu'on lui en demande. Les gens l'appelèrent Julie Doudoux. Mais certains la désapprouvèrent parce qu'elle apprenait aux enfants à donner des chaudoudoux sans avoir peur d'en manquer.

    Les enfants l'aimaient beaucoup parce qu'ils se sentaient bien avec elle. Eux aussi commencèrent à distribuer à nouveau des chaudoudoux comme ils en avaient envie. Les grandes personnes étaient inquiètes et décidèrent de passer une loi pour protéger les enfants et les empêcher de gaspiller leurs chaudoudoux.

    Malgré cette loi, beaucoup d'enfants continuèrent à échanger des chaudoudoux chaque fois qu'ils en avaient envie et qu'on leur en demandait. Et comme il y avait beaucoup d'enfants, beaucoup d'enfants, presque autant que les grandes personnes, il semblait que les enfants allaient gagner. À présent, on ne sait pas encore comment ça va finir.

    Est-ce que les grandes personnes, avec leur loi, vont arrêter l'insouciance des enfants ? Vont-elles se décider à suivre l'exemple de la jeune femme et les enfants et prendre le risque en supposant qu'il y aura toujours autant de chaudoudoux que l'on voudra ? Se souviendront-elles des jours heureux que leurs enfants veulent retrouver, du temps où les chaudoudoux existaient en abondance parce qu'on les donnait sans compter ?

    Claude Steiner

    Traduction : François Paul-Cavallier


    votre commentaire
  • Gaia_her_majesty.jpgJ'ai passé la journée avec Christophe Allain. Nous étions une douzaine de stagiaires. C'était bien. Je me suis senti tout de suite très à l'aise avec lui. Il y a beaucoup de douceur, une douceur de l'enfance. L'homme est d'une approche très facile et d'une grande simplicité. Le travail proposé est assez étonnant. Travail avec l'énergie du groupe en connexion avec la nature. Cette connexion permet de faire tout le travail mais rien que le travail qui est intégrable. Les éléments personnels qui m'ont été donné, nécessitent que j'éclaircisse tout ça. Dans un premier temps, il m'a été dit : (je ne m'en souviens pas mot à mot), tu dois faire le grand choix, celui de la voie royale, même de la voix martiale. La joie d'être con....serais-je un guerrier ? Plus tard il m'a été renvoyé que je travaillais avec un esprit positif, que mon évolution passait par mon travail auprès des gens. Ce travail situé entre le deuxième et le troisième chakras, était un travail de réparation, je réparais les gens, ou plutôt, l'esprit qui m'accompagne réparait les personnes, au niveau inconscient en redonnant du désir, du projet de la volonté de création, d'être. Ce n'est pas ces mots mais c'est comme cela que je l'interprète maintenant. S'il n'y avait qu'un mot ce serait "contact". Je dois me mettre en contact avec les gens et le travail se fera.

    Le stage durent deux jours mais demain, je ne pense pas que j'irai. Je ne veux pas déséquilibrer la petite famille et j'ai de quoi travailler pour quelques temps. 

    Le groupe m'a fait sourire, je devais être le plus vieux et je me suis revu à travers un certains nombre de jeunes personnes dans l'avidité de l'expérience, comme j'ai pu l'être. Je suis resté plutôt ouvert et sans jugement, mais je n'ai eu pas beaucoup d'échanges. Ce n'était dans l'instant pas très important.

    Christophe travaille avec l'énergie présente dans l'instant, il n'y a ni programme, ni préparation. Donc freestyle et adaptation. J'ai bien compris qu'il ne fallait pas s'accrocher, et ne pas essayer de raisonner, de trop commenter. J'ai pris ce que je pouvais intégrer et je verrais si dans ma vie les choses évoluent dans le bon sens.


    votre commentaire
  • Animation Flash
    L'Eveil Spirituel - Préparez-vous aux changements
    envoyé par black-mouton

    C'est un peu naïf, car la nature ce n'est pas toujours le grand beau temps ... et l'amour. Les hommes n'ont pas non plus  attendu l'ère industriel pour s'entretuer...mais je partage, le fond du message qui s'il était appliqué un peu changerait bien des choses sur cette terre. 


    votre commentaire
  • sombrero01.jpg

    Il me semble bien que j'ai fait un rêve prémonitoire.

    Je suis en transit dans mon rêve, je me déplace dans un milieu qui ne m'est pas connu, le sol est marécageux avec de hautes herbes comme les joncs, j'ai quitté un milieu plus urbain et l'on m'a confié une sorte de petit chat, mais ça ne ressemble pas à un chat, en tout cas c'est très fragile car comme un nouveau né, c'est plutôt vert, j'arrive vers un ruisseau qui traverse ces grandes herbes, l'eau n'est pas stagnante mais il n'y a pas de courant, il y a dans l'eau déjà, une autre "bestiole" pareille mais je constate qu'elle est sans vie, celle que je porte je l'a met ou l'échappe dans l'eau je voudrais que la première ne soit pas morte, mais je constate à nouveau qu'elle ne donne aucun signe de vie, celle dont j'avais la charge, bouge un peu dans l'eau et je la récupère.

    A mon réveil, ce rêve m'étonne, ma longue pratique psychanalytique me donne souvent quelques clés, mais là je ne vois rien et ne m'y attarde pas, l'ambiance du rêve est assez lourde et pas commune.

    Aujourd'hui à 17heures , j'ai appris qu'une femme qui travaille avec moi et avec qui j'ai fait un voyage en voiture la semaine passée, voyage pendant lequel elle m'a confié qu'elle attendait un troisième enfant a perdu son bébé. J'apprécie beaucoup cette personne, elle me paraît très aimante, enveloppante, maternelle, pétillante et assez lumineuse. Discrète, très compétente, et politiquement très engagée dans le meilleur sens du terme politique. 

    Vers 19heures, j'annonce à ma compagne cette mauvaise nouvelle et au moment ou je le lui dit, je tilte du verbe "tilter" avec mon rêve. Ces petits chats sont les foetus, il devait y en avoir deux, et un était mort, ce qui a entraîner la fausse couche.

    Je ne suis pas du tout un habitué de ces choses là, mais depuis quelques temps et l'influence de mes lectures et du renouveau de mon intérêt pour "le divin", j'ai changé. Comme vous pouvez le lire dans mon article "clés pour la transformation", cette volonté de laisser au divin vivre ce qu'il à vivre à travers moi, me fait porter une autre attention à mon environnement et aux personnes qui m'entourent. Je suis actuellement moins auto-centré que j'ai pu l'être. Peut-être que cette ouverture nouvelle me donne de nouvelles capacités.

     

    J'envoie beaucoup d'amour, de lumière et de réconfort à cette jeune femme.


    votre commentaire
  • gaia1.jpgVoilà, j'ai décidé de participer à une journée de formation, rencontre, avec Christophe Allain, donc j'ai évoqué le premier livre dans ce blog. J'ai eu un contact par mèl, très simple, très succinct. A ma demande, il m'a répondu ok, sans soucis... Bon, j'ai lu un peu sur son blog, ce que relataient les personnes qui ont participées à une journée. je ne m'attends pour ma part à pas grand chose de spectaculaire. Je n'ai plus l'habitude que les gens parlent sur moi, mes longues années de psychanalyse m'ont plutôt conduit vers "la vérité du sujet" et non vers ce qu'un autre peut dire sur moi. Cependant, je vais y aller sans crainte et le plus ouvert possible. Je dis à ma compagne que nous allons faire des économies d'électricité car dès la semaine prochaine et mon éveil de la kundalini, je vais être superlumineux ... J'aime ironiser sur toutes ces manifestations, ouverture des chakras, kundalini en feu ...mais au fond je sais que j'en rêve !!! Je garde toujours en moi cependant la crainte que tout cela ne soit au fond qu'un vieux désir infantile archaïque de toute puissance. Comme si, comme si ... je commençais souvent comme ça, par comme si mes séances d'analyse, le comme si me permettait d'associer et de livrer quelques schèmes inconscients.

    En allant sur le site, Nous les Dieux, j'ai trouvé une vidéo de Meurois-Gévaudan, j'avais dévoré les 2 premiers livres, Terre d'émeraude et de Mémoire d'Essénien, puis j'ai dû en acheter deux autres mais j'ai trouvé que ça tournait en rond, et que je ne savais pas s'il lisait les mémoires akasiques, mais ce qui était sûr, c'est qu'il avait trouvé un bon filon pour gagner de l'argent. Dans sa vidéo, je ne le trouve absolument pas crédible. Et ses livres ne disent pas grand chose ...Peut-être, me trompe-je ?

    Dans les contacts de Christophe avec les êtres de la nature, j'ai la certitude que cet homme ne bluff pas, les bluffeurs mettent de l'emphase dans leur récit, essaient de se crédibiliser et font appel à 1000 connaissances déja connues. Là, l'étonnant c'est tout ce qui se manifeste ..Qu'il touche des niveaux d'énergie inconnus de l'immense majorité, j'en suis convaincu, mais qu'est-ce qu'il y a de réel dans la manifestation objective sur le plan avec qui il communique. Une autre personne avec les mêmes capacités au même endroit percevrait-il les mêmes choses ? Verrait-il les mêmes personnages ? etc ... j'essaierai de lui poser la question. Je vous raconterai mon expérience détaillée du déblocage de tous mes chackras, de  MULADHARA à SAHASRARA ...

    Pour terminer, l'article Inventaire est vraiment nul, c'est d'une prétention !!! Ce n'est pas très grave car quasi-personne ne me lit, mais franchement, c'est nul, je pense que je vais le garder qu'en page en enlevant tous les aspects prétentieux ...


    votre commentaire
  • troisieme300

    En farfouillant dans les communautés d'overblog je suis tombé sur le site de christophe Allain et la publication de ces 90 expériences d'un autodidacte du spirituel.

    J'ai trouvé les propos très justes, et en accord avec moi. Il n'y a ni groupe constitué, ni question d'argent, rien à vendre, juste à partager. Après la question est : Où est-il ? Où voit-il ? Sans remettre en cause son expérience physique, je n'arrive pas aujourd'hui à cerner s'il puise ses perceptions dans l'astral ou s'il touche des mondes manifestés parralèlles au nôtre. J'étais excité comme une puce et j'ai dévoré les 15 premières expériences en m'arrachant les yeux sur mon écran. Aujourd'hui, je suis passé à la fnac et j'ai trouvé son premier livre que j'ai acheté. La couverture est un peu racolleuse avec ce gros oeil qui barre cette tête chauve. J'avais l'air un peu ridicule avec ce bouquin quand je suis passé à la caisse. J'en ai lu encore une bonne partie aujourd'hui, et je suis un peu en overdose. Ca tourne à vide chez moi, car malgré toutes mes années de méditation dans les années 80, malgré mes onze années de psychanalyse, malgré mes expériences de bio-énergie, de cri primal, de végétothérapie et de thumo-énergie, de zazen, je n'ai jamais eu d'expériences de révélations ou de manifestations objectivés. J'ai eu des perceptions, certaines me sont restées comme lorsque il y a presque 30 ans je pratiquais l'autohypnose pour rechercher dans mes vies antérieures. J'ai toujours gardé le souvenir que j'avais été marin dans la marine anglaise enrôlé de force, dans la ville de Brighton, séparée de ma femme décédée lors de mon retour au bout de plusieurs années. J'en ai gardé une certaine aversion pour les bateaux, et si j'ai dû monter une vingtaine de fois dans ma vie sur un bateau, cela n'a jamais été avec un grand plaisir. J'ai cherché aussi à faire du voyage astral, mais lorsque mes membres s'engourdissent, que les frissons parcourent mon corps et que je sens que je suis dans un état modifié de conscience, je touche une barrière que je ne peux franchir. Cà à la trouille de partout, et je préfère faire un quart de tour dans mon lit et m'endormir.

    J'ai à priori le même réflexe que lors de mes jeunes années, je vais expérimenter et je vais voir ce que cela donne. J'ai aussi très envie de le rencontrer.

    Cette rencontre a été un vrai bonheur, le web est vraiment extraordinaire pour cela, chacun y va de son témoignage, de son expérience, de son intention. Il y a des gens très étonnant sur notre petite planète. je suis limite en terme de compatibilité avec ma vie socialo-professionnelle, je suis en grand écart facial !! Aie !! 


    votre commentaire
  • 49995960

    C'est la question du jour. Le net est une source extraordinaire. Aujourd'hui, j'ai la sensation que quelque chose n'allait pas dans mon alimentation. J'absorbe trop de nourritures cuites, trop de protéines animales, trop de sucres. j'ai le sentiment que cela crée des difficultés pour être réceptif à des énergies plus subtiles. Comme par hasard, en cliquant sur quelques sites, j'ai atterri sur des personnes qui se nourrissent quasi-exclusivement de nourritures praniques. Je joins un lien vers un site tout simple " Se nourrir de lumière", qui relate l'expérience d'une femme de la région de Nantes.

    je vais donc essayer de changer un peu cela. J'ai ressenti depuis déjà un bon mois, la nécessité de marcher dans la nature. J'ai l'intention de renforcer cette pratique. Pour la question de la nourriture, nous touchons à des aspects archaïques pas évident à aborder. J'ai pu mais toujours d'une manière excessif manger beaucoup moins de nourritures mais sans transformer de manière définitive la façon de m'alimenter. Je crois que modifier quelque chose de structurelle dans mes pratiques actuelles est indispensable. Je sais que ce ne sera pas la partie la plus facile.


    2 commentaires
  •  

    IIl n'y a pas 26 manières de devenir un initié - Pastor - Stocken-Arlon 9 juin 1989l n'y a pas 26 manières de devenir un initié.

    Que fait un initié pour travailler dans le droit chemin. Un initié commence par apprendre les lois de base de l'univers. Car pour savoir où l'on doit marcher, de quel pas on doit marcher, et vers qui on marche, on doit étudier les lois de base l'univers.

    Les lois de base disent que l'homme est une incarnation divine, il n'y a donc pas Dieu d'un côté et le pauvre petit homme sur la terre qui essaie de plaire à Dieu et qui espère un jour découvrir le paradis divin.

    Il y a un Dieu qui descend et qui s'incarne d'où pour ce Dieu le droit absolu de vivre l'entier de sa vie, le droit absolu d'aller par toutes sortes de mouvement dans la vie. Si Dieu a mis suffisamment au point les choses du cosmos pour préparer son incarnation, il faut que l'incarnation et la vie est lieu. Donc, l'homme qui est là, au bout, qui représente l'aspect psychologie de la conscience divine donc cette petite psychologie et qui se permet de dire, mais non il y a Dieu en haut et moi l'homme en bas. Dieu est au ciel et je dois le prier mais il fera rien pour moi, je l'ai déjà tant prié et il n'a jamais rien fait.

    Lorsqu'il y a donc dans cette grande vérité que je viens de citer, un Dieu incarné, une petite psychologie qui se promène au milieu du champs et qui dit non Dieu, n'existe pas, non Dieu ne pourra pas, Dieu est trop loin, non moi je ne suis qu'un homme. Cette psychologie bien même qu'elle soit petite est comme le grain de sable qui fait arrêter toute l'horloge, et toute l'horlogerie cosmique et qu'est ce qui se passe si l'horloge s'arrête, le temps s'arrête, la vie s'arrête, le mouvement n'a plus lieu et l'individu se sent comme une coque vide et un mal existentiel se colle en lui à ce moment là.

    Pour évacuer le mal existentiel, le mal vivre, le mal être, pour évacuer des douleurs telles que croire que Dieu est en haut, très loin, très loin et qu'il n'entend personne. Pour évacuer les douleurs, les crises d'abandon comme ont souvent les disciples, lorsqu'ils prient un maître et que le maître ne vient pas, parce qu'il sait que le maître est là haut à Shamballa et qu'il a autre chose à faire que de regarder les hommes. Pour éviter toutes ses petites douleurs, il suffit que l'homme comprenne une fois pour toutes, qu'il n'est pas seulement capable d'être un disciple, qu'il n'est pas seulement capable un jour d'être un initié puis plus tard un Maître, il faut qu'il admette une bonne fois pour toute, ici et maintenant en un éclair, en une seconde que non seulement, il peut être un disciple, un initié, un maître mais qu'avant tout il est un Dieu en incarnation.

    Et c'est ce que je veux vous faire comprendre, et je ne veux ni vous parler de Jupiter ou de Saturne, ni des lois qui animent la rotation de la terre, puis plus tard la dissolution de la terre, cela ne sert à rien à votre existence, car tous ces objets existent parce que vous, vous allez être plus tard le Roi. Etudier une planète ne sert absolument à rien car très tôt vous allez tous savoir sur la planète, puisque vous allez être roi d'une Planète. Roi d'une sphère, Créateur d'un monde, il est donc beaucoup plus important qu'ici et maintenant vous cessiez d'aller chercher la résolution de tous les grands mystères cosmiques et que vous arrivez à réaliser le plus grand des mystères qui est vous-mêmes. En faisant sans cesse des projections l'homme regarde toujours les mystères qui sont hors de lui, et il se demande pourquoi l'escargot à deux antennes, et il se demande pourquoi la mer connaît des marées et ...combien il y a de plumes sur les ailes des anges. L'homme se demande toujours, pourquoi, pourquoi, pourquoi mais à propos de ce qui est extérieur à lui.

    Résoud le plus grand des mystères ...que tu ne vois même pas, parce que tu ne penses pas à te regarder, parce que toi, tu ne t'aime pas vraiment, c'est pour cela que l'homme ne se regarde pas, c'est pour cela qu'il est incapable de se poser la question vis à vis de lui-même. Qui suis-je ?

     

    La conférence transcrite en 3 parties :

    1 - La conscience

    2 - L'homme est une incarnation divine

    3 - L'incarnation de dieu

    La conférence en audio à écouter ou à télécharger -> Stocken-Arlon 09 juin 89

     

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Pastor.

    Je m'inscris à la newsletter des publications de Lumière et Conscience

     

    L'homme est une incarnation divine - Pastor

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires